Les enjeux de la rocade sud-est de Bourg

Les enjeux de la rocade sud-est de Bourg

L’ouverture à la circulation de ce nouvel axe de 2,5 kilomètres, en contournement de la cité burgienne, répond à des problématiques d’aménagement du territoire et d’environnement.

L’ouverture à la circulation de la rocade sud-est de Bourg-en-Bresse (lire l’article de notre édition du 14 novembre), entre le rond-point des Coupes Blanches, vers Ainterexpo, et celui de l’Alagnier, vers l’usine Renault Trucks, s’accompagne d’une interdiction de la circulation sur le pont de Bouvent. S’il reste possible d’accéder au chemin de Curtafray, c’est uniquement, désormais, pour stationner aux abords du parc. Un parc qui « est et doit rester un poumon vert, un lieu de détente et de loisirs, justifie le maire de Bourg et président de la communauté d’agglomération, Jean-François Debat. Jusqu’alors, il passait 4 500 véhicules par les alentours de Bouvent, dont 90 % ne s’y arrêtaient pas. Ce site n’a pas vocation à accueillir une circulation de transit, en particulier des poids lourds ». Et l’élu de rappeler que les réalisations successives de tronçons de contournement de Bourg-en-Bresse correspondent à une politique déjà ancienne, qui vise à davantage de sécurité dans les déplacements. « Ce nouvel équipement a été réalisé pour réduire l’impact environnemental de la circulation, notamment les nuisances sonores pour les riverains. » Le Conseil départemental, maître d’ouvrage de ce chantier, a fait poser un écran phonique, des barrières en bois ­ – matériau qui a l’avantage d’absorber le son – complétées de plantations, du côté du parc, ainsi que des murs en gabion, du côté des habitations les plus proches du nouvel axe où sont attendus 15 000 véhicules par jour.

« Écologie positive »

L’aménagement s’inscrit ainsi, selon les termes du président du Conseil départemental, Jean Deguerry, « dans une politique d’écologie positive ». La rocade traverse deux massifs boisés. Mais s’il a fallu défricher quelque 7 hectares, ceci sera compensé par des assujettissements de terrains forestiers et par le reboisement de 2 hectares, dans les environs de la rocade. Les marchés sont en cours. De plus, la réalisation d’une zone humide viendra en compensation des volumes prélevés sur le champ d’expansion des crues.

Le chantier aura en effet nécessité le déplacement de plus de 120 000 mètres cubes de terre. Il a parfois fallu creuser jusqu’à 8 mètres. Mais, autant que possible, les déblais ont été réutilisés sur place, en remblais et merlons.

Un pont de 42 mètres a été construit pour le franchissement de la Reyssouze et pour sécuriser le passage des modes doux, qui se fait par en dessous. Des modes doux qui bénéficient de 1 120 mètres de cheminements nouveaux, dont 870 mètres de voies vertes.


Le nouveau tronçon en vidéo :


Par Sébastien Jacquart

Une Eco de l'AinCet article vient en complément de l’article paru dans le magazine ECO de l’Ain du 14 novembre 2019 sur l’inauguration de la rocade sud-est de Bourg-en-Bresse. Pour retrouver l’intégralité des articles de notre hebdomadaire, mais aussi de nos suppléments et hors-séries, c’est ICI.

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ANNONCES LÉGALES : CONSULTEZ ET PUBLIEZ !

Devis immédiat 24h/24
Attestation parution par mail
Paiement CB sécurisé

PUBLICITÉ

ARTICLES LES PLUS LUS

PUBLICITÉ