Sport : le ski nordique, toujours à fond

Sport : le ski nordique, toujours à fond

Haute-Savoie Nordic, association référente, dresse un bilan positif. Le ski de fond est en bonne santé et génère un chiffre d’affaires de 2 millions d’euros.

Depuis que le ski de fond joue la carte du bien-être et de la santé – et non plus seulement celle du sport –, sa cote de popularité est remontée en flèche. Exit le désamour des années 2000 où les pratiquants se réduisaient à peau de chagrin. En Haute- Savoie, le nombre de journées-skieurs a bondi de 15 % l’hiver dernier pour atteindre les 400 000 (dont 88 % d’excursionnistes), indique Pierre-Maxime Landini, directeur de Haute-Savoie Nordic, en charge de la promotion, de la communication et de la formation. Après un hiver 2017 déjà record (+20 %). Et il en va ainsi depuis cinq ans avec une progression moyenne autour de 10 %.

Les sites s’équipent, la clientèle se renouvelle

« La Haute-Savoie est historiquement un département porteur, et le 1er en France en termes de chiffres d’affaires et de fréquentation », pointe le responsable. L’association compte 24 domaines de ski de fond adhérents (sur les 28 recensés), 29 foyers payants et des recettes 2018 estimées à 2 millions d’euros. Avec dans le top 3, le plateau des Glières, le 1er site départemental et le 6e français, qui enregistre à lui seul 50 000 journéesskieurs (Haute-Savoie Nordic en a la gestion) et la Clusaz et le Grand- Bornand qui caracolent avec pas loin de 40 000 journées-skieurs. « Notre point fort réside dans la proximité des domaines skiables situés à 30 minutes/1 heure des principales villes », ajoute Pierre-Maxime Landini. A contrario des domaines nordiques savoyards, excepté celui de Savoie Grand Revard (49 % des redevances savoyardes).

Par ailleurs, les sites se sont équipés et ont investi dans les enneigeurs pour pallier le manque de neige en début de saison. À commencer par La Clusaz et Le Grand-Bornand, suivis cette année de Chamonix et des Glières. Comme dans l’alpin, les espaces pédagogiques et ludiques se multiplient. « Ces dernières années, on constate un renouvellement des clientèles, tous âges confondus. Il s’agit principalement de locaux, de sportifs comme les trailers et cyclistes qui pratiquent le ski de fond pour s’entrainer, et aussi de clients qui veulent pratiquer la montagne loin des grandes stations », analyse le directeur de Haute- Savoie Nordic. « Le ski nordique se positionne comme une activité complémentaire en station et rémunératrice pour les gestionnaires. »

S’y ajoutent d’autres activités, très appréciées, comme la raquette à neige, la balade sur chemin damé et le traineau à chiens. Pour développer la fréquentation, Haute-Savoie Nordic a lancé en présaison une campagne digitale sur Facebook et Instagram via trois minispots (100 % cardio, 100 % détox, 100 % tonic) diffusés en Haute-Savoie et en Suisse voisine pour capter la clientèle de proximité. Et c’est sans compter les scolaires, soit 20 000 enfants en primaire et secondaire qui s’adonnent chaque année à cette activité à raison de quatre journées durant l’hiver. De quoi assurer la relève en Haute-Savoie dans les années à venir.


Par Patricia Rey

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.