La région Auvergne-Rhône-Alpes présente un plan de soutien de 32 millions d’euros, dont la création d’un fonds exceptionnel dédié aux festivals.

Avec le report ou l’annulation de nombreux festivals qui devaient avoir lieu cet été, la Région AuRA apporte son soutien dans ce contexte de crise sanitaire pour les associations opératrices d’événements.
Dès le début de la crise sanitaire à la mi mars, elle avait mis immédiatement en place un fonds d’urgence de 15 millions d’euros destiné au remboursement du capital des emprunts, limité à 5 000 euros par bénéficiaire. Elle double désormais ce fonds qui s’élève à 32 millions d’euros. Un plan de relance qui est destiné à accompagner les acteurs culturels au-delà de l’après-confinement.

Le fonds exceptionnel « Région Auvergne-Rhône-Alpes, terre de festivals » doté d’une enveloppe de 4 millions d’euros, va permettre de garantir une participation aux frais fixes des structures organisatrices. La Région versera ainsi une subvention pour les frais fixes — on ne sait pas encore à quelle hauteur — assumés par l’organisateur en référence au budget 2019.

Le fonds prévoit aussi une compensation à la perte de recettes liées au report ou à l’annulation d’un festival récurrent, permettant de contribuer à son renouvellement. Si le festival (annulé ou reporté) devait avoir lieu à l’origine entre le 1er mars et le 31 août, la Région apportera un soutien allant jusqu’à 10 000 euros, correspondant à un taux maximal de 25 % du reste à charge.

Tous les acteurs culturels sont concernés

Personne n’a été oublié puisque le plan de soutien de la Région prévoit d’accompagner également les artistes, cinémas et librairies. Trois fonds spécifiques dédiés à chaque domaine artistique : un fonds « Région Auvergne-Rhône-Alpes, terre d’artistes » doté de 4 millions d’euros (participation aux frais fixes/compensation pertes de recettes) pour les structures artistiques, un fonds pour les cinémas doté de 2 millions d’euros et cumulable avec les autres dispositifs régionaux existants, et un appel à projets pour soutenir les librairies doté de 2 millions d’euros.

La région AuRA garantit aussi le maintien des subventions événements et l’avance de subventions (jusqu’à 50 %) qui se feront au cas par cas, et qui ne peuvent être chiffrées pour le moment.

3 questions à… Rémi Perrier, organisateur du festival Musilac

Eco Savoie Mont Blanc : Que pensez-vous du plan de soutien aux acteurs culturels lancé par la Région ?

« Je ne suis pas là pour faire des polémiques, mais j’ai bien pris connaissance de ce plan et il ne me paraît pas assez détaillé et fléché. D’entrée de jeu, on voit bien que les aides accordées plus spécifiquement pour les festivals (un fonds de 4 M€) sont destinées aux petites compagnies et petites structures, et c’est tant mieux ! Mais moi, je ne vois pas comment je vais pouvoir rentrer dans les cases pour pouvoir en bénéficier. J’aimerais pouvoir avoir des échanges, des réunions avec d’autres structures comme celles de Musilac et la Région. Pour résumer, cela part d’un bon principe mais il ne colle pas avec notre réalité. »

Eco Savoie Mont Blanc : Est-ce que vous avez pu bénéficier d’autres dispositifs, notamment ceux mis en place par l’État ?

« J’ai fait les démarches pour pouvoir avoir le prêt garanti par l’État (PGE) mais ce n’est plus spécifique au domaine du spectacle, quasiment tout le monde peut le demander. Le prêt permet d’obtenir 25 % de notre chiffre d’affaires ce qui n’est pas rien (le budget Musilac 2019 s’élevait à 6,5 M€), mais j’en ai fait la demande il y a trois semaines et je n’ai toujours pas de réponse. Pourtant, on nous avait garanti une réponse en 48 heures… Force est de constater que ce n’est pas le cas. »

Eco Savoie Mont Blanc : On vous sent déçu…

« Je n’attendais rien mais nous n’avons pas été consultés par la Région, nous n’avons pas de nouvelles du département de la Savoie, à l’échelle nationale le ministère de la Culture est aux abonnés absents… La ville d’Aix-les-Bains nous soutient, des partenaires privés nous soutiennent. En attendant, on continue ce qu’on fait de mieux depuis vingt ans. Et les gens nous apportent du soutien à travers les réseaux sociaux, ça fait chaud au cœur et ça nous pousse à continuer l’aventure. »