Immobilier & Covid-19 : la demande ne correspond plus forcément à l’offre disponible

par | 27 Oct 2020

Le marché de l’immobilier est tendu en plaine parce qu’avec la crise sanitaire du Covid-19 les acquéreurs ont modifié leurs critères de recherche et ne trouvent pas forcément des biens en rapport.

Durant le confinement, les acquéreurs ont mis en pause leurs projets, pour les reprendre dès le 11 mai. « Entre juin et juillet, on a doublé le volume des ventes, par rapport à un mois normal », note Yannick Garnier, délégué de la chambre des notaires des pays de Savoie pour la Haute-Savoie.

« Très peu ont abandonné leur projet, confirme Corinne Desmoulin, vice-présidente de la Fnaim en charge du bassin annécien et de l’Albanais. Mais il y a eu parfois une évolution des critères de recherche. » Avec notamment un besoin d’espace supplémentaire pour créer une pièce dédiée au télétravail « quitte à s’éloigner un peu de la ville centre » et de son lieu de travail.

L’Albanais profite pleinement de cet intérêt des acheteurs, tout comme les villes de deuxième et troisième couronnes de l’agglomération annécienne, qui sont davantage prisées. Les demandes portent donc sur un accès à l’extérieur, avec un bout de terrain et une terrasse pour les appartements, un critère déjà important avant la crise sanitaire, mais qui s’est accentué.

« Les clients cherchent des appartements mieux exposés, avec une ouverture sur l’extérieur », confirme Bernard Carteron, expert en évaluation immobilière. « En plaine, on sent un peu moins l’effet jardin », relève pour sa part Yannick Garnier.

Les demandes portent donc sur un accès à l’extérieur, avec un bout de terrain et une terrasse pour les appartements, un critère déjà important avant la crise sanitaire, mais qui s’est accentué.

Retour à l’essentiel

« Après une crise, on assiste toujours à un retour aux fondamentaux : avec un intérêt pour la qualité intrinsèque du bien notamment en termes de performance énergétique. Les gens s’interrogent par exemple sur la pertinence des grandes baies vitrées exposées plein sud, à cause des épisodes de canicule répétés », estime Bernard Carteron qui anticipe une tendance durable.

La difficulté réside dans le nombre de biens disponibles sur le marché et leurs atouts. « L’offre est extrêmement faible, estime Corinne Desmoulin. Les délais de vente se raccourcissent. Les biens qui arrivent sur le marché, s’ils n’ont pas de défauts majeurs, sont vendus très rapidement. » Pour chaque profil de logement, les acquéreurs souhaitent donc une pièce supplémentaire.

« La plus grosse difficulté concerne la possibilité d’accéder à certaines surfaces, décrit Bernard Carteron. Il manque par exemple des T4, les programmes traditionnels comportant entre 40 et 60 % de T3. »

Les stations de montagne, paradis des secondaires

« La qualité intrinsèque du bâtiment passe au second plan, ce qui compte c’est son aspect extérieur. »

En montagne, le coût du mètre carré par rapport à la plaine varie du simple au double. Pour l’achat d’un appartement ou d’un chalet « tout dépend des moyens financiers à disposition », glisse Bernard Carteron. Pour les appartements, il constate que deux marchés dominent : le neuf et l’ancien rénové où les logements bénéficient de gros travaux d’amélioration qui augmentent énormément leurs prix.

« La demande porte sur l’existant, moins sur le neuf à finir dans un an ou deux, note pour sa part Yannick Garnier. Les gens veulent du concret tout de suite. » « En montagne, airBnB est un acteur de plus avec une gamme de produits de plus en plus variée », observe Nicolas Bouvier, délégué de la chambre des notaires des pays de Savoie pour la Savoie.

La demande pour cet immobilier d’investissement ne s’appuie pas sur les mêmes critères : la qualité intrinsèque du bâtiment passe au second plan, ce qui compte c’est son aspect extérieur, l’image montagne qu’il renvoie pour susciter l’engouement des touristes.


Par Sandra Molloy


Retrouvez l’intégralité de nos chiffres immobilier dans notre Hors-Série « Panorama économique Immobilier 2020-2021 ».

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Stations de ski : le front commun

Les rassemblements solidaires se multiplient dans les stations (Courchevel, Le Grand-Bornand, Le Corbier, La Toussuire, Aussois, Châtel, Morzine, La Plagne, Val Cenis, La Clusaz… et on en oublie !) pour réclamer...

Lire la suite

Publicité

Pin It on Pinterest