Genève : « La géothermie n’est plus une option mais une nécessité »

par | 3 Sep 2021

Aujourd’hui, les besoins thermiques (chauffage et eau chaude) sont essentiellement couverts par des combustibles fossiles et provoquent donc de fortes émissions de CO2. « La géothermie n’est plus une option mais une nécessité. 100 % locale et renouvelable, elle pourrait couvrir 20 % des besoins du canton de Genève en chaleur et en froid d’ici 2035 » déclare Antonio Hodgers, conseiller d’État.

D’utilité publique, la géothermie s’intègrera dans le développement des réseaux thermiques structurants – qui permettront de chauffer et rafraîchir des quartiers d’habitation et des zones industrielles – aux côtés des autres ressources que sont la biomasse, l’incinération des déchets ou la récupération de l’énergie thermique du lac et des cours d’eau.

Elle jouera également un rôle essentiel en dehors de ces réseaux en offrant des solutions durables à l’ensemble du territoire. L’Etat a délégué à SIG le développement et la gestion de ces réseaux, qui offrent des solutions durables à l’ensemble du territoire.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Next Summer : le business d’abord !

L’industrie de l’outdoor s’est rassemblée les 13 et 14 septembre à Albertville pour présenter les produits printemps-été 2022. Un salon qui se veut avant tout fédérateur post-crise. Après des mois d’interruption en raison de la crise sanitaire, le monde...

LIRE LA SUITE

Trialp se chauffe à l’huile usagée

La société savoyarde, spécialisée dans le tri et la valorisation des déchets, modernise sa plateforme de traitement des huiles, devenue obsolète. « Cette plateforme a été décidée il y a un an pour permettre à la fois d’améliorer les conditions de travail et la...

LIRE LA SUITE

Covid-19 : le passe sanitaire fait débat

Passe sanitaire oblige, les établissements de santé sont contraints de se réorganiser. Les syndicats s’inquiètent du manque de personnels. « Le passe sanitaire est un non-sens », s’insurge Angélique Neutens, secrétaire générale de la CGT au Centre hospitalier...

LIRE LA SUITE

Publicité

Pin It on Pinterest