Le point avec la CCI sur la situation des entreprises, au terme de deux mois de confinement.

Comment s’est passé le déconfinement pour les entreprises du département ? Pour répondre à cette question, la Chambre de commerce et d’industrie de l’Ain s’est basée sur les enquêtes flash conduites par son observatoire économique. Ainsi, au 18 mai, la CCI était-elle en capacité d’affirmer que trois établissements sur quatre étaient à pied d’œuvre, quand plus de 50 % avaient fermé pendant le confinement. Rouvertes ou fermées, plus de 70 % des entreprises avaient réalisé à cette date, des adaptations de nature à favoriser la reprise ou la poursuite de leurs activités, avec un montant moyen d’investissement de 16 700 euros. Plus de 52 % des établissements ont eu recours au chômage partiel et 70 % au télétravail. Deux situations qui perdurent pour 58 % des collaborateurs concernés par la première mesure et 47 % des salariés concernés par la seconde.

Des baisses de chiffres d’affaires historiques

Plus des trois quarts (80 %) des entreprises ayant répondu à l’enquête estiment avoir perdu plus de 25 % de leur volume d’affaires par rapport à la même période l’année dernière, une bonne moitié (51 %) enregistrant même des baisses supérieures à 50 %. Dans une économie complètement grippée, 35 % des entreprises cherchent à se développer davantage sur le marché intérieur et 27 % à s’y approvisionner plus, sans pour autant se détacher de l’international qui apparaît toujours comme un levier de reconquête du chiffre d’affaires.

Sans surprise dans un tel contexte, une majorité d’établissements (81 %) se déclarent confrontés à des difficultés de trésorerie et 25 % estiment leur activité menacée à court terme. Aussi, qu’elle soit gouvernementale, régionale ou locale, 75 % des chefs d’entreprise ont fait appel à une mesure d’aide. Des aides difficiles à obtenir seulement pour moins de 10 % d’entre eux et suffisantes à soutenir leur activité pour 45 %. Ils sont cependant nombreux (60 %) à souhaiter une exonération de charges pour les entreprises fermées durant le confinement.


Par Sébastien Jacquart