Le centre d’élevage de Domancy sera inauguré lors des rencontres internationales du gypaète barbu organisées à Passy, du 10 au 12 novembre.

Passy s’apprête à accueillir les rencontres internationales du gypaète barbu. Organisées par Asters, le conservatoire des espaces naturels de Haute-Savoie, et la Fondation pour la conservation des vautours (VCF), ces journées marquent le 30eme anniversaire de la réintroduction de l’espèce en France, le 20 eme de la première naissance dans les Alpes. Elles se dérouleront dans le cadre du programme Life GypHelp visant à mettre en place des actions en faveur de la protection du gypaète.

Une centaine de participants attendus

Une centaine de participants venus de toute l’Europe seront du 10 au 12 novembre au pied du Mont Blanc. Parmi eux des spécialistes de l’espèce (gestionnaires, scientifiques, associations, observateurs), institutions  et collectivités (services de l’Etat, région, département), financeurs et partenaires.  L’objectif est de faire le point sur le programme Life GypHelp et d’évoquer les perspectives.

Un plan d’actions

Le gypaète barbu bénéficie d’un plan d’actions, animé dans les Alpes par Asters. Asters gère également l’unique centre français d’élevage de gypaètes barbus. Cet espace a pour vocation de favoriser la reproduction tout en limitant au maximum les interventions auprès des animaux afin qu’ils gardent un comportement le plus naturel possible. Abrité depuis 2002 dans un bâtiment en bois, sans fondations, le centre a été reconstruit cette année à Domancy pour accueillir les oiseaux dans de meilleures conditions. Les travaux qui seront inaugurés le 12 novembre ont, entre autres, porté sur les volières en mesure d’accueillir quatre couples.

Une espèce toujours menacée

Longtemps décrié et pourchassé, le gypaète barbu avait quasiment disparu dans les Alpes au début du 20e siècle. Une première tentative de réintroduction est portée, dans les années 1970, par la Direction départementale de l’agriculture de Haute-Savoie. Réalisée à partir d’oiseaux prélevés dans la nature en Afghanistan, elle échoue. En 1978, une reproduction en captivité réussit en Autriche. Un réseau d’élevage se met en place au sein du programme européen pour les espèces menacées. Il faut attendre 20 ans pour voir la première reproduction en nature réussir avec l’envol du poussin Phénix Alp Action en 1997 dans le massif du Bargy. En 2017, 30 couples se sont reproduits sur l’arc alpin dont 13 sur le versant français. Des chiffres encourageants mais l’espèce reste menacée.

@Flickr – Jayhem