Les opportunités aindinoises de l’hydrogène renouvelable

par | 28 Jan 2021

La région et le département sont bien placés pour participer à la naissance de cette filière gaz, entre projets d’infrastructures et incitations à l’équipement en véhicules.

«Fabricants d’électrolyseurs, entreprises de stockage de gaz, industriels consomma­teurs… La région possède énormément d’atouts pour le déploiement d’une filière hydrogène », affirme Ameziane Roubache, key account manager chez Hympulsion, bras armé du projet Zero Emission Valley fondé par Michelin, Engie, le Conseil régional, la Banque des Territoires et le Crédit Agricole. « Auvergne Rhône-Alpes est très dyna­mique en termes de consommation d’hydrogène. L’environnement lui est favorable, y compris dans l’Ain où l’on peut envisager sa production à partir d’énergies renouvelables, où des collec­tivités souhaitent investir dans des transports publics propres et où des industriels cherchent à verdir leur consommation énergétique », confirme Anil Kalyanpur, chargé d’affaires chez Storengy. L’un et l’autre intervenaient le 21 janvier, lors d’un webinaire orga­nisé par la CCI de l’Ain, sur les oppor­tunités offertes aux entreprises locales, par l’hydrogène renouvelable.

Territoire d’innovation

Storengy, qui exploite à Étrez, depuis 40 ans, le plus impor­tant site de stockage de gaz naturel en cavités salines d’Eu­rope, équivalent à la consommation de 11 millions de per­sonnes, expérimente depuis quelques mois, le stockage d’hydrogène. « Ce serait une première en France, alors qu’il existe très peu de projets dans le monde, essentiellement en Grande Bretagne et aux États-Unis. Outre le stockage, l’idée serait de développer tout un écosystème, de compléter la chaîne de valeur entre la production d’hydro­gène décarboné et sa consommation finale, d’avoir un projet pilote que nous pourrions répliquer en Europe. À cette fin, nous travaillons avec des parte­naires français, britanniques et alle­mands. Nous avons répondu à un appel à projets européen. Et nous avons obtenu 5 M€ de subventions pour un projet de 13,2 M€. Nous envisageons de produire de l’hydrogène à partir d’éner­gies renouvelables pour le stocker en cavité saline. Des camions transporte­raient ensuite ce gaz sous une pression de 300 bars, pour ali­menter les clients finaux, en utilisation industrielle ou pour la mobilité. Nous pen­sons passer com­mandes des matériels à partir du 3e ou du 4e trimestre de cette année, lancer les appels d’offres en 2022 et passer en production en 2023. »

Hympulsion, pour sa part, bénéficie de 10,1 M€ de financements pour déployer dans le cadre du projet Zero Emission Valley, 20 stations à hydro­gène d’ici à la fin 2023. Proches des corridors autoroutiers, elles doivent permettre de traverser la région, en trouvant des solutions de ravitaille­ment à proximité. L’une est déjà opérationnelle à Chambéry. Cinq autres doivent être déployées fin 2021- début 2022, dont trois seront équipées d’électrolyseurs. « Nous sommes un peu confrontés au problème de savoir qui de l’oeuf ou de la poule est apparu en premier, s’il faut développer en pre­mier les stations ou les flottes de véhi­cules. Nous avons besoin des deux, bien sûr, remarque Ameziane Roubache. C’est pourquoi des accom­pagnements sont proposés aux entre­prises qui souhaitent investir dans la mobilité hydrogène. Et ces clients pionniers sont invités à signer notre lettre d’intention, pour nous permettre de quantifier la demande. »

L’œuf et la poule

Dans le cadre de son plan de relance, la France a mis 7 milliards d’euros pour développer une filière hydrogène, avec des fonds pour développer à la fois les infrastructures et les flottes de véhicules. Pour faciliter le déploiement de ces derniers, les surcoûts à l’achat sont pris en charge à hauteur de 35 à 45 %.


Offre et demande

Selon Nazim Laggoune, consultant hydrogène du cabinet grenoblois Enerka, plus la production sera importante, plus le coût du gaz sera faible. D’où la nécessité de développer une flotte de mobilité conséquente.


Par Sébastien Jacquart

Une Eco de l'AinCet article est paru dans le magazine ECO de l’Ain du 28 janvier 2021. Pour retrouver l’intégralité des articles de notre hebdomadaire, mais aussi nos suppléments et hors-séries, c’est ICI et ICI.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

La santé des dirigeants en péril

L’observatoire Amarok a communiqué les résultats d’une nouvelle étude portant notamment sur le risque de burn-out des entrepreneurs. Depuis le début de la crise sani­taire, l’observatoire Amarok et le Labex...

Lire la suite

Publicité

Pin It on Pinterest