RDTA se met au biocarburant

par | 11 Mai 2022

La Régie des transports de l’Ain a lancé sur les routes, huit véhicules au HVO et ne compte pas s’arrêter en si bon chemin.

« Nous lançons ces huit véhicules pour répondre à un nouveau marché, sur les lignes Y 21 entre Annecy et Seyssel et Y 22 entre Valserhône et Annecy, explique Paul Henri Durand, responsable marketing, communication et contrôle à la Régie des transports de l’Ain (RDTA). Ces véhicules sont un pas de plus pour sortir des énergies fossiles. Ils font partie des solutions les plus rentables économiquement et les plus écologiques. » Les bus, inaugurés le 3 mai, fonctionnement en effet au HVO (huile végétale hydrotraitée, en français). Ce carburant à base d’huile de friture recyclée permet de réduire les émissions de CO2 d’environ 90 % et sans surcoût pour la régie dont le budget annuel s’élève à 35 millions d’euros. En effet, le coût des véhicules se chiffre à 179 000 euros pièce, le prix d’un car habituel, puisque ceux-ci sont désormais tous compatibles au biocarburant HVO. À la pompe, le surcoût est minime puisque le litre n’est “qu’à” 1,95 €.

Compatible avec les ZFE

Si le biocarburant B100 permet d’atteindre le Crit’Air 1, il entraîne aussi une surconsommation de 10 % et nécessite des vidanges et nettoyages des cuves et réservoirs. Le HVO est pour sa part exempt de ces contraintes et autorise une classification en Crit’Air 2 et par conséquent, la circulation dans les zones de faible émission comme Lyon. Une aubaine pour les flottes diesel.

Pour faciliter son approvisionnement, la RDTA a transformé l’une des cuves diesel de son centre de Valserhône en cuve de HVO.

La régie ne compte pas s’arrêter là puisqu’elle prévoit de rétrofiter (c’est-à-dire convertir à l’électrique ou, le cas échéant, au biocarburant) une vingtaine de véhicules pour une mise en service en septembre 2022, sur le centre de Valserhône. Ce rétrofit vers le HVO devrait cette fois engendrer un surcoût, encore inconnu à ce jour. D’ici fin 2022, 17 % du parc d’autocars de la régie devrait être en énergie renouvelable avec 12 cars au gaz (lire Éco de l’Ain du 3 mars p13), un bus électrique, un véhicule à l’hydrogène et 28 véhicules au HVO.


15 %

Le secteur des transports est responsable à lui seul de 15 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

17 %

Le parc de la régie devrait compter 17 % de véhicules à énergie renouvelable d’ici la fin de l’année.


Place aux vélos

Outre le biocarburant, les huit nouveaux véhicules de la RDTA vont bénéficier d’une autre innovation. Chacun d’entre eux sera équipé d’un porte-vélos permettant d’accueillir six bicyclettes de 25 kg chacune.

L’installation a été réalisée de sorte à ne pas masquer les feux arrière, la plaque d’immatriculation ou encore les disques indicateurs de vitesse. La vitre arrière, l’une des issues de secours, n’a pas été occultée totalement de sorte à être toujours en état d’usage en cas d’urgence.

Ce nouvel outil est 100 % français tant pour la fabrication que pour les matériaux, mais aussi 100 % recyclable, résistant aux UV et au sel. En fibre de verre, il est plus léger que les traditionnels porte-vélos en aluminium.

Une véritable incitation à la pratique du vélo en complément du transport collectif. Une manière de minimiser au maximum l’impact des déplacements sur l’environnement.


Joséphine Jossermoz

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Jeu Change mise sur le réemploi

Après avoir travaillé dans l’industrie du jouet, Juliette Maquaire lance Jeu Change, en avril dernier, une plateforme de jeux et jouets reconditionnés pour les particuliers. Son constat : 70 à 80 % des jeux et jouets, principalement fabriqués en Asie, ont une durée...

LIRE LA SUITE

Extension collège Péron © Département de l'Ain

Les collèges de l’Ain face au défi énergétique

Pour maîtriser la hausse des coûts de l’énergie, le Département affine sa stratégie dans la rénovation de ses établissements. « Nous travaillons sur le nouveau Plan collèges qui couvrira la période 2024-2030 : différents scenarii sont étudiés en associant les...

LIRE LA SUITE

20 ans Mécabourg

Le bel âge de Mécabourg

Le groupement des entreprises de la métallurgie fête ses 20 ans, mais préfère regarder devant. « Au départ, nous étions 13 entreprises, dont six au bureau. Les projets sont allés au-delà de ce que l’on pouvait espérer », a relevé Philippe Padet. « L’état...

LIRE LA SUITE

Publicité

Pin It on Pinterest