Outdoor : l’Annecy Base Camp ouvre ses portes

Outdoor : l’Annecy Base Camp ouvre ses portes
Outdoor : l’Annecy Base Camp ouvre ses portes
4.5 (90%) 2 votes

Le 8 mars, l’Annecy Base Camp, siège et incubateur de l’association Outdoor sports valley (OSV), a été officiellement inauguré aux Glaisins à Annecy-Le-Vieux.

Le bâtiment flambant neuf de l’Annecy Base Camp a fait l’unanimité, ce jeudi 8 mars à Annecy-Le-Vieux, lors de son inauguration en présence des institutions locales, des partenaires et de nombreuses entreprises membres de l’association Outdoor Sports Valley (OSV). Il a fait aussi la fierté des élus – en particulier Jean-Luc Rigaut et Bernard Accoyer, respectivement président et vice-président du Grand Annecy, qui ont porté le projet –, et de l’équipe dirigeante d’OSV, avec au premier chef Patrick Giraudon, son président, et Anne Schott, sa directrice exécutive.

Considéré comme un “exemple en la matière”, il est le 1er incubateur d’entreprises européen dans les domaines du sport et de l’outdoor, et désormais de l’équipement de la montagne, en partenariat avec le Cluster Montagne… Qui plus est, implanté sur le parc des Glaisins, épicentre de la filière qui concentre un grand nombre de fabricants et de marques du secteur.  « L’outdoor a aujourd’hui son totem, un lieu de ralliement pour tous », s’est félicité Jean-Luc Rigaut.

Soirée d’inauguration de l’Annecy Base Camp, en présence des élus locaux, partenaires et dirigeants des entreprises adhérentes à OSV. Elles sont au total 430 (dont 240 membres actifs), TPE, PME et grands groupes, employant 7 500 salariés et générant un chiffre d’affaires France de 1,8 milliard d’euros. ©David Malacrida

Pour Patrick Giraudon, ce moment est solennel : ” Que de chemin accompli depuis la création d’OSV en 2010… Plus qu’un lieu d’hébergement, l’Annecy Base Camp est un lieu de vie et d’accueil pour toutes les entreprises de l’outdoor. Nous avons grand espoir de voir demain grandir, ici, des sociétés créatrices d’emplois “. En guise de conclusion, le président d’OSV a donné rendez-vous le 1er juin, date de l’assemblée générale de l’association, ” en espérant, a-t-il précisé, qu’ OSV devienne cluster dans l’année “. Une allusion à l’alliance annoncée avec le cluster Sporaltec (lire son interview parue dans Eco Savoie Mont Blanc, édition du 9 mars).

Patrick Giraudon, président d’Outdoor sports valley (OSV) depuis juin 2016, entouré des élus locaux lors de l’inauguration de l’Annecy Base Camp. ©David Malacrida 

3 millions d’euros d’investissement pour un bâtiment dédié de 1 200 m²

Ce bâtiment sur trois niveaux comprend au rez-de-chaussée les bureaux d’OSV, un espace de coworking réservé aux incubés ante création, un atelier de prototypage. Et dans les étages supérieurs, une pépinière et un hôtel d’entreprises abritant 19 bureaux, occupés aujourd’hui à 85 % (quatre bureaux restent vacants en pépinière mais seraient déjà réservés).

Le nouveau bâtiment de l’Annecy Base Camp est situé sur le parc d’activité des Glaisins à Annecy-Le-Vieux, où OSV compte déjà plus de 40 entreprises adhérentes. ©Patricia Rey

Ce projet, dont le coût s’élève à 3 millions d’euros, a été financé par le Grand Annecy (à hauteur de 1,5 million) qui en reste le propriétaire, la région Auvergne-Rhône-Alpes (900 000 euros) et le département de la Haute-Savoie (600 000 euros). “ Depuis 2002, l’agglo soutient la création d‘entreprises. 250 ont été accompagnées, parmi lesquelles celles de l’Annecy Base Camp “, a rappelé Jean-Luc Rigaut.

L’atelier de prototype, aménagé sur 70 mètres carrés, permet aux étudiants et résidents de l’Annecy Base Camp de réaliser leurs premiers “produits minimum viables” et de les tester. ©Patricia Rey

 

 

Anne Schott, directrice exécutive de l’association, gère une équipe de dix salariés et trois stagiaires. ©Patricia Rey

 

Pour mémoire, l’incubateur Annecy Base camp a été lancé en 2016, à l’initiative de Jean-Luc Diard et Rémi Forsans (l’ancienne équipe dirigeante d’OSV).  Il constitue l’un des trois dispositifs d’accompagnement proposés par Outdoor sports valley, au même titre que le parrainage et l’hébergement en pépinière. Au sein de l’incubateur, OSV a accompagné 12 projets entrepreneuriaux (cinq en 2016, sept en 2017).

Parmi les entreprises hébergées cette année en pépinière, figurent Saola (incubée OSV, concepteur et fabricant de chaussures lifestyle écoconçues), Made Nature (place de marché de produits sportifs écologiques), Mero Mero (fabrication de sacs et accessoires pour bébé), Rope up (logiciel de gestion pour le bureau des guides), Horizon altitude (agence de consulting créée par Jean-Philippe Demaël), Wagon Blanc (agence marketing d’événements sportifs)…

L’hôtel d’entreprises, lui, en compte quatre : Prism (entreprise parrainée en 2014 qui conçoit et vend des sacs à dos modulables), To The Fit (créateur de patronnages numériques pour le textile), Riot House (société de communication visuelle) et Rip Curl (entitée dédiée aux vêtements et accessoires de montagne).

Le panneau “totem“ de l’Annecy Base Camp. ©David Malacrida

 

Pourquoi ont-ils choisi l’Annecy Base Camp ?

Trois dirigeants témoignent

  • « Après avoir été suivis pendant trois ans par OSV, nous avons souhaité rejoindre l’Annecy Base Camp. Nous avons eu la chance d’être sélectionnés par le Grand Annecy et l’association parmi les 30 dossiers déposés. OSV apporte beaucoup aux jeunes marques de sport, car il existe une vraie émulation. C’est aussi l’opportunité pour une petite entreprise comme la notre de pouvoir s’implanter dans un parc d’activité reconnu, où sont installés beaucoup de nos clients et partenaires », Sébastien Raffin, cofondateur avec Alain Sanchez de To The Fit, concepteur de patrons de couture numériques pour le textile (un bureau à Bidart).
  • « Pour nous qui avons été parrainés par OSV, travailler avec l’association (une référence au niveau national) et intégrer l’Annecy Base Camp était une évidence. Nous sommes hébergés en hôtel d’entreprises pour deux ans, aux côtés d’autres sociétés avec lesquelles nous avons grandi et que nous connaissons bien… c’est ultra motivant. En 2018, nous avons prévu d’y transférer notre siège basé initialement à Lyon », Anne-Marie Castel, coassociée de Prism, fabricant de sacs à dos techniques modulables.
  • « Faire partie de l’Annecy Base Camp insuffle une vraie dynamique. La pépinière nous assure la location de bureau à prix modéré et une flexibilité très appréciable…  des paramètres essentiels quand on crée son entreprise. Au-delà, bénéficier du soutien d’OSV et du réseau permet d’échanger, de partager et de mutualiser. Qui plus est au sein du parc des Glaisins qui regroupe un nombre impressionnant de marques. Cet écosystème est extrêmement porteur pour les entreprises de l’outdoor », Guillaume Linossier, dirigeant-fondateur de Saola, marque de chaussures lifestyle écoconçues.

 

A lire aussi, sur OSV et la filière outdoor :

Interview / Patrick Giraudon : « Devenir le cluster référent de la filière outdoor »

 

Dossier : Outdoor sports valley (OSV), un « facilitateur de projets »

 

https://eco-savoie-mont-blanc.com/osv-devoile-nouveaux-laureats/

 

 

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Réseaux-sociaux-ECOMEDIA

ANNONCES LÉGALES : CONSULTEZ ET PUBLIEZ !

Devis immédiat 24h/24 Attestation parution par mail Paiement CB sécurisé

PUBLICITÉ

PUBLICITÉ

ARTICLES LES PLUS LUS

MAG ECO SAVOIE MONT BLANC


MAG ECO DE L'AIN


PUBLICITÉ

MAG L'EXTENSION


MAG ECO NORD ISÈRE



ARTICLES RÉCENTS

L’archéologie, spécialiste de la précarité longue durée

L’archéologie, spécialiste de la précarité longue durée

Qui sont les archéologues ? Quelle formation ont-ils suivi ? Qui les emploie et pour quelles missions ? Combien sont-ils payés ? Creusement du sujet à l'occasion d'un chantier d'intérêt régional à Metz-Tessy (Haute-Savoie). Ce ne sont ni des stagiaires, ni des...

Immobilier : le manque de logements fait fuir les Genevois

Immobilier : le manque de logements fait fuir les Genevois

La pénurie de logements à Genève provoque un exode de la population vers la France voisine et le canton de Vaud, selon une nouvelle étude du Crédit Suisse. Cette situation engendre des problèmes croissants en termes de trafic automobile. La vitalité de l’économie...

Quelle place pour le design dans nos entreprises ?

Quelle place pour le design dans nos entreprises ?

Bertrand Barré, PDG du groupe Zebra et conférencier à ses heures perdues, était l’invité de la soirée DCF pays de l’Ain, le 13 septembre. Ancien joueur de basketball de haut niveau, Bertrand Barré a créé sa première agence de design produit en 1986, à l’âge de 22 ans. Aujourd’hui, il dirige le groupe Zebra, situé à Lyon et employant une cinquantaine de personnes. Une agence référente en matière de design industriel. « Pourtant, il y a trente ans, je doutais que c’était le bon moment pour me lancer, se souvient Bertrand Barré. Disons que j’ai perdu beaucoup de temps à expliquer ce que signifiait le mot design. Car si on ne sait absolument pas l’utiliser en français, employé à tort comme un adjectif, en anglais le mot design est un verbe qui se traduit par concevoir. Et cela change tout.» Le président directeur général du groupe Zebra animait la conférence des DCF Pays de l’Ain le 13 septembre, au centre d’affaires de Bourg-en-Bresse, dans les locaux du Crédit Agricole. D’après Bertrand Barré, si la période 1880-1980 a été profondément marquée par l’essor important de l’ingénierie, le progrès technologique semble en être à ses limites, ces dernières années. « L’ingénierie seule n’est plus la clé, mais le design et l’activité conceptuelle (design thinking en anglais) doivent définir les stratégies des entreprises. » Bousculer les méthodes traditionnelles Une vision entrepreneuriale largement mise en application au sein du groupe Zebra. L’agence de design a tout simplement conçu la brosse à dents à ventouse en 1993 (brevet déposé), à partir de l’observation des habitudes de consommation. « Nous sommes partis du constat que le brossage des dents était une pratique liée à l’hygiène, retrace Bertrand Barré. Nous avons réfléchi à améliorer cette hygiène et au moyen de rendre cet apprentissage dentaire, ludique pour les plus jeunes. » De la même manière, au summum de l’innovation, le groupe Zebra collabore avec l’équipementier de tennis Babolat depuis 25 ans. Ensemble, ils ont conçu la raquette de Rafael Nadal. D’après Bertrand Barré, ces innovations ne peuvent survenir que si l’on admet « les limites des méthodes traditionnelles de marketing et de conception. On travaille extrêmement bien mais on ne produit plus de valeur, poursuit-il. Preuve en est, par exemple, avec les aspirateurs, peu ou prou identiques, vendus par les grandes marques. Il faut remettre en cause les systèmes et oser le changement de paradigme : les entreprises doivent redevenir créatrices ». Si celles-ci sont censées innover pour rester en vie, Bertrand Barré souligne leur incapacité à se lancer réellement. « L’innovation est devenue capitale, or personne ne le fait, constate le PDG du groupe Zebra. Pourquoi Sony, leader mondial de la musique nomade n’a-t-il pas inventé l’Ipod ? Pourquoi Michelin n’a-t-il pas conçu Waze ? Pourquoi aucun des constructeurs automobiles n’a-t-il imaginé Tesla ? » Des questions aux réponses bien mystérieuses. Selon Bertrand Barré, les blocages de pensée empêchent de se projeter vers une démarche innovante. « À l’heure actuelle, un salarié qui apporte une idée nouvelle […]

Contenu reservé aux abonnés premium

Je me connecte → log in

Je m’abonne → Premium Digital un an, Premium Digital 1 jour, Premium Digital 1 semaine, Premium Digital 1 mois or Premium Digital 6 mois

Besoin d’aide ? → digital@groupe-ecomedia.com

L’édito de Myriam Denis : “La formule magique de Macron”

L’édito de Myriam Denis : “La formule magique de Macron”

Quand le Président Emmanuel Macron se prend pour un conseiller Pôle Emploi, cela passe mal dans l'opinion. Dans son édito, Myriam Denis en analyse les raisons. « Vous faites une rue, là, vous allez à Montparnasse par exemple, vous faites la rue avec tous les cafés et...

Votre magazine ECO de l’Ain du 20 septembre 2018

Votre magazine ECO de l’Ain du 20 septembre 2018

100% en ligne, feuilletez votre magazine Eco de l’Ain n°12199 du 20 septembre 2018 sur ordinateur, tablette ou smartphone. Réservé aux abonnés Premium. Le saviez-vous ? Vous pouvez afficher la publication en plein écran, télécharger le document en .pdf (nécessite un compte Calaméo gratuit), l’imprimer, mais aussi rechercher dans la publication ! Pratique, non ? 🙂

Contenu reservé aux abonnés premium

Je me connecte → log in

Je m’abonne → Premium Digital un an, Premium Digital 1 jour, Premium Digital 1 semaine, Premium Digital 1 mois or Premium Digital 6 mois

Besoin d’aide ? → digital@groupe-ecomedia.com

Partenariat MIND / Le travail

Partenariat MIND / Le travail

Entre nécessité financière et objectifs personnels, entre principe de réalité et envies, le parti pris d’aller résolument vers de grandes espérances ! Par Mind. À chaque époque son diktat qui perdure et s’additionne : le « PRODUIRE » au XVIIIème siècle, le «...

Immobilier neuf : recul des ventes à Chambéry au 1er semestre 2018

Immobilier neuf : recul des ventes à Chambéry au 1er semestre 2018

Au 30 juin 2018, les réservations dans le neuf reculent de 18 % dans le Grand Chambéry, les mises en commercialisation aussi... mais de nouvelles opérations devraient reconstituer l'offre d'ici la fin de l'année. Le point avec la FPI Alpes. Si 2017 a été...

Publi-reportage / Les objets acoustiques, par le groupe EPC

Publi-reportage / Les objets acoustiques, par le groupe EPC

Aujourd’hui de nombreux objets acoustiques sont à votre disposition pour améliorer le confort de vos espaces de travail tout en apportant la « touche déco » à votre environnement. Ces solutions absorbantes allient performance, technicité et modernité. Elles se...

Lyon-Turin : dans les entrailles du projet

Lyon-Turin : dans les entrailles du projet

A l'aube de choix décisifs pour le projet, en France comme en Italie, Eco a creusé le sujet. Articles, interviews, enquête : un dossier exclusif. Le gouvernement français a dévoilé, mardi 11 septembre 2018, sa politique d'investissement prioritaire dans les...

INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !

Articles Premium

ARTICLES PREMIUM


ARTICLES PREMIUM

Outdoor : l’Annecy Base Camp ouvre ses portes4.5 (90%) 2 votes Le 8 mars, l’Annecy Base Camp, siège et incubateur de l’association Outdoor sports valley (OSV), a été officiellement inauguré aux Glaisins à Annecy-Le-Vieux. Le bâtiment flambant neuf de l’Annecy Base Camp a fait l’unanimité, ce jeudi 8 mars à Annecy-Le-Vieux, lors de son inauguration en présence des institutions locales, des partenaires et de nombreuses entreprises membres de l’association Outdoor Sports Valley (OSV). Il a fait aussi la fierté des élus – en particulier Jean-Luc Rigaut et Bernard Accoyer, respectivement président et vice-président du Grand Annecy, qui ont porté le projet –, et de l’équipe dirigeante d’OSV, avec au premier chef Patrick Giraudon, son président, et Anne Schott, sa directrice exécutive. Considéré comme un “exemple en la matière”, il est le 1er incubateur d’entreprises européen dans les domaines du sport et de l’outdoor, et désormais de l’équipement de la montagne, en partenariat avec le Cluster Montagne… Qui plus est, implanté sur le parc des Glaisins, épicentre de la filière qui concentre un grand nombre de fabricants et de marques du secteur.  « L’outdoor a aujourd’hui son totem, un lieu de ralliement pour tous », s’est félicité Jean-Luc Rigaut. Pour Patrick Giraudon, ce moment est solennel : ” Que de chemin accompli depuis la création d’OSV en 2010… Plus qu’un lieu d’hébergement, l’Annecy Base Camp est un lieu de vie et d’accueil pour toutes les entreprises de l’outdoor. Nous avons grand espoir de voir demain grandir, ici, des sociétés créatrices d’emplois “. En guise de conclusion, le président d’OSV a donné rendez-vous le 1er juin, date de l’assemblée générale de l’association, ” en espérant, a-t-il précisé, qu’ OSV devienne cluster dans l’année “. Une allusion à l’alliance annoncée avec le cluster Sporaltec (lire son interview parue dans Eco Savoie Mont Blanc, édition du 9 mars). 3 millions d’euros d’investissement pour un bâtiment dédié de 1 200 m² Ce bâtiment sur trois niveaux comprend au rez-de-chaussée les bureaux d’OSV, un espace de coworking réservé aux incubés ante création, un atelier de prototypage. Et dans les étages supérieurs, une pépinière et un hôtel d’entreprises abritant 19 bureaux, occupés aujourd’hui à 85 % (quatre bureaux restent vacants en pépinière mais seraient déjà réservés). Ce projet, dont le coût s’élève à 3 millions d’euros, a été financé par le Grand Annecy (à hauteur de 1,5 million) qui en reste le propriétaire, la région Auvergne-Rhône-Alpes (900 000 euros) et le département de la Haute-Savoie (600 000 euros). “ Depuis 2002, l’agglo soutient la création d‘entreprises. 250 ont été accompagnées, parmi lesquelles celles de l’Annecy Base Camp “, a rappelé Jean-Luc Rigaut.       Pour mémoire, l’incubateur Annecy Base camp a été lancé en 2016, à l’initiative de Jean-Luc Diard et Rémi Forsans (l’ancienne équipe dirigeante d’OSV).  Il constitue l’un des trois dispositifs d’accompagnement proposés par Outdoor sports valley, au même titre que le parrainage et l’hébergement en pépinière. Au sein de l’incubateur, OSV a accompagné 12 projets entrepreneuriaux (cinq en 2016, sept en 2017). Parmi les entreprises hébergées cette année en pépinière, figurent Saola (incubée OSV, concepteur et […]
This category can only be viewed by members.