La volonté de réindustrialiser la France gagne du terrain et tous les hommes politiques en campagne semblent aujourd’hui s’être accaparés cette idée. Les premières entreprises françaises à en profiter sont d’ailleurs quelques sociétés textiles sollicitées par les partis eux-mêmes pour la fabrication de leurs tee-shirts de campagne, à l’image d’Armor Lux – qui a déjà reçu commande du Modem, du PS et de l’UMP – ou de Lemahieu. La petite PME du Slip Français surfe aussi pleinement sur la vague, surjouant la carte de l’identité nationale jusqu’à la caricature : élastique tricolore à la ceinture, collections aux noms patriotes et détournement d’affiches électorales pour publicité. La recette marche tellement bien que les asiatiques s’intéresseraient à cette réussite. Le monde à l’envers…

Au-delà de l’anecdote, ces quelques exemples redonnent de l’espoir aux entrepreneurs : le Made in France a peut-être un avenir. En tout cas, la mayonnaise commence à prendre et les acheteurs hexagonaux se montrent sensibles à l’argument. Un récent sondage CSA relevait par exemple que 70 % d’entre eux font confiance aux entreprises agroalimentaires françaises pour garantir la sécurité des produits. Et certaines catégories de consommateurs regardent désormais la provenance d’un produit avant de le glisser dans leur panier.

Mais pour beaucoup, le prix reste encore l’un des principaux critères de choix. Pour convaincre au-delà de ceux qui en ont les moyens, le patriotisme ne suffira pas. La fabrication française devra se réimposer comme une marque de qualité en opposition aux produits chinois, certes beaucoup moins chers, mais dont le manque de fiabilité finit, à la fois, par lasser et par coûter cher…

En ce sens, la proposition de loi de notre sénatrice Sylvie Goy Chavent, de graduer le pourcentage de travail réellement réalisé en France, pourrait éviter bien des écueils. Et principalement celui de voir apparaître sous un label « français » des produits assemblés sur notre territoire à partir de pièces fabriquées à l’étranger. Des milliers d’emplois sont en jeu !