Jeux d'enfants ?

par | 18 octobre 2011

Certaines entreprises doivent parfois faire face à des salariés adeptes du lancer d’élastique ou de la course de chaises à roulettes. Si ces pratiques peuvent être considérées comme un exutoire salutaire, il est cependant difficile pour un employeur de ne pas recadrer ces pratiques enfantines, en particulier lorsqu’elles pénalisent la rentabilité de la société.

Depuis cet été, une autre forme de jeu est apparue dans les espaces professionnels, en particulier dans les grandes villes. Dans les hautes tours vitrées qui abritent les sièges de puissantes compagnies, quelques salariés à la fibre artistique avérée se sont livrés sans merci à une « Guerre du Post-It ». Le phénomène s’est depuis étendu à toutes tailles de structures, si bien que sur les baies vitrées de nombreux immeubles, se détachent aujourd’hui les silhouettes de personnages de bandes dessinées ou de héros de jeux vidéos, des messages humoristiques ou personnels, des logos et des fresques, réalisés – avec plus ou moins de succès – à base de petits papiers autocollants multicolores (visibles sur le groupe « Post-it War » de Facebook). Considérant qu’il s’agit d’un vecteur de communication original et d’une manière efficace de stimuler la compétitivité et l’esprit d’équipe de leurs collaborateurs, certains chefs d’entreprises considèrent cette pratique avec indulgence et ferment les yeux sur l’explosion du budget fournitures.

Toujours plus fort, de plus en plus de grandes compagnies incitent leurs salariés à recourir aux jeux vidéo. Les « serious games », conçus pour répondre aux besoins spécifiques d’entreprises commanditaires, sont des jeux vidéo utilisés à des fins de formation. Ils permettent notamment à des commerciaux, des managers, voire des techniciens, d’être soumis à certaines situations de travail de façon virtuelle, éliminant ainsi les conséquences de l’échec. Pour les dirigeants qui ont eu recours au procédé, le « serious game » ressemblerait presque à la panacée.

Dorénavant, jouer au bureau avec l’assentiment de son patron est donc possible.

0 commentaires

Découvrez également :

BioTech : Olgram démarre une levée de fonds

La biotech d’Archamps vient de franchir un cap dans le développement de son traitement destiné à lutter contre l’immuno-dépression. C’est une algue que les Bretons ont l’habitude de donner à leurs animaux d’élevage pour leur faire du bien. Intrigué, Hervé Balusson,...

LIRE LA SUITE

Reprise d’entreprise | Histoire d’O (74)

Une reprise d'entreprise réussie s'anticipe et se prépare. Pour bien commencer, vous devez mûrir votre projet de reprise d'entreprise. Cette réflexion doit vous amener à analyser vos motivations et vos objectifs, bien définir votre projet en listant vos critères de...

LIRE LA SUITE

Publicité

PUBLIEZ VOTRE ANNONCE LÉGALE EN LIGNE

Devis immédiat 24h/24
Attestation parution par mail
Paiement CB sécurisé

ANNONCES LÉGALES WEB

Consultez les annonces légales publiées sur notre site habilitées par la Préfecture >>

VENTES AUX ENCHÈRES

Consultez nos ventes aux enchères immobilières >>

publicité

abonnement

TESTEZ LE PREMIUM

3.50€ pour 1 semaine
Paiement CB sécurisé
Déblocage immédiat
Tous les articles premium

publicité

ARTICLES LES + LUS