Réunir des bailleurs, des architectes, des bureaux d’études, des entreprises et des fabricants pour optimiser les techniques de rénovation des bâtiments, c’est le pari engagé par Dynacité, en amont d’un important plan de réhabilitation de ses immeubles classés en étiquette énergétique E, F et G, pour les faire passer à B, C ou D. «Cette performance peut avoir un impact important sur les charges de nos locataires. Sur la période 2016-2020, nous consacrons un budget de 56 M€ aux réhabilitations lourdes en site occupé, 33 M€ aux réhabilitations thermiques pures et 32 M€ à l’entretien des bâtiments, détaille Laurence Mourot, directrice de la maîtrise d’ouvrage chez Dynacité. Quand on engage des opérations de cette importance, on souhaite un résultat pérenne.»

Deux ateliers réunissant 35 personnes ont donc été organisés, le 1er et le 21 juin. Les enjeux de ce lab innovation «Qualité des réhabilitations» : identifier les techniques d’isolation les plus performantes observées sur les chantiers, améliorer la qualité architecturale des bâtiments et maîtriser le coût global des opérations sur la durée de vie des bâtiments en prenant en compte la phase de travaux et la phase de maintenance. …