La CMA Aura est en crise

par | 23 novembre 2023

La grogne monte contre des velléités de réduire les effectifs de la CMA Auvergne-Rhône-Alpes. Son président, Vincent Gaud, aurait annoncé la suppression de 15 à 20 emplois sur les 600 que compte la chambre. La CFDT, majoritaire (80 % des adhérents), à laquelle s’associe un grand nombre de parlementaires, se tient vent debout pour sauvegarder ces postes.

Vincent Hervier, délégué syndical, s’insurge : « La coordination régionale CFDT CMA, soutenue par l’équipe nationale CFDT des CMA, a proposé au président […] un plan d’économies visant à conserver les emplois en optimisant notamment le patrimoine immobilier sur l’ensemble du territoire régional mais aussi, en faisant bon usage de la panoplie d’outils offerts par le droit du travail ».

Marianne Maximi, députée du Puy-de-Dôme, écrivait de facto à Olivia Grégoire, ministre déléguée chargée des Petites et Moyennes Entreprises, du Commerce, de l’Artisanat et du Tourisme : « Cette réduction des effectifs aurait de graves conséquences pour l’ensemble des 208 000 entreprises artisanales d’Auvergne-Rhône-Alpes qui sont chaque jour appuyées par les salarié·e·s de la CMA dans l’exercice de leurs activités » tout en s’offusquant ainsi : « Alors que le Président de la CMA a vu ses indemnités augmenter de 47 % et n’a pas souhaité entendre les propositions des syndicats pour arriver à une gestion saine. »

Ce mardi 28 novembre, l’AG de la CMA Aura statuera pour ou contre ce délestage.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Découvrez également :

Alpina Savoie : 180 ans de grain à moudre

Depuis bientôt deux siècles, le meunier pastier Alpina Savoie alimente les rayons des magasins avec ses crozets, son couscous et ses pâtes au blé dur, ingrédient majeur de ses produits. Cette année, l’entreprise née Chiron célèbre ses 180 ans. Alpina Savoie est née...

LIRE LA SUITE

La Livettaz : Bassens prépare sa mue

Le rachat, par la municipalité de Bassens (73), du site de la Livettaz appartenant à l'hôpital spécialisé, initie un projet de refonte urbaine d'envergure, dont l'étude liminaire était présentée aux habitants, le 14 février. « Le point de départ, c’est la décision...

LIRE LA SUITE

Publicité