Le France débarque sur grand écran

Le France débarque sur grand écran
Le France débarque sur grand écran
4.6 (92%) 5 votes

Un film documentaire sur le dernier bateau à vapeur du lac d’Annecy vient de sortir. Il retrace l’histoire peu banale du France.

Le projet germait en lui depuis plus de 20 ans : faire un film sur le dernier bateau à vapeur du lac d’Annecy, Le France. Un navire qui a coulé au large des Marquisats dans la nuit du 12 au 13 mars 1971, engloutissant avec lui tous ses secrets et devenant, par là-même, un mythe local. Stéphane Santini, 50 ans, ancien journaliste devenu auteur et réalisateur, signe un très beau documentaire sur cette histoire encore bien ancrée dans les mémoires des Annéciens. Intitulé “Le France, la fascinante et mystérieuse histoire du dernier vapeur”, le film, coproduit avec la Cinémathèque des pays de Savoie et de l’Ain, sera projeté la semaine prochaine au cinéma Pathé d’Annecy puis la première semaine de juin au Nemours (Annecy). L’objectif étant, bien entendu, de décider d’autres salles, dans les Savoie ou ailleurs, à le mettre à l’affiche.

Pour l’instant, nous en sommes aux prémices des contacts pour développer la diffusion”, explique le réalisateur. Une télévision, régionale (ou pas), serait la bienvenue, y compris en Suisse. Des séances pour les scolaires sont aussi envisagées. Car il s’agit également d’équilibrer le budget. D’environ 100 000 euros, celui-ci n’a pas bénéficié de financement public.

7 000 plongées par an

Si le sujet est éminemment local et touche les Annéciens au coeur, il intéresse en outre une communauté très discrète : celle des plongeurs. Gisant par 42 mètres de fond, l’épave est devenue un vrai but pour eux. “Des amateurs du monde entier viennent la visiter”, poursuit Stéphane Santini. Chaque année, entre 5 000 et 7 000 plongées sont organisées sur le site.

 

Ce qui reste de la verrière du bâtiment. Crédit : Grégory Ménard.

 

Pour nous, c’est exceptionnel, confirme Jean-Pierre Guéret, président du comité départemental de plongée haut-savoyard. Au-delà de la dimension subaquatique, on a l’impression de descendre sur une partie de l’histoire.” On “fait” aujourd’hui le France en plongée comme les alpinistes “font” le mont Blanc. Une descente qui n’a d’ailleurs rien d’une promenade et qui nécessite connaissances et entraînement.

 

Ce qui reste de la salle des machines. Crédit : Grégory Ménard.

 

Des plongeurs qui ont été plus d’une fois montrés du doigt pour des actes de pillage sur Le France. “Quand il a coulé, confirme Jean-Pierre Guéret, une logique de prédation s’est installée. Des gens remontaient leurs trophées. Tout cela a beaucoup évolué. Aujourd’hui, il y a une vraie démarche collective de protection qui peut aller jusqu’à la délation. On s’inscrit davantage dans une volonté de réhabilitation, de sauvetage.” Il constate ainsi que les bulles s’échappant des bouteilles de plongée ont, du fait de l’oxygène qu’elles contiennent, un effet délétère sur les parties en métal. “Malgré tout, le bateau est encore en bon état pour quelques décennies”, affirme-t-il.

Une eau douce à 6 degrés et le fond vaseux sur lequel il repose ont contribué à son excellente conservation.

Pour en savoir plus sur l’histoire de ce navire hors normes, rendez-vous dans les colonnes d’Eco Savoie Mont-Blanc (édition du 18 mai).

 

Crédit : Archives municipales d’Annecy.

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Réseaux-sociaux-ECOMEDIA

ANNONCES LÉGALES : CONSULTEZ ET PUBLIEZ !

Devis immédiat 24h/24 Attestation parution par mail Paiement CB sécurisé

PUBLICITÉ

PUBLICITÉ

ARTICLES LES PLUS LUS


MAG ECO SAVOIE MONT BLANC


MAG ECO DE L'AIN


PUBLICITÉ

MAG L'EXTENSION


MAG ECO NORD ISÈRE



ARTICLES RÉCENTS

Quinson-Fonlupt se modernise

Quinson-Fonlupt se modernise

Archivage électronique, ERP, nouveaux équipements, nouvelle offre… L'entreprise familiale de 140 ans se refait une jeunesse. Spécialiste de la collecte et de la valorisation des déchets à Saint-Denis-lès-Bourg, Quinson-Fonlupt annonce pour la rentrée, le lancement...

Le Fumet des Dombes déjà trentenaire

Le Fumet des Dombes déjà trentenaire

L’entreprise familiale s’attache à valoriser la carpe des étangs depuis 1988. « Nous n’avons pas vu passer ces trentes années! Elles ont été riches et denses, sourit Chantal Rolland, directrice générale de l’entreprise Le Fumet des Dombes. Dès le départ, notre...

Glaces des Alpes vise l’excellence du goût

Glaces des Alpes vise l’excellence du goût

Le maitre artisan glacier annécien élabore glaces et sorbets de qualité pour les restaurateurs et glaciers de France. Avec 200 parfums au catalogue, Glaces des Alpes met l’eau à la bouche. La société d’Allonzier-la-Caille, créée il y a trente ans par deux amis...

L’abbaye d’Aulps s’ouvre à la réalité augmentée

L’abbaye d’Aulps s’ouvre à la réalité augmentée

Le site cistercien du Haut-Chablais propose depuis mi-juillet des visites en réalité augmentée, smartphone en main ou, encore plus immersif, casque sur les yeux. C’est une première pour un site touristique en Pays de Savoie : l’abbaye d’Aulps propose une visite en...

Saint-Genix : le sein des saints de la brioche

Saint-Genix : le sein des saints de la brioche

La brioche fourrée de pralines, spécialité de Saint-Genix-sur-Guiers, connaît un succès légendaire. La légende raconte que Sainte-Agathe, martyre sicilienne du IIIe siècle eut les seins coupés parce qu’elle n’avait pas abjuré sa foi mais qu’ils repoussèrent...

Fruité, une usine qui a du jus !

Fruité, une usine qui a du jus !

Visite du site Fruité de La Roche-sur-Foron, où 160 millions de briques de jus de fruits et autres boissons sans alcool sont fabriquées tous les ans. C'est à La Roche-sur-Foron que sont fabriqués les jus de fruits bio et non bio des marques Pressade et Fruité (les...

RECEVOIR LES ACTUS ECOMEDIA :

Articles Premium

ARTICLES PREMIUM


ARTICLES PREMIUM

This category can only be viewed by members.

Conjoncture : pourquoi l’économie régionale a ralenti

Conjoncture : pourquoi l’économie régionale a ralenti4 (80%) 1 vote Selon l’INSEE Auvergne-Rhône-Alpes, l’économie régionale enregistre au premier trimestre 2018 un léger coup d’arrêt consécutif à une année 2017 très, ou trop, dynamique. Explications… «On a vécu, globalement, une année 2017 particulièrement dynamique, à la fois sur les plans national et international, avec un impact […]

Contenu reservé aux abonnés premium

Je me connecte → log in

Je m’abonne → Premium Digital un an, Premium Digital 1 jour, Premium Digital 1 semaine, Premium Digital 1 mois or Premium Digital 6 mois

Besoin d'aide ? → digital@groupe-ecomedia.com