Prévoir son plan de continuité

par | 18 Avr 2020

Avec la crise sanitaire, un plan de continuité de l’activité s’avère essentiel pour traverser le plus sereinement possible la situation.

Reprendre l’activité, voilà une idée qui laisse rêveuses bien des entreprises actuellement. Seulement avec environ 18 000 morts en France du virus, il n’est pas possible de reprendre sans la moindre mesure. Ce vendredi 10 avril, le Medef de l’Ain proposait à ses adhérents, une visioconférence avec Agnès Grandjean, formatrice en conseil RH social et spécialiste en hygiène sécurité. Le sujet du jour ? La mise en place d’un plan de continuité de l’activité (PCA). « N’oublions pas que 95 % des personnes en ayant contaminé d’autres, étaient asymptomatiques à ce moment-là. Nous devons donc partir du principe que nous pouvons tous contaminer quelqu’un », explique-t-elle. Le PCA consiste à mettre en place une organisation pour que l’entreprise puisse travailler en mode dégradé. « Dans ce contexte, nous ne pouvons pas continuer à travailler à l’identique. Théoriquement, le PCA devrait être prévu à froid. Sauf que les entreprises ont été prises de court par le coronavirus et commencent seulement à y réfléchir. » Pourtant, des textes parlaient déjà de ce plan avant 2009, en cas de pandémie grippale.

Des domaines essentiels

Pour réaliser un PCA correctement, il est nécessaire d’intégrer les aspects réglementaires. « On essaie de suivre au mieux ce qui est annoncé par les différents ministères, qu’il s’agisse de la santé, du travail ou encore de l’économie. » L’exercice demande aussi de la réactivité, quand il faut parfois créer des procédures qui n’existaient pas avant. Certains salariés peuvent être des nouveaux, embauchés pour remédier aux absences. Auquel cas, se présente le problème de la formation au poste auquel va être affecté le salarié. « Il faut en tout premier lieu, désigner un responsable du PCA. Cette personne doit avoir des compétences et des pouvoirs, éventuellement par l’intermédiaire d’une délégation. Il est important de prévoir un suppléant en cas d’absence. » En parallèle, il est nécessaire de constituer une cellule de crise avec des titulaires et des remplaçants. Pour le bon fonctionnement de celle-ci, les modalités de réunion et de communication doivent être définies dans le même temps, qu’il s’agisse d’éventuels supports, mais également de la fréquence. « Malgré la situation exceptionnelle, il ne faut pas oublier de consulter le CSE pour les orientations stratégiques de l’entreprise, mais également pour les moyens techniques permettant un contrôle de l’activité des salariés, notamment pour les personnes en télétravail. »

La poursuite de l’activité

Pour permettre une reprise de l’activité dans de telles conditions, la gestion des risques est primordiale. « Il faut bien sûr commencer par analyser ces derniers, de manière à les traiter. Parmi eux, on compte les risques stratégiques (cessation d’activité d’un fournisseur, par exemple), opérationnels (comme l’indisponibilité des salariés), liés à la gouvernance ou encore aux aspects juridiques. Ce travail réalisé, l’entreprise doit définir les activités essentielles à la poursuite de l’activité et celles qui peuvent éventuellement être reportées », explique Agnès Grandjean. Il est aussi conseillé de recenser toutes les personnes présentes sur site et en télétravail. « Il est important aussi de penser à rédiger un avenant au contrat pour les salariés en home office. Pour les autres, ceux qui se rendent encore sur site, il faut mettre en place de nouvelles consignes de sécurité et de protection. » Parmi celles-ci, le respect des règles de distanciation doit être possible. Il faut donc penser à espacer les postes de travail pour éviter la promiscuité et mettre à la disposition des employés, notamment, du savon ou du gel.

Sortie de crise

Le PCA doit bien évidemment prévoir la sortie de crise, avec les conditions de reprise et le nombre de personnes disponibles et en bonne santé. Il est nécessaire d’établir un constat des problématiques survenues, mais également de vérifier les installations qui n’auront pas fonctionné à leur rythme habituel. Enfin, si le risque sanitaire persiste, il est essentiel de s’assurer du maintien des gestes barrières.


Par Joséphine Jossermoz

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Ouverture des stations : les clés du débat

« Il me semble impossible d’envisager une ouverture des stations pour les fêtes de fin d’année ». la phrase d’Emmanuel Macron n’en finit pas de faire couler de l’encre et d’agiter les réseaux. C’est dans ce contexte...

Lire la suite

Au Pipa, Patagonia et Pampa se côtoient

En attendant un tassement de la crise sanitaire, le Parc Industriel de la Plaine de l’Ain (Pipa) poursuit sa mission. Véritable poumon économique, il a inauguré “Patagonia”, un bâtiment locatif d’environ 1000 m2 de...

Lire la suite

Publicité

Pin It on Pinterest