«Quand le taux d’engagement du personnel est supérieur, les marges, la fidélisation des clients et le taux de présence sont supérieurs aussi. Le turn-over, les accidents et le taux de rebuts sont moins importants», argue Jacques Quinio, membre du cabinet Right Management. Invité par le Medef de l’Ain à intervenir, jeudi 14 novembre, sur le thème de l’engagement des collaborateurs, l’homme s’est ensuite attaché à définir l’engagement : une notion qui mêle l’investissement, l’implication du salarié, avec des sentiments de satisfaction et de fierté, ainsi qu’un rôle de promoteur du métier ou de l’entreprise.

Les quatre conditions sont nécessaires. Selon Jacques Quinio, on est engagé ou pas. Mais on peut l’être dans son métier, sans l’être dans son entreprise. Et vice-versa. «Il faut par ailleurs analyser la tendance. L’engagement se renforce-il ou au contraire, se réduit-il ? Pour une bonne évaluation, une triple lecture est donc nécessaire», note Jacques Quinio. De cette lecture dépendront les actions de management.

Le dirigeant de proximité a un rôle essentiel à jouer. «Des études ont démontré que les collaborateurs sont neuf fois plus engagés quand ils considèrent ce dernier comme efficace.» …