Bâtiment : Alpes Contrôles renforce ses équipes

par | 8 Mar 2022

Spécialisé dans les diagnostics techniques du bâtiment, le bureau annécien Alpes Contrôles prévoit 230 embauches en 2022. Ces recrutements doivent lui permettre de répondre à une forte demande.

Les embauches réalisées d’année en année par Alpes Contrôles sont conséquentes : elles étaient de 140 en 2021, 230 en 2022. Entre 2017 et fin 2019, près de 300 salariés avaient déjà été intégrés. « L’enjeu n’est pas de faire de la croissance pour de la croissance, mais de répondre à la forte progression de nos commandes, tout en maintenant la qualité de nos prestations et les conditions de travail des collaborateurs », souligne Arnaud Busquet, son directeur général.

Un pôle recrutement

Afin de contourner les difficultés rencontrées pour trouver les ingénieurs et techniciens dont il a besoin, le bureau expert dans les contrôles techniques des bâtiments s’appuie sur une équipe interne spécialement chargée des recrutements. Les six salariés du pôle travaillent en lien avec les écoles, en particulier pour les jeunes ingénieurs – ils seront 70 cette année –, accueillis pour une formation par alternance en agence et dans l’école “maison” créée à Bordeaux.

30 : c’est le nombre d’ingénieurs et techniciens d’Alpes Contrôles qui s’intéressent aux matériaux biosourcés (paille, terre crue…) et qui sont volontaires pour être référents sur ces techniques.

Une cinquantaine d’agences

Les effectifs, qui dépassent les 600 salariés, se répartissent entre le siège d’Annecy-le-Vieux et une cinquantaine d’agences réparties sur le territoire national. Le groupe, qui s’attache à renforcer sa proximité avec ses clients, a procédé à quatre ouvertures de sites (Lille, Avignon, Perpignan et Albi) en 2021. Cette année, il prévoit cinq ouvertures pour mieux mailler le Nord. Porté par la dynamique de l’immobilier, il a bouclé son exercice 2021 sur un chiffre d’affaires de 56 millions d’euros (M€), en hausse de 20 %, et vise les 65 M€ en 2022. « Nous gagnons des parts de marché et bénéficions de la dynamique de nos grands secteurs d’activité : la construction, qui représente 80 % de nos revenus, la certification bio et la formation », poursuit Arnaud Busquet.

Actionnariat familial

La société annécienne, dont l’actionnariat reste familial, mise sur la formation et l’accompagnement pour réaliser ses développements. L’objectif est de faire en sorte que le modèle économique, social et environnemental défendu depuis sa création soit partagé et porté collectivement. Pour Arnaud Busquet, mettre au même niveau le social, l’environnemental et l’économique constitue « une force, une richesse pour l’entreprise, et participe à ses bons résultats, au travers notamment de la fidélisation des salariés ».

Un copil “planète”

Suite à un séminaire organisé en 2021, Alpes Contrôles a décidé de créer un comité de pilotage (copil) “planète”. Intégré dans les instances de direction, il fait des propositions sur tous les aspects environnementaux (consommation énergétique des bâtiments, missions, déplacements…). En matière de mobilité, par exemple, des véhicules électriques et des vélos ont été intégrés dans les véhicules de fonction. Un deuxième jardin potager, inspiré de celui cultivé au siège d’Annecy-le-Vieux, a par ailleurs été aménagé au centre de formation de Rumilly.


Sophie Boutrelle
Crédit photo : Antonin pergod

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Thermes de Marlioz : 200 ans de bienfaits à la source

À Aix-les-Bains, les thermes de Marlioz vont entamer leur cure de jouvence, tandis que le forage d’une nouvelle source, Hygie, assurera la pérennité de l’activité thermale. Retour sur deux siècles d’histoire. Ce sera une rénovation en grand et dans les règles de...

LIRE LA SUITE

L’énergie au centre des préoccupations

La flambée du coût de l'énergie est devenue un sujet brûlant pour les entreprises et les collectivités à qui l'État demande de consommer moins. Fin août, le prix de gros de l’électricité battait un record en France en atteignant 1 000 euros le mégawattheure (MWh),...

LIRE LA SUITE

Publicité