C’est un outil interministériel dont le but est d’aider les services de l’État à imaginer des solutions nouvelles, en libérant la créativité des agents et des managers. Il doit permettre de sortir des méthodes classiques et descendantes, donner le droit d’expérimenter, de se tromper, ainsi que d’inviter des usagers dans les séances de travail. Le laboratoire d’innovation Ainter’lab a été porté sur les fonts baptismaux, mardi 26 novembre, dans les locaux de la Direction départementale des territoires (DDT).

Installé dans un espace de travail neutre, présenté comme un incubateur d’intelligence collective, cet outil est piloté par une gouvernance et une organisation structurées et animé par une équipe interministérielle. Il est accessible à tous les agents des administrations de l’Ain, porteurs d’un projet. L’enjeu est de permettre aux services de l’État de s’adapter aux évolutions de la société et aux attentes nouvelles des usagers, d’envisager d’autres méthodes de travail pour gagner en efficience.