Le poisson de Dombes à la conquête du monde

par | 1 Avr 2021

Une société internationale s’apprête à réaliser un investissement piscicole majeur au cœur du territoire aindinois.

L’information a filtré il y a quelques jours. Le propriétaire d’une célèbre entreprise agroalimen­taire internationale a eu un coup de cœur pour le poisson des Dombes et s’apprête à investir une somme colossale sur le secteur. La société ambitionne d’acquérir pas moins de 1 500 hectares d’étangs et projette de construire une usine de 60 000 m2 pour exporter aux quatre coins du monde les produits pêchés et transformés sur place.

« Cet endroit a un potentiel incroyable ! Nous voulons développer une large gamme de plats et recettes apéritives à base de carpes, de brochets, de sandres, ou encore de perches. L’usine sera équi­pée d’un laboratoire à la pointe de la technologie. Nos chefs vont certes se pencher sur des produits rustiques, mais ils vont aussi s’intéresser à la cuisine moléculaire. Nous voulons aussi mélan­ger les saveurs, pas uniquement le sucré-salé. L’idée est de prendre des recettes du monde entier et de les transposer avec les poissons des Dombes. Bien sûr, nous ne nous lançons pas au hasard, nos 93 ans d’expériences nous montrent à quel point le projet est viable. Nous avons déjà reçu des précommandes en nombre », se réjouit Gui Souroche, chef de l’entreprise.

Image de marque

Enfin, la société souhaite profiter de son achat pour construire un espace éducatif et ludique de 40 hectares sur les étangs. Le but, créer un véritable musée vivant à l’effigie de la marque, mais aussi sur les Dombes, leur créa­tion et leur fonctionnement. « Nous souhaitons développer notre image et devenir plus accessibles. Certaines entre­prises comme la Vache qui rit ou Haribo ont déjà leur maison ou leur musée, nous voulons transposer cela dans notre secteur. »

Tout pour la concrétisation de ce pro­jet, n’est désormais plus qu’une ques­tion de date, à commencer par celle de cette publication.


Emplois

Consciente des difficultés de recrutement dans le secteur, la société prévoit d’attirer les salariés avec des congés illimités comme le font déjà certaines entreprises françaises.


Par Joséphine Jossermoz

Mise à jour : C’était un poisson d’avril, bien sûr. Si vous vous y êtes laissés prendre ou tout simplement s’il vous a plu, n’hésitez pas à le signifier en commentaire.

Une Eco de l'AinCet article est paru dans le magazine ECO de l’Ain du 1ER AVRIL 2021. Pour retrouver l’intégralité des articles de notre hebdomadaire, mais aussi nos suppléments et hors-séries, c’est ICI et ICI.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Les terrasses sans enthousiasme

Pour les professionnels de la restauration, l’échéance du 19 mai pose davantage de questions qu’elle n’apporte de solutions. Le calendrier de déconfinement présenté par Emmanuel Macron le 28 avril n’est pas le...

Lire la suite

Publicité

Pin It on Pinterest