Alors que la crise du Covid-19 a éclipsé le scrutin du 15 mars (et remis à plus tard celui du 22 mars), Eco revient sur les grands enseignements à tirer de ce premier tour en Haute-Savoie, où plus de 88% des communes ont déjà choisi leur maire. Fiefs conservés, caciques déboulonnés, le Top 10 des plus grandes communes ou encore le bilan dans les grandes stations, c’est à lire ci-dessous.



Les grands constats

Premier constat, l’abstention, comme au niveau national (55,34%), a atteint des records en Haute-Savoie : 33,22% de participation à 16 heures (étonnamment ni la préfecture ni le ministère de l’Intérieur ne publient le taux départemental définitif). Plus que la météo ensoleillée c’est bien sûr le contexte sanitaire lié à la pandémie de Covid-19 qui a dissuadé nombre d’électeurs. Beaucoup, même parmi celles et ceux qui ont pris part au vote, soulignaient le contraste entre les mesures annoncées (fermeture des commerces, lieux publics, établissements scolaires…) et le maintien des élections.

Deuxième constat, les électeurs n’avaient visiblement pas envie de revoter au second tour : 246 des 279 communes du département ont élu leur nouvel exécutif en un seul tour. Deux communes n’ont présenté aucun candidat mais peuvent encore le faire au second tour, Saint-Sylvestre et Serraval. Et 31 sont donc en situation de ballottage dont 6 des 10 communes les plus peuplées du département.

Troisième constat, le scrutin n’a pas été uniforme. Surprises, ici, confirmations là : il y a eu de tout, sans possibilité de dégager des conclusions politiques ou politiciennes. D’autant plus que, comme expliqué dans Eco du 6 mars 2020, l’immense majorité des candidats a refusé de mettre en avant son étiquette partisane.



Fiefs confirmés au pied du mont Blanc

Au Pays du Mont Blanc, c’est carton (quasi) plein pour les maires d’altitude : Eric Fournier (UDI) à Chamonix, Catherine Jullien (DVD) à Megève et Jean-Marc Peillex (DVD) à Saint-Gervais passent au premier tour, avec respectivement 50,78%, 63,22% et 77,62% des suffrages exprimés.

Il y avait deux opposants en lice à Chamonix, où l’abstention a atteint 53,95 % : l’écologiste François-Xavier Laffin à 34,26% et le divers droite Jean Fabre à 14,95%. Un seul à Megève : Marc Béchet (DVD), à 36,77%, avec une participation record de 62,6% (lire aussi plus bas) et un seul à Saint-Gervais, Cyrille Du peloux (DVD ; 22,37%), où la participation dépasse les 52,2%.

A Saint-Gervais, Jean-Marc Peillex a rassemblé plus des trois quarts des suffrages exprimés. Photo : DR – Archives

Election au premier tour également à Combloux (Claude Chambel), Cordon (Serge Paget), Praz-sur-Arly (Yann Jaccaz) ou encore Vallorcine (Jérémy Vallas).Mais là c’était attendu : il n’y avait qu’une seule liste ou (dans les communes de moins de 1000 habitants) un groupe limité de candidats, parmi lesquels figurait le maire ou son dauphin désigné.

Seule exception, Les Houches, où sur fond de querelles internes au village et de dispute avec Saint-Gervais pour la gestion du syndicat intercommunal de gestion du domaine skiable, la liste du maire sortant Maurice Desailloud, conduite par un de ses adjoints, Luc Hamonic (le maire sortant est troisième sur la liste ; le député et ex-maire Xavier Roseren septième) ne se classe que troisième avec 27%. Loin derrière sa principale opposante, Ghislaine Bossoney (43,8%) et même derrière le troisième candidat (et ex-adjoint), Stéphane Lagarde à 29,06%. L’abstention est de 51,73%.



Fiefs aussi d’amont en aval de l’Arve

En descendant le cours de l’Arve, les confirmations affluent aussi.

Parmi les communes les plus peuplées, Cluses, Bonneville et Annemasse, ont aussi reconduit leur maire sortant au premier tour. Et seule La Roche-sur-Foron a mis son édile en ballottage défavorable (pour ces quatre grandes communes, lire le détail dans notre Top 10 ci dessous).

Moins peuplés mais revêtant de forts enjeux économiques, trois bastions industriels ont confirmé les choix déjà marqués en 2014. Ainsi, à Scionzier, où l’iconoclaste Maurice Gradel ne se représentait pas, Stéphane Pépin, passe avec 55,20% face à Jean-François Debiol (44,79%). Les deux étaient classés « divers droite » mais le premier faisait partie de l’équipe sortante comme plusieurs de ses colistiers. L’abstention a été de 59,67%. Idem à Vougy, où Yves Massarotti, qui entame son… 7e mandat (mais le premier comme tête de liste !) était seul en lice, tout comme Chantal Vannson à Marnaz (elle avait succédée e, 2017 au sénateur Loïc Hervé, qui figure sur sa liste).




Christian Dupessey, 75 ans cette année, a su convaincre plus d’un électeur sur deux de lui confier un 3e mandat. Une élection (presque)… dans un fauteuil. Photo : DR – Archives

Dans deux autres bastions industriels, c’est moins limpide. A Thyez, la « guerre des adjoints » pour succéder à Gilbert Catala (président de la communauté de communes) profite à Christophe Gyselinck (DVD ; ex-3e adjoint), qui recueille 42,37% face à Pascal Ducrettet (DVD ; ex-1er adjoint ; 35,06%). Le troisième homme, Maurice Robert (classé « divers ») récolte 22,56%, sur fond d’abstention marquée (58,77%). Quant à Marignier, c’est carrément un changement de cap (lire ci-dessous).

Enfin, Ambilly (qui ne borde par l’Arve stricto sensu, mais il s’en faut de peu) retient aussi l’attention : plus petite commune de Haute-Savoie en superficie avec 1,25 km² pour 6 400 habitants, elle a reconduit son maire sortant, Guillaume Mathelier (DVG), en poste depuis 2008. L’ex_numéro 1 du PS dans le département recueille 57,89% des voix face au « divers » François Liermier (42,1%) ; avec 65,5% d’abstention.



Les perdants du premiers tour

La plus grosse surprise vient de Saint-Julien-en-Genevois où Antoine Vielliard est sèchement éjecté du fauteuil de maire. Plus que le résultat c’est l’ampleur qui étonne : seulement 40% pour le sortant (lire les détails ci-dessous dans notre Top 10).

A Marignier, Bertrand Mauris-Dumourioux (divers centre), qui avait succédé à Raymond Mudry en 2014, est sorti par un ancien adjoint de ce dernier, Christophe Péry (DVD) : 46,02% contre 53,97%, avec 49,5% d’abstention.

A Doussard, au bout du lac d’Annecy, où les questions de voisinage (Faverges-Seythenex) et d’intercommunalité ont animé la scène politique ces derniers mois, Michèle Lutz (DVD), en poste depuis 2008, est sortie par son ex-premier adjoint, Michel Coutin (divers centre).

Histoire d’adjoint(e) aussi à Excenevex, où Pierre Fillon est sorti du fauteuil de maire par Chrystelle Beurrier, par ailleurs vice-présidente du Département (37,45% / 62,54%), avec 68% de participation. Maire depuis 2008, Pierre Fillon venait de transmettre le flambeau à la présidence de Chablais Léman Développement / Agence économique du Chablais, fin 2019.

S’il n’est pas complètement sorti du jeu et reste en course pour le deuxième tour, le maire de Sallanches, Georges Morand (DVD), qui brigue un quatrième mandat (en poste depuis 2001), fait aussi partie des perdants. Il est en ballottage défavorable, distancé de 7 points par son principal opposant. Situation encore plus marquée à Passy, où Patrick Kollibay ne se classe que troisième avec 23 points de retard sur le candidat arrivé en tête. Enfin, si elles n’était pas maire sortante elle était dauphine officielle : Astrid Baud-Roche est aussi en difficulté à Thonon, 17 points derrière l’opposant historique (pour ces trois communes, lire aussi notre Top 10 ci-dessous).

Marcel Cattaneo, maire sortant de Faverges-Seythenex, va devoir batailler au second tour pour conserver son siège. Photo : DR

En course mais battu au premier tour, c’est aussi le cas de Marcel Cattaneo à Faverges-Seythenex (DVD ; 27,54%), devancé par l’ancien maire Jacques Dalex (DVG ; 34,39%) mais aussi par l’outsider centriste Anne-Marie Bernard (33,56%). Ne reste que les miettes (4,59%) pour Marc Lachenal (classé « divers). L’abstention a été de 51,74%.



Le Top 10 en Haute-Savoie

Voici les résultats du premier tour dans les 10 communes les plus peuplées du département. En bonus, on vous met aussi la 11e, parce qu’elle est la dernière (sur 279 communes) à dépasser les 10 000 habitants.

1-Annecy

Le maire sortant Jean-Luc Rigaut (UDI, soutenu par LREM), arrive en tête d’un cheveux (28,39%) devant la liste de l’écologiste soutenu par la gauche François Astorg (27,87%), la dissidente LREM Frédérique Lardet (sans étiquette officielle ; 21,5%) et l’opposant historique Denis Duperthuy (DVG ; 10,04%). La liste RN récolte 8,74%, une liste « divers » recueille 2,07% et la liste Lutte ouvrière 1,35%. L’abstention a été massive : 63,8%.

2-Annemasse

Le maire sortant Christian Dupessey (DVG), passe d’un souffle au premier tout (50,02%), loin devant ses opposants de droite (40,31%) et du Rassemblement national (9,65%). L’abstention a atteint le record de 72,2%.

3-Thonon

Le maire sortant, Jean Denais (ex-UMP devenu DVD), en place depuis 1995 et qui était passé de justesse en 2014 (143 voix d’écart) ne se représentait pas. Son opposant historique Christophe Arminjon (DVD), semble bien parti. Il récolte 35,52% des voix, largement en tête devant l’ex-adjointe de Jean Denais, Astrid Baud-Roche (DVD) à 17,9% et la liste divers gauche de Jean-Baptiste Baud (15,69%). La liste divers droite de Franck Dalibard (10,29%) peut éventuellement se maintenir. Ce n’est pas le cas des listes écologistes (7,83%), LREM (6,57%) et divers gauche (6,16%). L’abstention a été de 63,06%.

4-Cluses

Un petit tour a suffi, malgré 61,9% d’abstention. Jean-Philippe Mas (DVD) est réélu dans un fauteuil avec 65,49%, distançant largement l’autre liste divers droite de Claude Ruet (24,72%) et la liste RN de Karl Aoun (9,78%).

5-Sallanches

Dans cette course à 5, le maire sortant (DVD), Georges Morand ne se classe que deuxième (29,49%), largement devancé par l’autre liste DVD de Jacques Lemoine (36,78%). La liste écologiste de Josée Serasset-Krempp (15,88%), celle du divers centre Franck Penaud (13,17%) et celle du RN Christian Pernin (4,65%) sont loin derrière. Abstention : 54,5%

6-Rumilly

La succession de Pierre Béchet (DVD), qui ne se représentait pas, était briguée par deux divers droite, Christian Heison, vice-président du Département à l’Economie et maire du village voisin de Moye et Philippe Hector, maire du village voisin de Bloye. Avec Philippe Morisot, conseiller d’opposition (classé « divers » par la préfecture), en troisième homme. Les trois réalisent plus de 30%, avec respectivement 36,48% ; 32,41% et 31,09% sur fond de forte abstention (63,1%). Bref, le second tour est loin d’être joué.



Maire de Moye et vice-président du Département à l’Economie et à l’Aménagement, Christian Heison conserve toutes ses chances de conquérir la mairie voisine de Rumilly. Photo : DR – Archives

7-Saint-Julien-en-Genevois

C’est LA grande surprise de ce premier tour : la sèche éviction d’Antoine Vielliard (Modem ; union du centre ; 40,12% des suffrages), voix forte de la politique du Genevois français durant la dernière décennie, battu par Véronique Lecauchois (59,87%). Union des oppositions (socialistes et LR) et problématiques locales (mode de gouvernance, gestion de la croissance démographique) expliquent ce résultat, sur fond d’abstention à 58,44%.

8-Bonneville

Stéphane Valli (DVD), qui avait succédé à Martial Saddier (député et élu à la Région, atteint par le cumul des mandats) à la tête de la commune en 2015, passe tranquillement face à l’écologiste Marie-Christine Vinurel : 77,52% contre 22,47%. L’abstention a été de 68,14%.

9-La Roche-sur-Foron

Dans une course à quatre, le sortant, Sébastien Maure, qui était arrivé dans le fauteuil de maire après le décès de Guy Flammier en 2016, se classe deuxième, avec 31,04%. Il est devancé d’un rien (23 voix) par l’écologiste Jean-Claude Georget (31,84%). La liste d’Olivier Chomat (divers centre) distancée, avec une grosse centaine de voix de retard (27,33%). Celle de Jean-Yves Broisin (divers) peut éventuellement fusionner mais pas se maintenir (9,77%). L’abstention s’est élevée à 57%.

10-Passy

Le maire sortant, Patrick Kollibay, élu en 2014, est en mauvaise posture. Il recueille 18,69% des voix seulement, devancé par le divers droite André Pastéris (23,29%) et surtout par le divers gauche Raphaël Castéra (42,25%). Un autre divers gauche, Laurent Nardi, récolte 15,76%. Habitué au changement (le maire a changé à chaque élection depuis 1995) et aux joutes politiques (quelles partisanes et internes à chaque camp), la commune connue pour son usine SGL et ses ex-sanatoriums devrait donc avoir prochainement un nouvel édile. L’abstention a été de 59,7%.

11-Gaillard

Le sortant divers droite Jean-Paul Bosland est réélu avec 59,82% des voix. Il distance largement sont seul adversaire, le « divers » Marcelo Saint-Severin (40,17%) alors que l’abstention a atteint 72,2%.




Et dans les grandes stations, ça s’est passé comment ?

Là encore, difficile de tirer des conclusions globales sur les orientations choisies par les électeurs. Seule constante : la forte mobilisation, preuve que les enjeux important de ces communes stations (tourisme, mobilité, diversification…) sont bien perçus par les électeurs.

A La Clusaz, le sortant, André Vittoz, a finalement renoncé à repartir. Ancien adjoint et président de l’office du tourisme dans les années 1990, Didier Thévenet s’impose facilement devant Alexandre Hamelin, qui proposait de prendre plus de distance par rapport aux projets d’aménagement envisagés par l’ancien maire (62,61% / 37,38% ; les deux étaient sans étiquettes). L’abstention est très limitée à 27,4% seulement, preuve de l’intérêt des administrés pour ces sujets.

A Morzine (Avoriaz), à l’inverse, Fabrice Trombert éjecte le sortant Gérard Berger (56,51% / 43,48%). Le projet de liaison Morzine-Prodains, estimé à 58 M€, fut l’un des points de clivage de la campagne (le vainqueur est contre). Là aussi, très forte mobilisation vu le contexte : 75,09%.




<!– @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } –>
De nombreux maires de communes stations vont pouvoir à leur tour faire leur trace à la tête du conseil municipal. Photo : Eric Renevier (photo d’illustration)

Dans la station voisine des Gets (qui fait aussi partie du domaine des Portes du Soleil), scenario contraire : la liste du maire sortant, Henri Anthonioz (qui, pour son septième mandat d’élu, a laissé la tête de liste à Philippe Vinet) balaye la liste de Pierre Hominal où figurait son ex-premier adjoint et plusieurs conseillers sortants (61,08% / 38,91%). Ici aussi mobilisation massive : 71,8%.

A Arâche-la-Frasse (stations Les Carroz et Flaine) comme à Magland (Flaine), les sortants, deux personnalités ancrées de longue date dans le paysage politique locale, Marc Iochum et René Pouchot (maire depuis 1983!), ne se représentaient pas. A Arâche, Jean-Paul Constant s’impose facilement (58,10% / 31,89%) face à Hélène Roux, qui avait davantage orientée sa campagne sur l’environnement (59,9% de participation). Cet ancien du groupe Décathlon est notamment l’un des cofondateurs de sa filiale Quechua (Passy). Elu sous le mandat précédent, il présidait la société des remontées mécaniques des Carroz (Soremac). A Magland, Thierry Thevenet, issu de la précédente équipe municipale, est battu par (71,51% / 28,48%) par Johann Ravailler, avec là encore une forte mobilisation vue le contexte, avec 55,6% de participation.

A Samoëns, qui comme Les Carroz et Flaine fait partie du Grand Massif, Jean-Jacques Grand-Collot est mis hors piste par le forestier Jean-Charles Mogenet (ex-président du Pôle d’excelence bois départemental) : 66,21% / 33,78%, avec encore une forte mobilisation (64,4%).

Enfin au Grand-Bornand, à Abondance et Châtel (Paul Girard-Despraulex et Nicolas Rubin ; les domaines de ces deux communes font partie des Portes du Soleil) sont facilement repassés au premier tour : ils étaient seuls en lice…



Ça aussi, ça peut vous intéresser…

C’est plus anecdotique, mais ça peut quand même être retenu…

Deux figures du tourisme local se présentaient à ce scrutin municipal : Stéphane Cannessant, directeur de l’office du tourisme (OT) d’Evian, qui affrontait la maire sortante Josiane Lei ; et Marc Béchet, ancien directeur de l’OT de Megève puis du comité régional du tourisme, qui tentait lui aussi d’évincer l’édile en place, Catherine Jullien-Breches.
Dans les deux cas, c’est un échec. Stéphane Cannessant plafonne à 25,77% (50,63 % à Josiane Lei ; deux autres listes étaient en lice), avec une participation de 37,5%. Et Marc Béchet, recueille 36,77% (63,22% à Catherine Jullien-Breche), avec une participation à 62,6%.


L’entrepreneur Jean-Luc Arcade avait échoué à prendre la mairie de Petit-Bornand pour 13 voix en 2014. Il s’incline cette fois pour 26 voix d’écart (sur 1036 votes exprimés) à Glières-Val de Borne, fruit de la fusion de Petit-Bornand et d’Entremont. Sans doute d’autant plus frustrant qu’il y a eu… 26 bulletins blancs et nuls et 29,3% d’abstention. Le vainqueur est cette fois Christophe Fournier, ex-maire d’Entremont et président des maires ruraux de Haute-Savoie.


A Frangy, la réélection de Bernard Revillon s’est aussi jouée à une poignées de voix (393 contre 373). L’édile avait face à lui l’équipe emmenées par Ségolène Berthod-Roupioz où figurait plusieurs de ses anciens colistiers et l’ex-conseiller du canton (Vincent Rabatel).