Le lycée professionnel burgien a accueilli du 27 au 30 juin, une épreuve qualificative pour le concours régional, en fraisage.

Le lycée professionnel Carriat, à Bourg-en-Bresse, devait accueillir les 25 et 27 mars, des épreuves qualificatives pour le concours régional des Worldskills, en fraisage. Huit jeunes, issus de toute la région, étaient censés s’affronter en deux fois, cinq le 25, trois le 27. Mais le confinement est passé par là et c’est finalement du 27 au 30 juin que s’est déroulée la compétition. Deux candidats ont été perdus dans la bataille. Donc six élèves seulement se sont affrontés, toujours en deux vagues, avec à chaque fois, une formation au poste de travail mis à leur disposition, la veille de leur passage. Parmi eux, figure un élève de terminale bac pro de l’établissement. Louis Bourjon (notre photo) a passé les dernières semaines à s’entraîner, à partir d’anciennes épreuves. « Il termine cinquième, mais n’a pas à rougir de sa performance, pour une première participation. Il n’a que 18 ans et aura l’occasion de se représenter dans deux ans, s’il le souhaite », commente Frédéric Burgat, enseignant en usinage chez Carriat, par ailleurs chargé de l’organisation des ateliers de fraisage des Worldskills, tant pour les épreuves régionales qui viennent de s’achever que pour les épreuves nationales. « Nous avons reçu des jeunes d’un très haut niveau par rapport à leur formation. Les profils étaient variés, avec trois élèves de terminales, un élève de BTS, un élève de première et un jeune en activité. La seule exigence étant que les candidats aient moins de 23 ans. »

Haut niveau

L’épreuve consistait à réaliser une pièce d’usinage, à partir d’un plan, exactement comme aurait à le faire un sous-traitant, sans nécessairement connaître sa destination. « Une pièce complexe avec des usinages extérieurs et intérieurs, des rainures et des poches », décrit l’enseignant qui ne peut en dire davantage : Le sujet des qualifications régionales est national et toutes les régions n’ont pas encore concouru. Les candidats n’ont d’ailleurs pu repartir ni avec les sujets, ni avec leurs pièces. Ces dernières sont pour l’instant conservées pour le cas où un candidat souhaiterait contester le classement. Les sujets, eux, seront accessibles sur internet, une fois toutes les épreuves qualificatives achevées.

C’est Loris Cubizolles, élève de terminale Bac Pro du CFAI d’Auvergne à Cournon-d’Auvergne, qui s’est qualifié à Carriat pour la finale nationale, organisée à Lyon du 15 au 18 décembre. Il affrontera douze autres candidats pour les qualifications en vue du mondial de Shanghai, fin 2021.

Une expérience à renouveler

Les préparatifs ont commencé pour le rendez-vous lyonnais. « De nombreuses réunions sont encore prévues pour caler tout le dispositif, à une date relativement proche, puisque l’on n’a décalé que de septembre à décembre, relève Frédéric Burgat. La proximité des fêtes oblige à anticiper certaines épreuves, notamment en art floral et en boulangerie, secteurs très occupés à cette période de l’année, donc indisponibles pour le concours. » L’enseignant espère en tout cas que Carriat aura l’occasion de renouveler l’expérience. « C’est une grosse organisation. L’événement aurait mérité d’être davantage médiatisé qu’il a pu l’être, étant donné les circonstances sanitaires. » Les mesures barrières ont finalement eu peu d’impact sur l’organisation des épreuves. Il a simplement fallu adapter quelque peu les aménagements, augmenter la distance entre les postes de travail et imposer le port du masque, notamment.


Jeunesse et talent

La valeur n’attend pas le nombre des années. L’élève de première, issu du CFAI de Beaurepaire, en Isère, seul mineur de la compétition, a terminé troisième.


Par Sébastien Jacquart

Une Eco de l'AinCet article est paru dans le magazine ECO de l’Ain du 16 juillet 2020. Pour retrouver l’intégralité des articles de notre hebdomadaire, mais aussi nos suppléments et hors-séries, c’est ICI et ICI.