Le nouveau conservatoire, à plus de 20 M€, sera implanté à Bourgoin-Jallieu afin de remplacer l’actuel équipement, inadapté aux pratiques actuelles. L’ouverture du nouvel établissement est prévue pour la rentrée scolaire 2023-2024.

Le Conservatoire Hector-Berlioz CAPI (Communauté d’Agglomération Porte de l’Isère) permet à la population du Nord-Isère d’accéder à un enseignement artistique en musique, danse et théâtre. Plus largement la population bénéficie d’une offre de diffusion culturelle sur tout le territoire.

Labellisé au niveau départemental, il concourt très fortement à l’attractivité du territoire de par ses actions de diffusion culturelle. Néanmoins, cet équipement, qui accueille 70 enseignants et plus de 1000 élèves, est devenu obsolète. La nécessité de construire un nouveau conservatoire s’est fait jour depuis quelques années. Ce qui s’est inscrit rapidement dans le plan de mandat de la CAPI qui a pour objectifs, entre autres, de soutenir la culture comme facteur d’attractivité et de lien social.

Conformes aux exigences

Ce nouvel équipement se situera à proximité du groupe scolaire Simone Veil et de la Maison du Département, le long de l’avenue Frédéric Dard, face au parc des Lilattes. Une parcelle de 7 000 m2 est prévue pour accueillir ce projet porté, avec dynamisme, par Annick Arnold, alors maire de Maubec et vice-présidente de la CAPI en charge de la culture.

L’équipement aux formes architecturales particulières permettra une parfaite propagation des sons. Il comprendra de nombreux ensembles fonctionnels tels qu’un auditorium d’une jauge de 250 places, des loges/vestiaires pour les représentations et les répétitions, 6 salles de formation musicale, 16 salles de formation instrumentale, des salles de cours spécifiques, des salles de jazz, de percussions et d’accompagnement, des studios individuels de travail musical, 2 studios de danse avec des vestiaires, 2 salles pour l’art dramatique, etc.

Le nouveau conservatoire sera conçu sur des principes bioclimatiques, et une approche passive des conforts. Il est clair que l’ouvrage affichera une performance énergétique exemplaire.

Vue en 3D du futur Conservatoire qui sortira de terre sur la commune de Bourgoin-Jallieu. Photo prise d’après la présentation faite ce mardi 23 juin lors de la dernière séance communautaire de la CAPI. Laquelle s’est déroulée à la salle de L’Isle à L’Isle d’Abeau en présence de nouveaux élus (en attente d’installation à CAPI) et d’élus en cours de mandat. Une séance d’entre deux tours qui était nécessaire pour le lancement de projets qui ont pris du retard en raison de l’épisode Covid-19. ©Carole Muet

Équipement phare du Nord-Isère

Depuis l’avant-projet sommaire validé le 20 janvier dernier, la maîtrise d’œuvre a poursuivi ses études en concertation avec la maître d’ouvrage délégué SARA Aménagement, et les services de la CAPI concernés (le personnel du Conservatoire en qualité de futurs utilisateurs et les services en charge de la maintenance de l’équipement).

Suite aux différentes réunions de travail, un avant-projet définitif a été remis en mai dernier. Le montant prévisionnel des travaux est, à ce stade, de 13 287 080 €HT, soit 15 944 496 €TTC. Cela porte le budget global prévisionnel d’opération à 17 392 766,67 €HT, soit 20 871 320 €TTC.

Le plan de financement de cet équipement d’une surface de 3 800 m2 sera subventionné à hauteur de 5 M€ par la Région Auvergne-Rhône-Alpes, et 4,5 M€ émanant du Département de l’Isère. La CAPI devrait également pouvoir compter sur une subvention de l’État qui serait de l’ordre de 4 450 000 €.

En terme de calendrier, les travaux débuteraient au printemps 2020, et pour une durée de 20 mois. L’ouverture du conservatoire est programmée pour septembre 2023.

Outre ses missions principales que sont l’enseignement artistique, l’éducation artistique et culturelle, le développement des pratiques artistiques des amateurs et l’animation de la vie culturelle du territoire, le futur conservatoire sera un équipement artistique phare du Nord-Isère. Il participera au rayonnement culturel du territoire, tout en poursuivant son partenariat avec les Conservatoire à Rayonnement Régional de l’Arc Alpin (Grenoble, Chambéry et Annecy).


Par Carole Muet