Se lancer sur internet ? La chose mérite réflexion. Le nombre d’acheteurs en ligne n’a cessé de progresser depuis 2002 pour atteindre 8 millions. Le chiffre d’affaires du commerce virtuel est dans le même temps passé de 3,7 à 31,8 milliards d’euros, progressant moins vite que le nombre de sites de e-commerce.

«Vendre sur internet, c’est ouvrir un nouveau magasin. Il a ses spécificités, mais la réflexion en amont est pratiquement la même», prévient Julien Tavernier, conseiller commerce de la CCI de l’Ain. Une première étape consiste donc à faire le tour des sites concurrents, pour identifier les leaders, les bonnes pratiques et les mauvaises. C’est l’occasion de réfléchir au contenu et à la cible. Sur le site internet de la CCI, une étude sur les comportements d’achat des internautes de l’Ain peut fournir des éléments de réponse. Fort de cette réflexion, on pourra alors choisir un ou plusieurs noms de domaine, créer l’arborescence de son site et définir une charte graphique. «Attention à préserver la cohérence entre identité physique et identité virtuelle», alerte Julien Tavernier.

Restera à mettre le site en ligne et choisir entre le réaliser soi-même, une solution hébergée ou une agence web. …