La population des deux Savoie a largement répondu à l’appel du Président de la République pour aider les structures les plus en difficultés en pleine crise sanitaire du Covid-19.

Après un appel national lancé par Emmanuel Macron, invitant les Français à « inventer de nouvelles solidarités », la plateforme en ligne de la Réserve civique a été remise au goût du jour pour répondre à une demande urgente de main d’œuvre solidaire.

Et cet appel a été largement entendu par la population des deux Savoie, puisque près de 7 000 bonnes âmes se sont inscrites sur cette dernière (4 254 en Haute-Savoie, 2 434 en Savoie) à dater de cette fin avril. À ce jour, près de 800 citoyens ont pris contact avec une structure dans le but d’avoir une mission, soit 493 haut-savoyards et 299 savoyards.

Près de 70 structures ont donc été validées conjointement par les préfectures et les Directions départementales de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP). En tout, ce sont 26 structures en Haute Savoie et 42 en Savoie qui ont été authentifiées, « sachant qu’une seule structure peut proposer plusieurs missions et donc une pluralité de postes », explique Fabien Basset à la DDCSPP de Haute-Savoie en charge de la Réserve civique.

Origines

La Réserve civique est une plateforme en ligne qui a été pensée après les attentats de 2015. Mais elle a bien été créée suite à la loi sur Égalité et Citoyenneté en 2017 pour mettre en relation les structures et les personnes volontaires.

Face à l’urgence sanitaire, une majorité du secteur associatif et du monde économique a été stoppée ou ralentie. La Réserve civique a donc été relancée pour répondre à la demande urgente de volontaires pour aider les secteurs qui en ont le plus besoin. Fabien Basset résume : « la plateforme permet de mettre en lien l’offre et la demande », créant une véritable vague de solidarité et un vivier de bénévoles.

Cinq thématiques jugées prioritaires ont été identifiées : l’aide alimentaire ou d’urgence, la garde exceptionnelle d’enfants des personnels indispensables à la gestion de la crise sanitaire, maintenir le lien (sous forme d’appel téléphonique) avec les personnes fragiles et isolées, la solidarité de proximité à destination des voisins les plus fragiles, et le soutien scolaire à distance.

En Savoie, les participations des volontaires se concentrent pour la plupart sur la solidarité de proximité (139 personnes) et le maintien du lien avec les personnes fragiles et isolées (91 personnes). Le référent de la DDCSPP Savoie Quentin Cardinaud constate que « cette volonté de se placer au service de la collectivité confirme des solidarités déjà très actives en Savoie ainsi qu’un tissu associatif robuste. »

Plateforme pérenne

Quentin Cardinaud évoque une « volonté de maintenir la mobilisation citoyenne après le confinement et ainsi ne pas décevoir les inscrits de la Réserve civique sans missions à ce jour. » Quant à Fabien Basset, il demande aux structures qui ont fait appel à la plateforme « de se positionner pour l’après COVID-19 d’autant que de nouveaux besoins pourraient ressurgir », d’autant qu’il n’y aura plus « la contrainte de restriction de déplacements. » Tout l’enjeu réside dans la volonté de pérenniser l’engagement et l’investissement formulée par les citoyens, et de maintenir ce bel élan de solidarité.

Le dispositif complémentaire du Grand Annecy

Si le Grand Chambéry a souhaité regrouper les demandes des volontaires dès la création de la Réserve civique pour éviter un doublon de plateforme, le Grand Annecy a maintenu son appel au volontariat. À ce jour, 130 personnes se sont manifestées auprès de la Direction des ressources humaines de l’agglomération qui se charge de recenser les volontaires. 35 ont été mobilisées pour le moment, uniquement dans le secteur de services aux personnes âgées (dont 15 pour l’aide aux soins ou à la vie quotidienne). Le dispositif vient compléter les réorganisations de service et le recours aux agences d’intérim.