Après presqu’un mois de route, les vélos solaire du Sun trip France vont s’arrêter en Haute-Maurienne à partir du 6 août et finiront leur périple à Albertville trois jours plus tard. 3 000 kilomètres à la force (assistée) des mollets.

Pour cette sixième édition du Sun trip, le savoyard Florian Bailly a dû revoir ses prétentions à la baisse. Au lieu d’un Lyon-Canton (Chine), c’est un Lyon-Albertville en 3 000 kilomètres que les participants de cette « balade » à vélo solaire sont en train de terminer. Un circuit modifié en raison de la Covid-19, mais qui s’est finalement avéré plein de bonnes surprises.

Dans le col du Tourmalet. Crédit : Suntrip


« On a senti tout le long du parcours, une belle adhésion des collectivités traversées, explique le créateur de l’événement. Et un vrai regain d’intérêt de la part du public qui nous posait plein de questions lors des étapes. » Le vélo a le vent en poupe, le vélo électrique l’a encore plus. Mais quand il se conjugue à l’énergie solaire, il fait mouche dans une société qui prend conscience des enjeux environnementaux.
Le Sun trip, mis sur pied il y a sept ans par le jeune Chambérien alors à peine sorti de ses études, a toujours pour vocation de promouvoir les énergies nouvelles et renouvelables. Il veut aussi prouver que le vélo n’est pas que l’affaire de sportifs aguerris, l’assistance électrique rechargée aux rayons du soleil le rendant accessible à tous et pour des parcours incroyables.
La preuve ? Un Savoie-Kazakhstan effectué en 2013, un Italie-Turquie en aller-retour en 2015, 15 jours en Auvergne Rhône-Alpes en 2017, un Lyon-Canton en 2018, à nouveau la région Aura en 2019 et ce tour de France pour 2020 : le Sun trip cumule les kilomètres.
Partie le 14 juillet de Lyon, la trentaine de participants de l’édition 2020 s’est rendue à Blois, Saint-Malo, Plouguerneau, Pau, Anduze et arrive donc à Val Cenis le 6 août avant de poser définitivement les vélos à Albertville le 9 août (des animations familiales sont programmées ainsi qu’une conférence, à 18h30, sur la « vélosophie », en présence de l’auteur Didier Tronchet).

Après une nuit en refuge, les cyclistes franchiront le col du Lautaret. Crédit : Suntrip


D’une moyenne d’âge de 48 ans (seulement deux femmes), les cyclistes ont parcouru 150 km par jour environ, avec des engins bricolés par eux-mêmes pour 80 % d’entre eux. L’année prochaine, un nouveau Lyon-Canton sera proposé par Florian Bailly et son équipe de trois personnes, soutenue par de nombreux bénévoles. « Mais avant, détaille-t-il, nous proposons un Corsica Sun tour en octobre. Et nous sommes en train de réfléchir à un projet de 10 jours dans le Sud du Maroc pour 2021. »