Pour le pouvoir socialiste, les semaines, les mois, les trimestres se suivent et se ressemblent avec la régularité d’un méchant métronome ne laissant guère de place à l’opinion publique pour qu’elle reprenne un second souffle d’optimisme et d’espoir. Les couacs, décidément spécialités gouvernementales, succèdent aux couacs. Le dernier en date voit le ministre de l’intérieur […]