Ravagée par un incendie début 2017, la Maison de la vigne et du vin d’Âpremont est toujours un champ de ruines.

Détruite par un incendie dans la nuit du 6 au 7 janvier 2017, la Maison de la vigne et du vin attend toujours sa reconstruction à Âpremont.
L’enquête qui a été menée pour connaître l’origine du sinistre a conclu à un incendie provenant de l’extérieur avec projection de combustible inflammable. « Mais à ce jour et à ma connaissance, les investigations sur un éventuel incendie criminel n’ont rien donné », commente Pierre Viallet, président du Comité interprofessionnel des vins de Savoie (CIVS). Elle abritait un laboratoire, une salle de dégustation, une salle communale et des archives concernant le vin de Savoie. Vitrine de la filière viticole des Savoie, elle était le siège social du Syndicat régional des vins de Savoie et du CIVS.
L’interprofession espérait une reconstruction rapide, mais rien n’est encore fait, le bâtiment de 1 800 mètres carrés parti en fumée étant la propriété de la commune d’Âpremont. Retardés par la survenue de la crise du coronavirus, les appels d’offres ont ainsi pris du retard.
« Depuis, poursuit le président, notre équipe de salariés est hébergée à la Chambre d’agriculture Savoie Mont-Blanc, mais nous voulons revenir à Âpremont, dans nos locaux dédiés. » Un objectif pour la filière, parmi les nombreux autres qu’il évoque dans une interview à lire dans notre édition du 18 septembre.

Pierre Viallet, président du CIVS, s’exprime dans nos colonnes sur l’avenir de la filière. Crédit photo : SyB