Commerce : le Village des Alpes a le champ libre

par | 9 Nov 2017

Les derniers recours épuisés, le village de marques va pouvoir sortir de terre.

« Après neuf ans de travail intensif, nous avons enfin obtenu toutes les autorisations. Le Village des Alpes peut donc être lancé officiellement », se réjouit Mayte Legeay, directrice de Neinver France (à gauche sur la photo, aux côtés de Patrick Perreard, président de la communauté de communes du pays bellegardien, et de Valérie Thomas, responsable marketing de Neinver France), pour qui ce délai se trouve dans la norme administrative française, voire européenne, sur ce type de projets. Les derniers obstacles ont été levés cet été, mais la société espagnole, prudente, a préféré attendre l’automne et l’épuisement des délais de recours, pour communiquer.

Le calendrier des travaux est désormais en cours d’élaboration, avec en ligne de mire, une ouverture en 2020 et une commercialisation des espaces dès 2018. Le budget est estimé à 80 millions d’euros. Les entreprises du département, à la demande des élus, devraient en profiter largement pour la construction — il est par exemple prévu de faire travailler la filière bois —, comme, plus tard, pour la maintenance et l’entretien du site.

Synergie

Construit sur la commune de Châtillon-en-Michaille, le Village des Alpes comptera 16 000 m2 d’espaces de vente — soit environ 90 boutiques et deux ou trois restaurants — sur 14 ha. « Nous serons sur un site assez conceptuel, haut de gamme, premium, avec une architecture assez proche du bâti, de l’environnement local. Ce sera un centre commercial à ciel ouvert, un village alpin, avec une promenade, décrit la directrice. Nous accueillerons des marques qui ne sont pas implantées dans la région, comme Desigual, Calvin Klein… Des marques que la clientèle va pouvoir découvrir et acheter ici, plutôt que sur Lyon ou Genève. Nous n’aurons pas, en revanche, d’offre de proximité, ni alimentation, ni coiffure… Notre objectif, c’est de travailler en synergie avec l’offre de centre-ville, à Bellegarde-sur-Valserine. D’ailleurs, nous souhaitons proposer aux commerçants locaux d’ouvrir sur le Village des Alpes, des boutiques de déstockage. Car le concept d’un village de marques n’est pas de vendre les collections du moment, mais celles de l’année d’avant, à prix réduit. Cette pratique, l’outlet, permet de donner une seconde vie à des produits qui, autrement, seraient voués à la destruction. La France a de toute façon une législation spécifique qui réglemente les ventes des villages de marques et des magasins d’usine, leur interdisant de vendre les modèles récents. Et nos boutiques s’engagent par contrat à respecter la loi, sachant que la DGCCRF passe régulièrement pour effectuer des contrôles. »

Atout touristique

Neinver, qui sait bien combien l’opposition au projet a pu être forte, insiste sur cet argument. « Nous nous inscrivons sur des marques nouvelles, une offre complémentaire des magasins de centre-ville. Nous ne sommes pas en concurrence, développe Mayte Legeay. Nous ciblons une clientèle qui vient de loin, de surcroît, plus d’une heure de trajet en moyenne. Nous espérons notamment capter la clientèle suisse qui a l’habitude de traverser la frontière, mais ne s’éloigne guère des centres commerciaux les plus proches. Nous souhaitons les inciter à aller voir plus loin, peut-être découvrir le centre de Bellegarde ou chausser une paire de skis sur le plateau du Retord. Notre village constituera un atout touristique supplémentaire. » Neinver songerait même à organiser des navettes depuis la gare TGV de Bellegarde, pour éviter à ses visiteurs de prendre leur voiture. Le centre-ville bellegardien deviendrait alors un passage obligé.


Par Sébastien Jacquart

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Ça gaze pour la cidrerie Les Pentes !

Atelier collage d’étiquettes dans le hangar de la Cidrerie Les Pentes, à Arith. Julien Savaux, 36 ans et Aurélien Bouzac, 40 ans, armés de leur seau de colle et d’une pile de très jolies étiquettes, s’attaquent à une armée de bouteilles de 75 et 33 centilitres....

LIRE LA SUITE

Énergie : le réseau électrique de l’Ain amélioré

Afin de restructurer l’alimentation du réseau électrique au nord-ouest de l’Ain, Enedis réalise un forage horizontal sous la Saône. Le contrat de concession signé fin 2019 entre le SIEA (Syndicat Intercommunal d’Énergie et de e-communication de l’Ain) et...

LIRE LA SUITE

Publicité

PUBLIEZ VOTRE ANNONCE LÉGALE EN LIGNE

Devis immédiat 24h/24
Attestation parution par mail
Paiement CB sécurisé

ANNONCES LÉGALES WEB

Consultez les annonces légales publiées sur notre site habilitées par la Préfecture >>

VENTES AUX ENCHÈRES

Consultez nos ventes aux enchères immobilières >>

publicité

abonnement

TESTEZ LE PREMIUM

3.50€ pour 1 semaine
Paiement CB sécurisé
Déblocage immédiat
Tous les articles premium

publicité

ARTICLES LES + LUS