Textile : les Broderies du Revard tirent leur épingle du jeu

par | 19 Oct 2022

Investissements et agrandissement ont rythmé les derniers exercices de la PME de Cusy.

Quel rapport y a-t-il entre un ingénieur en hydraulique urbaine et la broderie ? Aucun a priori. C’est pourtant une entreprise de broderie qu’a reprise Lionel Peignelin en 2016, dans le cadre d’une reconversion professionnelle, après avoir œuvré vingt-cinq ans en bureau d’études. « Je n’y connaissais rien au départ », avoue le quinquagénaire qui, depuis, a su tisser un environnement favorable aux Broderies du Revard, installées à Cusy.

Après des débuts dans son garage, ses abeilles le mettent sur la voie de Jérôme Mathieux. Les deux apiculteurs font connaissance autour de leurs essaims et nouent rapidement une apicole et solide amitié, piquante elle aussi. Jérôme Mathieu, conducteur de travaux et commercial en charpente, cherche également à changer de métier et devient donc co-gérant de la TPE. Il s’occupe de l’aspect commercial quand Lionel Peignelin est davantage dans la gestion et la technique.

Chacun travaille chez soi jusqu’à la sortie du premier confinement, en 2020, où l’activité jouit d’un bénéfique coup d’accélérateur. Le duo d’entrepreneurs décide alors de louer un local à Cusy et d’y installer les six têtes de broderies de l’entreprise, un bureau et un showroom. Début 2021, une personne est embauchée au secrétariat et en avril, une alternante prend l’aspect communication en main, propulsant les Broderies du Revard sur tous les réseaux sociaux. « Ces réseaux nous ont faits exploser, reconnaît Lionel Peignelin, à raison de deux à trois publications par semaine. »

Les deux cogérants dans le showroom des Broderies du Revard. Crédit photo : SyB

En 2021, la société réalise + 80 % de chiffre d’affaires (100 000 euros au total), + 40 % (350 000 euros) en 2022. Pour faire face à la demande de ses clients (associations, entreprises, artisans, ou particuliers), elle doit embaucher une personne en production à mi-temps en septembre 2021, poste qui vient de se transformer en temps plein. En même temps, une nouvelle brodeuse à six têtes est acquise, ainsi qu’une imprimante permettant de faire les flocages, auparavant sous-traités. Un investissement global de 70 000 euros.

L’entreprise vend et marque des vêtements. Crédit photo : SyB

Enfin, en mars dernier, décision est prise de s’agrandir, dans les mêmes locaux, pour augmenter la surface de stockage. L’entreprise dispose désormais de 300 mètres carrés dont un showroom où sont exposés tous les vêtements qu’elle propose, du simple t-shirt en passant par la doudoune, la veste de marque ou l’EPI (équipement de protection individuel) réglementaire. « Nous faisons de la vente et du marquage de vêtements, y compris pour de petites quantités », détaille Lionel Peignelin. 60 % de la clientèle est composée d’artisans et de PME, 30 % d’associations. Ce qui n’empêche pas l’entreprise de réaliser de plus grosses séries, pour Millet notamment, avec qui elle travaille régulièrement.

Une bétaillère devenue « brod’truck »

Il aura fallu quatre ans de travail minutieux réalisé le week-end et le soir pour transformer une ancienne bétaillère Citroën, un HY 1972, en « brod’Truck » rutilant. « Je suis passionné de vieux véhicules, explique Jérôme Mathieux. Nous avons tout refait, y compris le moteur. Pas une seule vis n’a pas été changée ! »

Décorée aux couleurs des Broderies du Revard et équipée d’une brodeuse, la camionnette se déplace régulièrement lors de manifestations sportives ou autres, pour réaliser des marquages en direct ou créer une animation supplémentaire. A découvrir lors de la journée portes ouvertes du 28 octobre.

La bétaillère relookée aux couleurs de l’entreprise. Crédit photo : Broderies du Revard.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Niiwaa : l’oracle virtuel des dirigeants

Richard Lemaire, pdg fondateur de 2IS (Inbound Innovation Solutions), a conçu, avec une poignée de super geeks qu’il pilote depuis la Savoie, un outil d’aide à la décision pour les dirigeants d’entreprise. Niiwaa est possiblement la réplique moderne du génie de la...

LIRE LA SUITE

Innov’Alpes : enfin des anges pour financer les startups

L’assemblée plénière des Savoie Mont Blanc Angels s’est tenue le 24 novembre à La Motte Servolex. L’occasion de faire un tour d’horizon de l’impact économique de ces investisseurs de l’ombre, les business angels. « Il faut de l’humilité pour préjuger de la capacité...

LIRE LA SUITE

Entreprise : respecter les limites planétaires ?

Les Conventions des Entreprises pour le Climat (CEC, l'équivalent de la Convention Citoyenne pour le Climat, mais au niveau entreprise) du bassin lyonnais et des Alpes viennent de dévoiler les noms des 35 premiers dirigeants qui s’engagent à plancher entre février...

LIRE LA SUITE

Publicité

PUBLIEZ VOTRE ANNONCE LÉGALE EN LIGNE

Devis immédiat 24h/24
Attestation parution par mail
Paiement CB sécurisé

ANNONCES LÉGALES WEB

Consultez les annonces légales publiées sur notre site habilitées par la Préfecture >>

VENTES AUX ENCHÈRES

Consultez nos ventes aux enchères immobilières >>

publicité

abonnement

TESTEZ LE PREMIUM

3.50€ pour 1 semaine
Paiement CB sécurisé
Déblocage immédiat
Tous les articles premium

publicité

ARTICLES LES + LUS