Les troubles musculo-squelettiques (TMS) représentent 95 % des maladies professionnelles dans les industries agroalimentaires. Maladies professionnelles qui ont représenté 220 000 jours de travail perdus en 2010 pour la filière en Rhône-Alpes. Le montant et le taux des cotisations sont à l’avenant. Alimentec et le PEA Critt (Pôle européen agroalimentaire pour la communication, la recherche, l’Innovation et le transfert de technologies) organisaient donc, le 6 décembre, une conférence sur les conditions de travail et la performance.

Lutter contre les TMS n’est pas nécessairement coûteux, à condition d’intervenir en amont, dans le cahier des charges d’un nouvel outil ou à la création d’une nouvelle ligne. Ce sont les adaptations de machines mal pensées qui reviennent cher. La mécanisation et l’automatisation contribuent à supprimer les gestes critiques, mais attention à prendre en compte l’ensemble des utilisations, nettoyage, maintenance… Autre écueil, la mécanisation peut impliquer une concentration des tâches les plus critiques, plus dures à automatiser. La Carsat (Caisse d’assurance retraite et de la santé au travail) propose des formations, des prédiagnostics, des grilles d’auto-évaluation et des aides. …