Malraux entre en mécènes avec le Cercle M Malraux

Malraux entre en mécènes avec le Cercle M Malraux

La scène nationale chambérienne vient de créer son club de mécènes. Marie-Pia Bureau, directrice de l’institution culturelle, explique pourquoi.

Malraux scène nationale Chambéry Savoie vient de s’entourer d’un club d’entreprises mécènes appelé le Cercle M. Pouvez-vous nous le présenter ?

Nous avons commencé à chercher des entreprises partenaires avec Jean- Louis Sevez organisation au mois de janvier. Nous espérions réunir une quinzaine de sociétés. Aujourd’hui, le club en compte trente-trois, de toutes les tailles et de tous les secteurs d’activité, la majorité d’entre elles étant situées dans le Grand Chambéry.

L’absence de revalorisation de votre budget depuis 2008 a sans doute participé de votre décision à monter une telle structure ?

Cela a été une des raisons, mais pas la principale. Notre budget de 5,5 millions d’euros (dont 3,2 millions de subventions) nous permet de payer les salaires de nos 34 équivalents temps plein, les charges liées au bâtiment et l’achat de spectacles. 95 % des subventions retournent ainsi au territoire. Mais cette stabilité budgétaire, au regard de l’inflation, nous conduit à baisser notre aide à la création pour maintenir une programmation de qualité. Le Cercle M va contribuer à renforcer notre marge artistique et la possibilité de soutenir des artistes. La seconde raison, plus importante encore à mes yeux, tient en quelques mots : je voulais que les entreprises soient là.

“NOUS AVONS VOULU PROFITER DE LA DYNAMIQUE DE NOTRE RÉOUVERTURE, DÉBUT DÉCEMBRE 2019, POUR CRÉER CE CLUB.”

Marie-Pia Bureau

Expliquez-vous…

Pendant des années, Malraux a pu être considéré comme un lieu qui aurait eu son public du monde associatif, de l’enseignement… Je voyais que les patrons venaient peu ou pas à nos spectacles. Cela me gênait car notre mission est de nous adresser à tous. Dès mon arrivée en 2014, j’ai adhéré au Réseau Entreprendre Savoie où j’ai été très bien accueillie. C’est en discutant avec des chefs d’entreprise que j’ai perçu les réticences de certains à notre égard. Aller au spectacle ne paraissait pas être dans les usages des cadres, plus tournés vers le handball et le rugby. Parallèlement, j’ai senti des craintes dans mon équipe face à un rapprochement avec le monde de l’entreprise, comme si cela allait menacer notre liberté de programmer… Le discours était un peu caricatural de chaque côté !

Au regard du nombre de sociétés adhérentes au Cercle M, vous avez une certaine force de persuasion !

Jean-Louis Sevez et moi avons fait la connaissance de plein de patrons et ces rencontres ont été d’heureuses rencontres. Ce sont des gens ultramotivés pour faire venir leur personnel ou leurs clients aux spectacles, qui ont aussi pris en considération notre mission envers les publics en difficulté.

Quel est le ticket d’entrée au club ?

Nous avons établi trois niveaux d’entrée : le premier à 5 000 euros, le deuxième à 10 000 et le troisième à 25 000 euros. 60 % des sommes versées sont déductibles des bénéfices et nous proposons bien sûr des contreparties en conséquence.


Propos recueillis par Sylvie Bollard


Cet article est paru dans votre magazine ECO Savoie Mont Blanc du 7 juin 2019. Il vous est exceptionnellement proposé à titre gratuit. Pour retrouver l’intégralité de nos publications papiers et/ou numériques, vous pouvez vous abonner ici.

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.