Les éditeurs savoyards font leur rentrée

par | 9 Oct 2021

Pour la première fois, trois éditeurs savoyards – Big Pepper, La Fontaine de Siloé et Actu SF – se sont réunis pour présenter leurs nouveautés et leurs auteurs.

«L’idée était d’offrir de la visibilité aux éditeurs de la Savoie, ce qui n’est pas toujours évident vu que nous sommes en bout de file, derrière le livre et les auteurs », explique Jérôme Vincent, directeur des éditions ActuSF à Chambéry.

Et c’est dans les locaux flambant neufs de l’association Lectures plurielles, en plein cœur de la capitale savoyarde, que les trois maisons d’éditions locales – Big Pepper, ActuSF et La Fontaine de Siloé – se sont réunies. L’hôte, organisatrice du Festival du premier roman, a « l’habitude de recevoir des éditeurs de la région en littérature jeunesse, mais pas forcément des professionnels savoyards ». « L’emménagement dans nos nouveaux locaux était l’occasion de mettre à l’honneur les acteurs du territoire et de proposer un événement autour de la littérature », explique Olivia Benoist-Bombled, la directrice de Lectures plurielles.

Cette première manifestation, qui a rassemblé une cinquantaine de personnes, a permis de « croiser nos publics », complète-t-elle. Littérature jeunesse (Big Pepper), régionale (La Fontaine de Siloé) ou de l’imaginaire (ActuSF)… : « Avec leurs différents univers, ces maisons d’éditions se complètent sans se faire concurrence », se réjouit Olivia Benoist-Bombled.

Des séries s’inspirant de l’histoire locale avec Les Chevaliers de la Raclette pour ActuSF ; des livres jeunesse sur des thèmes d’actualité, comme le consentement avec D’acc’ ou pas d’acc’ ?, de Margaux Perrin, édité par Big Pepper ; ou un roman positif sur l’entreprenariat, Chez Nini, de Christian Pluche, pour La Fontaine de Siloé… : il y en avait pour tous les goûts, signe d’une rentrée culturelle riche.

Et pourtant, l’exercice n’était pas forcément évident pour les maisons d’édition, qui ont subi trois confinements coup sur coup. « Cet automne, la littérature s’en sort plutôt bien. Les salons ont bien marché. Le Pass Culture (dispositif d’accès aux activités culturelles mis en place par le gouvernement à destination des jeunes de 18 ans) a aussi beaucoup servi à la dynamique », développe Jérôme Vincent.

« Une rentrée frénétique avec beaucoup d’offres », selon Olivia Benoist-Bombled, qui annonce d’ores et déjà un autre rendez-vous similaire au mois de décembre (date encore à définir), afin de présenter la littérature locale « dans un esprit convivial ».

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Albertville (très) jazz festival se recentre

LA PROCHAINE EDITION DU FESTIVAL DE JAZZ DE LA VILLE OLYMPIQUE REVIENT A SES FONDAMENTAUX, EN FORMAT ALLEGE. Le temps, pas si lointain (2018), où Albertville jazz festival accueillait quelque 9 000 spectateurs est-il révolu à jamais ? Le temps où la ville...

LIRE LA SUITE

Faire son marché des solutions à Solucir

Le salon Solucir dédié a l'économie circulaire se déroule mardi 17 et mercredi 18 mai à Annecy. En matière d’économie circulaire, il importe de ne pas marcher en rond mais d’aller droit à l’essentiel : l’action. C’est l’objet du salon Solucir, les 17 et 18 mai à...

LIRE LA SUITE

Publicité

Pin It on Pinterest