Les Temps Chauds sous le signe de la lusophonie

par | 30 Mai 2012

Le rendez-vous itinérant des musiques du monde vous invite à passer non pas avril, mais juillet au Portugal.

Festival de musiques du monde marqué par son itinérance, Les Temps Chauds reprennent du service du 5 au 22 juillet, pour une 16e édition placée sous le signe de la lusophonie, de ses musiques à la fois mélancoliques et joyeuses, voire de «ses déhanchements canailles». La soirée d’ouverture organise ainsi la rencontre du Capverdien Teofilo Chantre, du Brésilien Roda do Cavaco et des Portugais Amelia Muge et Magna Ferreira autour d’un chœur de 400 enfants issus de différentes écoles du département. Elle aura lieu place Conventuelle à Ambronay, nouveau lieu pour un nouveau partenariat avec le festival de musique baroque. Et elle marque, par ailleurs, la sortie d’un nouvel album mêlant voix d’enfants et musiques métissées, sous le label «Au fil de l’air».

Direction Pérouges, ensuite, le 7 juillet, où l’on retrouve Roda do Cavaco et Amelia Muge, sans les enfants cette fois. Puis, le 11 juillet, le festival inaugure un nouveau lieu, convoité depuis longtemps : les jardins de la préfecture, pour un concert de Goran Bregovic et l’orchestre des mariages et des enterrements. Une soirée aux rythmes tziganes démarrée dès 19 h 30, dans la cour de l’hôtel Marron-de-Meillonnas, avec des rencontres d’associations et d’artisans des solidarités internationales et un concert gratuit du Trio Fernandez, des gitans du Sud de la France. Pour rester dans le ton, Baneins accueille le 15 juillet dans une ambiance champêtre, Silvatica, un orchestre tzigane de Hongrie.

«Gens du pays, larguez les amarres !» Le 20 juillet, les Temps Chauds conquièrent d’autres rivages avec Le Duo des près, un couple de l’Ain cultivant des racines acadiennes, et la Squadra de Gênes (Italie) pour des chants a capella.

Le 21 juillet, la soirée se déroule en deux temps. Le festival investit d’abord la place de Saint-Genis-sur-Menthon pour un concert participatif avec Jacques Mayou et son cercle de calebasses. «Les spectateurs seront invités à produire, un son, un rythme ou un chant, décrit Françoise Cartade, directrice du festival. Nous inaugurons ainsi nos cercles de culture, des temps d’échanges avec le public.» Ce temps sera suivi d’un concert d’Aly Keïta, un artiste malien, soliste virtuose du balafon. Puis, le festival prendra la direction du musée de la Bresse, à Saint-Cyr-sur-Menthon où, à partir de 21 h 15, joueront Danyel Waro (la Réunion) et Bonga (Angola).

Retour aux rythmes latinos, enfin, pour le concert de clôture, dimanche 22 juillet à l’Abergement-Clémenciat, avec Retro Latino (Chili/France), Las Hermanas Caronni (Argentine) et une surprise gustative. Si les Temps Chauds ont toujours été «un festival qui se répartit entre la bouche et l’oreille», mêlant musiques et saveurs du monde, il innove ce soir-là en invitant Christian Bidard, maître cuisinier de France exerçant ses talents sur la commune. «Patrimoine local ou mondial, il s’agit de donner aux petits comme aux grands, des racines et des ailes», conclut Françoise Cartade.

0 commentaires

Découvrez également :

Ça gaze pour la cidrerie Les Pentes !

Atelier collage d’étiquettes dans le hangar de la Cidrerie Les Pentes, à Arith. Julien Savaux, 36 ans et Aurélien Bouzac, 40 ans, armés de leur seau de colle et d’une pile de très jolies étiquettes, s’attaquent à une armée de bouteilles de 75 et 33 centilitres....

LIRE LA SUITE

Énergie : le réseau électrique de l’Ain amélioré

Afin de restructurer l’alimentation du réseau électrique au nord-ouest de l’Ain, Enedis réalise un forage horizontal sous la Saône. Le contrat de concession signé fin 2019 entre le SIEA (Syndicat Intercommunal d’Énergie et de e-communication de l’Ain) et...

LIRE LA SUITE

Publicité