La MFR de Cormaranche-en-Bugey veut s’ouvrir au monde

par | 12 Mai 2022

Le CFA du bois s’apprête à construire sa plateforme d’innovation et veut la rendre accessible à l’extérieur.

«Cette plateforme d’innovation va nous permettre de renforcer le support technologique de nos jeunes en leur proposant un équipement plus performant, plus en adéquation avec les réalités professionnelles d’aujourd’hui et la technicité. Mais cela nous permettra aussi de proposer des services aux entreprises du territoire, en lien avec Xylofutur, le pôle de compétitivité du bois », explique Pierre Roux, directeur du CFA des métiers du bois, la Maison familiale rurale (MFR) de Cormaranche-en-Bugey, lors de la pose de la première planche du futur équipement, jeudi 5 mai. Entre autres services, le CFA de 180 étudiants veut ouvrir un atelier associatif pour permettre à différents publics de se croiser. « Les jeunes pourront se confronter à des entreprises et à des personnes de l’extérieur. Nous voulons nous ouvrir sur le territoire et mettre à disposition nos machines, moyennant rémunération, à des entreprises qui n’auraient potentiellement pas les moyens en propre », poursuit Pierre Roux.

L’innovation du projet passe aussi par l’architecture. « Une coursive pour les personnes à mobilité réduite desservira tous les ateliers. Et la MFR sera bâtie via des différentes méthodes qu’il existe dans la construction bois. » Un excellent moyen de servir de vitrine aux jeunes en formation et de les inciter à poursuivre leurs études au sein de l’établissement. Et pour les accueillir, les lieux devraient passer de 3 000 m² actuellement à 4 500 m², si toutefois l’école, soutenue par de nombreuses collectivités, parvient à réunir les fonds pour mener à bien les quatre tranches de travaux nécessaires. « Cela représente en tout 5 M€, dont 3 sont financés », explique le directeur.

Machine cinq axes

La première tranche prévoit l’achat d’une machine-outil cinq axes. « Il s’agira d’un cobot, un robot capable de travailler avec l’humain. Une fois lancé sur son programme, il est totalement autonome, s’équipe seul des outils dont il a besoin et peut travailler à partir de la grume jusqu’à la fabrication d’une charpente. » Très polyvalent, l’outil n’occupe que 4 m² une fois à l’arrêt. Une véritable opportunité pour former les jeunes aux nouvelles technologies. L’investissement se situe toutefois entre 200 000 et 400 000 €.


L’ETB s’étend

De 60 m², l’École technique du bois (ETB), à Cormaranche-en-Bugey, est passée à 350 m² plus un nouvel atelier de maintenance industrielle unique en France de 280 m². Les travaux, achevés en avril, ont coûté 1,70 M€. « Avant nous avions deux salles de cours pour 40 étudiants et un bureau. Désormais nous avons cinq nouvelles salles de classe, deux bureaux, un foyer », explique Jean-Christophe Charrier, directeur de l’établissement. Quant à l’atelier, il posséderait l’un des équipements les plus complets de France pour une école, avec notamment un tour, des cisailles, une plieuse, une presse, un ensemble de soudure complet, mais également de quoi travailler sur des systèmes hydrauliques. Et le travail des élèves est valorisé. Ces derniers se penchent uniquement sur de la commande client pour laquelle ils touchent un pourcentage.

Enfin, la construction du foyer était un élément clé pour le directeur : « Les étudiants dorment à l’internat de la MFR. Le soir, ils auront la possibilité de revenir à l’école pour jouer au ping-pong, au baby-foot, au billard, etc. Ils ont tout ce qu’il leur faut pour se détendre jusqu’à 22 h 30. »


Joséphine Jossermoz

1 Commentaire

  1. BORNAREL Jean-Marc

    Projet ambitieux qui fait plaisir
    Avez vous introduit dans votre projet de la VA-VR – Réalité Augmentée et Réalité Virtuelle ?? De plus en plus d’établissements d’enseignement y compris au sein des MFR ont introduit cet Outil dans leur pédagogie ??

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

20 ans Mécabourg

Le bel âge de Mécabourg

Le groupement des entreprises de la métallurgie fête ses 20 ans, mais préfère regarder devant. « Au départ, nous étions 13 entreprises, dont six au bureau. Les projets sont allés au-delà de ce que l’on pouvait espérer », a relevé Philippe Padet. « L’état...

LIRE LA SUITE

Immobilier : Priams affiche ses ambitions nationales

Le promoteur et aménageur annécien Priams poursuit son développement dans l’Hexagone et remporte d'importants appels d'offres. Que de chemin parcouru depuis 1997, année de la création de Priams par Antoine Machado ! Le promoteur immobilier, au départ très...

LIRE LA SUITE

Vers et coccinelles : Créa marque des points

La PME de Bonneville entend compléter ses gammes d'insectes auxiliaires et d'auxiliaires du jardin pour servir aussi le marché des professionnels. Un bac de plastique plein de poudre blanche devant lui, un jeune homme en remplit de tout petits sachets. Dans le bac,...

LIRE LA SUITE

Publicité

Pin It on Pinterest