Malgré la crise, les travaux au planning serré ne se sont pas arrêtés. Focus sur l’avancée du grand carénage et sur la nouvelle plateforme Écobiz Nucléaire, permettant l’accès aux marchés du secteur en Aura.

Dans le cadre des travaux de maintenance pour le grand carénage de la centrale du Bugey, des opportunités de marché peuvent se présenter. À cet effet, la CCI de l’Ain et la centrale se sont associées dans un webinaire pour présenter celles-ci. « La centrale est rénovée au fil de l’eau. Mais, nous sommes actuellement dans un pro­gramme un peu particulier puisque nous réalisons dans le grand carénage. C’est un programme industriel très large, plus important que les entretiens habituels. Aux 40 ans d’existence de la centrale, nous devons conduire des opérations de maintenance que nous n’avions pas forcément effectuées les années précé­dentes », explique Laurence Poussel, cheffe de mission relations territo­riales d’EDF, au centre nucléaire de production d’électricité du Bugey. Ces travaux ont pour but de permettre au site de continuer son activité en toute sécurité. « C’est un peu l’équivalent du contrôle technique d’une voiture. Nous pouvons pendant cette période effectuer des remplacements de gros compo­sants, mais aussi effectuer des modi­fications nécessaires à l’amélioration de la sûreté ou encore vérifier la péren­nité du matériel. » Pendant les arrêts permettant de visiter les unités de production, la centrale se transforme en fourmilière, ne comptant pas moins de 4 000 personnes se concen­trant sur la tâche. Pour répondre à ses besoins, elle fait appel à pas moins de 631 entreprises locales, soit en direct, soit par le biais d’un donneur d’ordre.

Enjeu

« Notre enjeu aujourd’hui avec la CCI et les collectivités, consiste à donner de la visibilité aux sociétés locales sur des marchés potentiellement accessibles. Le calendrier industriel comprend quatre visites décennales étalées sur trois ans, avec 2,1 milliards d’euros dédiés au projet », poursuit Laurence Poussel. Bien que ralentie par la crise du Coronavirus, l’entreprise a poursuivi ses travaux de maintenance. Face à des délais particulièrement courts, la col­laboration avec la CCI de l’Ain et les collectivités semblait essentielle pour favoriser les retombées locales. Effectivement, ces réfections per­mettent non seulement de faire travail­ler des prestataires sur site, mais également des entreprises de trans­ports, de restauration et aussi d’héber­gement.


Répondre aux appels d’offres avec Écobiz Nucléaire

La CCI en partenariat avec EDF et les quatre centrales de la région Auvergne- Rhône-Alpes a mis en place la plate­forme Écobiz Nucléaire. Celle-ci représente la communauté des entre­prises industrielles et de négoce tech­nique, des prestataires de services, des centres de recherche, des centres de formations, des acteurs économiques et institutionnels intéressées par le programme industriel, le Grand Carénage d’EDF et les marchés de la déconstruction. Les adhérents peuvent voir les chantiers proposés et y postu­ler. « Les secteurs sont divers et peuvent concerner aussi bien l’assistance et le conseil, que la chaudronnerie tuyaute­rie, la sécurité incendie ou encore, la logistique », développe Jérôme Caposiena, ingénieur conseil en maî­trise de l’énergie à la CCI Ain. L’adhésion au site, financée par les Chambres et leurs partenaires, est gratuite pour les entreprises. Tous les marchés ne nécessitent pas forcément des habilitations particulières, la plu­part sont d’ailleurs situés hors zone nucléaire, restant accessibles à tous. Certains marchés peuvent être attri­bués directement, d’autre par le biais de donneurs d’ordres qu’il est possible de contacter via des fiches marchés. Désormais, la sous-traitance des cen­trales en Aura passe en priorité par la plateforme.


Production

La centrale du Bugey produit à elle seule 7 % du nucléaire français, cela correspond à 40 % de la production de la région Auvergne- Rhône-Alpes. L’entreprise est une des premières employeuses de l’Ain, comptant à elle seule plus de 1 300 personnes sur son site et 400 prestataires permanents.


Par Joséphine Jossermoz

Une Eco de l'AinCet article est paru dans le magazine ECO de l’Ain du 25 juin 2020. Pour retrouver l’intégralité des articles de notre hebdomadaire, mais aussi nos suppléments et hors-séries, c’est ICI et ICI.