Le Salon de l’Auto de Genève (GIMS) en panne sèche

par | 2 Juil 2020

La Fondation du Salon International de l’Automobile de Genève se saborde. Elle engage les négociations pour vendre la manifestation à Palexpo.

Une page se tourne : le Geneva International Motor Show (GIMS) n’aura pas lieu en 2021. Les organisateurs actuels rendent les clés de la plus grande manifestation publique de Suisse. C’est l’épilogue d’une longue crise (voir notre article du 26 juin). Plusieurs grandes marques étaient absentes les éditions précédentes et le public se mettait à bouder la manifestation. Mais ce qui a précipité la chute, c’est avant tout « l’annulation du GIMS 2020 pour cas de force majeure par le Conseil fédéral en raison de la pandémie de coronavirus » et les conséquences financières qui en ont résulté, assure la Fondation du salon international.

Les organisateurs ont en effet dû débourser quelque onze millions de francs suisses de dédommagement des exposants, pour la plupart déjà installés début mars lorsque l’annulation a été décidée. Après des semaines de tractation, la gouvernance du salon vient de trancher : « Le comité et le conseil de fondation ont renoncé à organiser une manifestation en 2021 pour des raisons évidentes : suite à un sondage, la majorité des exposants a indiqué qu’elle ne participerait probablement pas à une édition 2021 et qu’elle favoriserait une prochaine édition en 2022 », indique-t-elle.

« Le secteur automobile étant confronté à une crise majeure, les exposants ont besoin de temps avant de pouvoir investir dans un salon », poursuit-elle en remarquant qu’en outre, « il n’est pas certain que la situation sanitaire permette l’organisation d’un événement regroupant plus de 600 000 visiteurs et 10 000 journalistes au printemps prochain ». Renoncer à l’édition 2021 conduit la Fondation à renoncer également à un prêt de l’État de Genève. On se souvient qu’en mars, elle avait demandé un soutien financier pour couvrir les pertes causées par l’annulation du GIMS 2020 et préparer l’édition suivante.

Un premier prêt avait été accordé par Genève mais refusé par la Fondation qui craignait de perdre son autonomie. L’État avait fait des concessions suffisantes et approuvé un prêt de 16,8 millions de francs suisses. Tout en « remerciant les autorités compétentes », la fondation refuse de nouveau l’offre, expliquant qu’elle « devrait dès juin 2021 rembourser un million de francs suisses sans avoir bénéficié d’une entrée d’argent au préalable, l’édition 2021 ne pouvant avoir lieu ».

Pas de salon en 2021, pas de prêt… la fondation n’a pas d’autre choix que de chercher un repreneur pour sa manifestation. Elle annonce clairement « privilégier la vente du GIMS à Palexpo SA, l’objectif étant de trouver une solution permettant l’organisation régulière d’un salon automobile international à Genève ». Le GIMS avait attiré 602 000 visiteurs en 2019. Les retombées économiques pour le canton de Genève sont estimées à quelque 200 millions de francs suisses (187 millions d’euros) par an.


Par Philippe Claret.
Crédit photo : GIMS.


Cet article est paru dans votre magazine ECO de l’Ain du 2 juillet 2020. Il vous est exceptionnellement proposé à titre gratuit. Pour retrouver l’intégralité de nos publications papiers et/ou numériques, vous pouvez vous abonner ici.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Publicité

Pin It on Pinterest