Immersion à Passy au coeur de l’Unité de Valorisation Énergétique (UVE)

par | 24 Sep 2021

Les journées “portes ouvertes” des 17 et 18 septembre ont permis d’expliquer comment les déchets sont transformés en énergie et de casser le mythe d’une usine ultrapolluante dans la vallée de l’Arve…

Antoine Lavoisier aurait apprécié ce genre de visite… L’auteur du célèbre aphorisme « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » aurait ainsi constaté qu’un incinérateur se révèle être un maillon de la transition énergétique du territoire. Car la chaleur produite par la combustion des déchets va convertir l’eau des chaudières situées au-dessus des fours en vapeur surchauffée et sous pression, afin de produire annuellement 31 000 MWh d’électricité. De quoi couvrir la consommation de l’usine et éclairer 40 000 habitants à l’année, grâce à un transfert sur le réseau général.

Le syndicat intercommunal de traitement des ordures ménagères (Sitom) des Vallées du Mont-Blanc et Suez (l’exploitant) ont, pour la dixième fois, renouvelé l’opération d’ouverture aux habitants de la région. Le site de Passy est pédagogique car il représente toutes les filières : collecte du papier et carton ; tri et recyclage du verre ; déchetterie communale ; compostage et gestion des biodéchets ; broyage d’encombrants ; traitement des déchets ménagers et assimilés (DMA), sachant que chaque français en produit 350 kg/an, donc presque 1 kg par jour.

Sécurité oblige, c’est depuis une salle que les visiteurs ont pu suivre les étapes successives du traitement de ces ordures ménagères sur un écran, grâce à un caméraman qui déambulait dans les entrailles de l’unité. Sophistication des technologies, état des connaissances, règlementation très contraignante et contrôles (internes, avec des stations de prélèvement dans la région, ou par la Dreal et un laboratoire indépendant) ont transformé ce qui n’était qu’un four en 1995, lors de sa création.

La fosse

Les camions déversent les 180 tonnes quotidiennes de déchets dans la fosse et les grapins suspendus aux ponts roulants s’agitent comme les machines à pinces dans les fêtes foraines. La bonne combustion dépendra de la composition des déchets entrants, mais aussi de la préparation à leur valorisation. Le conducteur pontier doit bien les combiner selon plusieurs critères (humidité, granulométrie…). Il doit veiller à de savants équilibres entre les poubelles grises, les refus des centres de tri, les encombrants de déchetteries qui n’entrent pas dans des lignes de recyclage.

Le four

Trois éléments sont essentiels dans le four : un comburant, donc de l’oxygène, c’est pourquoi les opérateurs ouvrent des vannes ; un combustible, donc les déchets apportés ; une source de chaleur, donc le foyer est constamment allumé. D’expérience, le responsable de conduite sait, à la couleur des flammes, si la combustion est bonne ou non et si une intervention est nécessaire.

La salle de contrôle.

La salle de contrôle

C’est le centre névralgique de l’usine, d’où un responsable de conduite effectue le pilotage des installations. Vidéosurveillance, retours des capteurs de débit et pression… permettent de donner sur écrans une vue majeure du process afin de prendre des décisions. Cette salle panoramique est toujours occupée puisque le site est ouvert 7 jours sur 7, 24 heures sur 24.

La chaudière

Les fumées brûlantes permettent d’obtenir de la vapeur grâce à des tuyaux d’eau froide. La vapeur basse pression actionne alors un turboalternateur qui utilise le principe de la dynamo de vélo pour produire de l’électricité.

Le traitement des fumées

C’est la partie qui s’est le plus agrandie ces dernières années. Le bâtiment de 35 m de haut sert à refroidir les fumées à 160 degrés pour le traitement. Elles sont épurées par étapes, à base de filtres à manche. Parfois l’air est injecté à contre-courant pour libérer ces filtres des poussières qui s’y accumulent (le Refium : 20 à 40 kg par tonne de déchets). Puis chaux et sel d’urée sont utilisés pour détruire les oxydes d’azote et dioxines résiduelles. Il se forme un panache en sortie de cheminée lorsque l’air est humide. Les résultats des capteurs sont consultables sur le site à J+1.

L’utilisation des sous-produits

Le Refium, déchet dit “ultime” parce qu’il ne peut plus être valorisé, est orienté vers des filières adaptées de stockage. Par ailleurs, un extracteur de mâchefers est placé sous le four pour récupérer les résidus solides de la combustion (verre, cailloux, métaux…). On retire les gros morceaux métalliques. Puis l’ensemble passe sur un overband, sorte de gros aimant servant à garder les parties ferreuses : 1 300 tonnes sont envoyées en aciérie chaque année. L’aluminium et le cuivre sont aussi récupérés grâce à une machine à courant de Foucault à pôles inversés. Subsiste une partie minérale qui est utilisée en remblai ou sous-couche routière après une phase de maturation.


Julien Tarby

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Salon mécaplastronique © JJ

Besoin de normes pour la plastronique

Plusieurs industriels se sont accordés sur le manque de structuration du secteur, lors du salon Mecaplastronic Connexion, le 13 octobre à Ainterexpo. «Il est important de préciser que la plastronique n’est pas une discipline concurrente de l’électronique...

LIRE LA SUITE

© Marco Del Torchio - Adobe Stock

Le hashtag fait son festival à Ainterexpo

La première édition du Hashtag festival ouvrira ses portes à Ainterexpo samedi 23 octobre, pour deux jours de totale immersion dans le digital et ses déclinaisons. «Le mot hashtag, c’est le lieu qui permet d’échanger sur la toile nos passions, nos sujets...

LIRE LA SUITE

Publicité

PUBLIEZ VOTRE ANNONCE LÉGALE EN LIGNE

Devis immédiat 24h/24
Attestation parution par mail
Paiement CB sécurisé

ANNONCES LÉGALES WEB

Consultez les annonces légales publiées sur notre site habilitées par la Préfecture >>

VENTES AUX ENCHÈRES

Consultez nos ventes aux enchères immobilières >>

publicité

abonnement

TESTEZ LE PREMIUM

3.50€ pour 1 semaine
Paiement CB sécurisé
Déblocage immédiat
Tous les articles premium

publicité

ARTICLES LES + LUS

Pin It on Pinterest