Archamps Technopole : crise de gouvernance

Archamps Technopole : crise de gouvernance
Archamps Technopole : crise de gouvernance
Notez cet article !

Avec une gouvernance publique en pleine interrogation à la suite de la recentralisation régionale de la compétence économie en France (Loi NOTRe), la technopole est suspendue à des choix d’organisation qui immobilisent les acteurs opérationnels assurant l’articulation entre les mondes économique et académique.

Première technopole à vocation transfrontalière “euro-suisse”, créée sous l’impulsion d’acteurs visionnaires, Archamps, et plus exactement sa gouvernance publique, vit, depuis de longs mois, une période de crispation. Sa nouvelle dépendance à la région Auvergne-Rhône- Alpes, qui a pris le relais du Conseil départemental de Haute-Savoie à la suite des transferts de compétences, n’a rien facilité. Investie de sa nouvelle dimension territoriale et immergée, sans aucune préparation, dans la complexité d’une technopole frontalière, elle a généré de sérieux dysfonctionnements, mais la situation pourrait bientôt se décanter. Pour sortir la technopole d’un système de gouvernance générant des malentendus, des conflits et une politisation des problèmes, le président de la Région, Laurent Wauquiez, confie au conseiller régional centriste, André Vercin, la mission délicate de conduire les opérations pour sortir de l’impasse. Sera-t-il l’homme-providence espéré ?

Une nouvelle structure juridique devrait prochainement remplacer à la fois le Syndicat mixte d’aménagement du Genevois (SMAG), jusque-là propriétaire foncier et maître-d’ouvrage de l’aménagement de la Zone d’aménagement concertée, et la Société d’économie mixte d’Archamps et du Genevois (SEMAG), opérateur historique pour le développement des projets, certes de droit commercial privé, mais dont l’actionnariat est majoritairement détenu par les collectivités territoriales. En décembre, la création d’un GIP (Groupement d’intérêt public), qui ne serait pas touché par le cumul des mandats et devrait remplacer le tout en une structure unique plus rationnelle, a été annoncée. L’idée ne fait toutefois pas l’unanimité chez plusieurs acteurs et actionnaires minoritaires.

CONSEIL D’ADMINISTRATION : RETRAIT DE L’ÉTAT DE GENÈVE

Dans ce contexte, l’État de Genève, qui dispose, dans l’opérateur historique privé SEMAG, d’une participation capitalistique mineure mais d’une portée particulièrement symbolique aux côtés des autres actionnaires privés (banques, BTP, immobilier), a considéré qu’il n’avait pas sa place au sein du conseil d’administration. Il y a donc renoncé lors de l’assemblée générale le 19 décembre.

En revanche, il reste totalement ouvert aux partenariats pour des projets innovants et concrets, à l’instar de son implication actuelle via l’Office de promotion des industries et des technologies (OPI) et le Département de la mobilité, dans l’étude et le développement d’un projet de service de mobilité autonome sur demande (lire le dossier : “Mobilité – À vous de créer” dans ce numéro).

L’enthousiasme suscité par les projets de cette nature incubés par la SEMAG, et impliquant entreprises, industriels et institutions suisses ou internationales telles le CERN, prouve que lacoopération a toutes les raisons de s’opérer en ces lieux et justifie l’intérêt qu’il y a à sortir de l’impasse.

LES PRIVÉS FAVORABLES À UNE STRUCTURE JURIDIQUE COMMUNE

Du côté des administrateurs privés suisses, Alexandre Sizonenko, membre de la direction générale adjointe du Comptoir Immobilier, administrateur privé et vice-président de la SEMAG, s’impatiente et s’inquiète de toutes ces tergiversations de l’actionnaire public, ainsi que des intérêts antagonistes entre collectivités territoriales qui empêchent la bonne compréhension mutuelle.

Quant aux modes de gouvernance, il plaide pour une intégration des parties prenantes dans une structure opérationnelle mandatée aux fins d’une technopole. « Les derniers épisodes auxquels nous avons assisté ont mis en évidence beaucoup d’incohérences. Si le SMAG était transformé en un Groupement d’intérêt public, nous ne savons pas ce qu’il adviendrait de la structure opérationnelle, la SEMAG, qui rassemble déjà toutes les parties prenantes. En tant qu’actionnaires privés, nous souhaitons prendre part à une structure juridique commune, idéalement la SEMAG, oeuvrant sur l’ensemble des domaines, du foncier aux projets innovants. Compte tenu du modèle économique d’une technopole, qui n’a rien à voir avec une simple zone d’activité, il faut faciliter la cohérence d’une intégration des prestations, la visibilité du modèle global et ne présenter qu’un seul prestataire pour l’ensemble », martèle-t-il. « L’intérêt de cette option serait de s’affranchir des cycles électoraux et de désolidariser le politique de l’opérationnel. »

UNE DÉNATURATION DU CONCEPT INITIAL POUR LE MAIRE D’ARCHAMPS

Interrogé, Xavier Pin, maire d’Archamps, vice-président du SMAG, administrateur de la SEMAG et professeur agrégé de droit, déplore une dénaturation du concept initial de la technopole. « On constate un éloignement du projet du fait précisément du déracinement des politiques amenées à gouverner. C’est un éloignement préjudiciable pour la bonne compréhension franco-suisse mais aussi pour la bonne marche opérationnelle de la technopole. » déclaret- il.

Il existe, à ses yeux, un véritable problème de communication aggravé par le nouveau rôle endossé par la Région au détriment du Département. Quant à la question d’une gestion globale unique, incorporant les deux entités juridiques, il n’y est pas favorable, lui préférant une « coordination » globale, avec une structure de tête et une ou plusieurs structures opérationnelles avec délégation de service public. En revanche, selon lui, il est évident que le président du Syndicat mixte de la Région ne peut pas se maintenir également président de la société qui sollicite les fonds publics. « Avec Laurent Wauquiez président de la Région, du SMAG et de la SEMAG, il y a un vrai problème de consanguinité et de réels blocages.

On ne peut pas s’attribuer des subventions à soimême ! ». À la question de la décision du gouvernement genevois de ne plus siéger au conseil d’administration, Xavier Pin s’en attriste. « Le symbole du retrait de l’État de Genève est très fort. C’est la démonstration de l’inadéquation du millefeuille administratif français sur des sujets aussi pointus. Le temps d’adaptation du politique est trop long, et le turn-over des politiques trop fréquent, c’est la raison pour laquelle un Groupement d’intérêt public n’est pas adapté pour l’opérationnel. » Si Laurent Wauquiez comparait, en avril dernier, la technopole d’Archamps à la « formule 1 du développement économique », Xavier Pin ferait plutôt l’éloge de la lenteur, pour ne pas confondre vitesse et précipitation.

UNE HISTOIRE À ÉCRIRE AVEC LA SUISSE

André Vercin, conseiller régional centriste, président de la commission des transports, devrait prendre, selon les désirs de Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne- Rhône-Alpes, le chemin de la présidence de la technopole. Ingénieur en génie civile, très investi pendant de nombreuses années dans les thématiques de planification spatiale et stratégique, il commence son mandat à Archamps avec un capital confiance élevé s’appuyant sur son expérience de chef d’entreprise privée et sa sensibilité frontalière : « Je suis haut-savoyard avec un grand-père suisse ! » déclare-t-il fièrement. À notre question : Quel est votre degré de liberté pour agir sur ce dossier délicat ?, il répond, « Il est celui d’un technicien qui a acquis sa légitimité politique grâce à l’élection, avec la confiance qui m’a été donnée », en précisant quand même : « je siège à Archamps au nom de la région Auvergne- Rhône-Alpes et j’agis à ce titre en pleine concertation avec son président Laurent Wauquiez » … à suivre donc.

Enfin, il souhaite donner de la hauteur aux enjeux et parle « d’ouverture essentielle à la fois pour la région Auvergne-Rhône- Alpes et Genève ». Tout mettre en oeuvre pour replacer Archamps au coeur de la coopération franco-suisse, voilà son cheval de bataille. « Nous avons une histoire à écrire [avec la Suisse], la technopole d’Archamps doit en être la vitrine ». Pour le moment et depuis le 18 décembre 2017, il est 1er vice-président du SMAG.

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Réseaux-sociaux-ECOMEDIA

ANNONCES LÉGALES : CONSULTEZ ET PUBLIEZ !

Devis immédiat 24h/24 Attestation parution par mail Paiement CB sécurisé

PUBLICITÉ

PUBLICITÉ

ARTICLES LES PLUS LUS

MAG ECO SAVOIE MONT BLANC


MAG ECO DE L'AIN


PUBLICITÉ

MAG L'EXTENSION


MAG ECO NORD ISÈRE



ARTICLES RÉCENTS

Numérique :  un centre de données de proximité à Annecy-le-vieux

Numérique : un centre de données de proximité à Annecy-le-vieux

En cours de création, la Société Coopérative d’Intérêt Collectif DRP 74 s’engage dans l’aménagement numérique des territoires avec des data centers reliés à de la fibre optique. Sa première opération est conduite sur le parc d’activité des Glaisins. Inauguré le 20...

Énérgie : Cap Sud se fait une place au soleil

Énérgie : Cap Sud se fait une place au soleil

L'entreprise photovoltaïque de Vaulx-milieu poursuit son développement et possède un siège social 100 % autonome en énergie. Une spécificité unique en france. «Nous avons un compteur EDF mais il n’est même pas branché ! » Sourire au coin des lèvres, Stéphane Gilli...

Votre magazine ECO Savoie Mont Blanc du 21 septembre 2018

Votre magazine ECO Savoie Mont Blanc du 21 septembre 2018

100% en ligne, feuilletez directement votre magazine ECO Savoie Mont Blanc n°38 du 21 septembre 2018 sur ordinateur, tablette ou smartphone. Réservé aux abonnés Premium. Consultez votre magazine ECO Savoie Mont Blanc édition 73 : Consultez votre magazine ECO Savoie Mont Blanc édition 74 : Le saviez-vous ? Vous pouvez afficher la publication en plein écran, télécharger le document en .pdf (nécessite un compte Calaméo gratuit), l’imprimer, mais aussi rechercher dans la publication ! Pratique, non ? 🙂

Contenu reservé aux abonnés premium

Je me connecte → log in

Je m’abonne → Premium Digital un an, Premium Digital 1 jour, Premium Digital 1 semaine, Premium Digital 1 mois or Premium Digital 6 mois

Besoin d’aide ? → digital@groupe-ecomedia.com

Tourisme : Chamonix joue la carte du bien-être

Tourisme : Chamonix joue la carte du bien-être

Érigé et exploité par le groupe italien QC Terme, le nouveau centre éponyme offre 3000 mètres carrés dédiés aux bains, pour enrichir l’offre touristique. Après deux ans de retard, le centre de bien-être de Chamonix a ouvert ses portes fin août. Situé à proximité du...

Votre magazine L’EXTENSION Automne 2018

Votre magazine L’EXTENSION Automne 2018

100% en ligne, feuilletez directement votre magazine L'EXTENSION Automne 2018 sur ordinateur, tablette ou smartphone. Réservé aux abonnés Premium. Le saviez-vous ? Vous pouvez afficher la publication en plein écran, télécharger le document en .pdf (nécessite un compte...

Votre magazine ECO Nord Isère du 21 septembre 2018

Votre magazine ECO Nord Isère du 21 septembre 2018

100% en ligne, feuilletez directement votre magazine ECO Nord Isère n°38 du 21 septembre 2018 sur ordinateur, tablette ou smartphone. Réservé aux abonnés Premium. Le saviez-vous ? Vous pouvez afficher la publication en plein écran, télécharger le document en .pdf (nécessite un compte Calaméo gratuit), l’imprimer, mais aussi rechercher dans la publication ! Pratique, non ? 🙂

Contenu reservé aux abonnés premium

Je me connecte → log in

Je m’abonne → Premium Digital un an, Premium Digital 1 jour, Premium Digital 1 semaine, Premium Digital 1 mois or Premium Digital 6 mois

Besoin d’aide ? → digital@groupe-ecomedia.com

Quand l’archéologie s’enterre dans la précarité

Quand l’archéologie s’enterre dans la précarité

Qui sont les archéologues ? Quelle formation ont-ils suivi ? Qui les emploie et pour quelles missions ? Combien sont-ils payés ? Creusement du sujet à l'occasion d'un chantier d'intérêt régional à Metz-Tessy (Haute-Savoie). Ce ne sont ni des stagiaires, ni des...

Immobilier : le manque de logements fait fuir les Genevois

Immobilier : le manque de logements fait fuir les Genevois

La pénurie de logements à Genève provoque un exode de la population vers la France voisine et le canton de Vaud, selon une nouvelle étude du Crédit Suisse. Cette situation engendre des problèmes croissants en termes de trafic automobile. La vitalité de l’économie...

Quelle place pour le design dans nos entreprises ?

Quelle place pour le design dans nos entreprises ?

Bertrand Barré, PDG du groupe Zebra et conférencier à ses heures perdues, était l’invité de la soirée DCF pays de l’Ain, le 13 septembre. Ancien joueur de basketball de haut niveau, Bertrand Barré a créé sa première agence de design produit en 1986, à l’âge de 22 ans. Aujourd’hui, il dirige le groupe Zebra, situé à Lyon et employant une cinquantaine de personnes. Une agence référente en matière de design industriel. « Pourtant, il y a trente ans, je doutais que c’était le bon moment pour me lancer, se souvient Bertrand Barré. Disons que j’ai perdu beaucoup de temps à expliquer ce que signifiait le mot design. Car si on ne sait absolument pas l’utiliser en français, employé à tort comme un adjectif, en anglais le mot design est un verbe qui se traduit par concevoir. Et cela change tout.» Le président directeur général du groupe Zebra animait la conférence des DCF Pays de l’Ain le 13 septembre, au centre d’affaires de Bourg-en-Bresse, dans les locaux du Crédit Agricole. D’après Bertrand Barré, si la période 1880-1980 a été profondément marquée par l’essor important de l’ingénierie, le progrès technologique semble en être à ses limites, ces dernières années. « L’ingénierie seule n’est plus la clé, mais le design et l’activité conceptuelle (design thinking en anglais) doivent définir les stratégies des entreprises. » Bousculer les méthodes traditionnelles Une vision entrepreneuriale largement mise en application au sein du groupe Zebra. L’agence de design a tout simplement conçu la brosse à dents à ventouse en 1993 (brevet déposé), à partir de l’observation des habitudes de consommation. « Nous sommes partis du constat que le brossage des dents était une pratique liée à l’hygiène, retrace Bertrand Barré. Nous avons réfléchi à améliorer cette hygiène et au moyen de rendre cet apprentissage dentaire, ludique pour les plus jeunes. » De la même manière, au summum de l’innovation, le groupe Zebra collabore avec l’équipementier de tennis Babolat depuis 25 ans. Ensemble, ils ont conçu la raquette de Rafael Nadal. D’après Bertrand Barré, ces innovations ne peuvent survenir que si l’on admet « les limites des méthodes traditionnelles de marketing et de conception. On travaille extrêmement bien mais on ne produit plus de valeur, poursuit-il. Preuve en est, par exemple, avec les aspirateurs, peu ou prou identiques, vendus par les grandes marques. Il faut remettre en cause les systèmes et oser le changement de paradigme : les entreprises doivent redevenir créatrices ». Si celles-ci sont censées innover pour rester en vie, Bertrand Barré souligne leur incapacité à se lancer réellement. « L’innovation est devenue capitale, or personne ne le fait, constate le PDG du groupe Zebra. Pourquoi Sony, leader mondial de la musique nomade n’a-t-il pas inventé l’Ipod ? Pourquoi Michelin n’a-t-il pas conçu Waze ? Pourquoi aucun des constructeurs automobiles n’a-t-il imaginé Tesla ? » Des questions aux réponses bien mystérieuses. Selon Bertrand Barré, les blocages de pensée empêchent de se projeter vers une démarche innovante. « À l’heure actuelle, un salarié qui apporte une idée nouvelle […]

Contenu reservé aux abonnés premium

Je me connecte → log in

Je m’abonne → Premium Digital un an, Premium Digital 1 jour, Premium Digital 1 semaine, Premium Digital 1 mois or Premium Digital 6 mois

Besoin d’aide ? → digital@groupe-ecomedia.com

INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !

Articles Premium

ARTICLES PREMIUM


ARTICLES PREMIUM

Archamps Technopole : crise de gouvernanceNotez cet article ! Avec une gouvernance publique en pleine interrogation à la suite de la recentralisation régionale de la compétence économie en France (Loi NOTRe), la technopole est suspendue à des choix d’organisation qui immobilisent les acteurs opérationnels assurant l’articulation entre les mondes économique et académique. Première technopole à vocation transfrontalière “euro-suisse”, créée sous l’impulsion d’acteurs visionnaires, Archamps, et plus exactement sa gouvernance publique, vit, depuis de longs mois, une période de crispation. Sa nouvelle dépendance à la région Auvergne-Rhône- Alpes, qui a pris le relais du Conseil départemental de Haute-Savoie à la suite des transferts de compétences, n’a rien facilité. Investie de sa nouvelle dimension territoriale et immergée, sans aucune préparation, dans la complexité d’une technopole frontalière, elle a généré de sérieux dysfonctionnements, mais la situation pourrait bientôt se décanter. Pour sortir la technopole d’un système de gouvernance générant des malentendus, des conflits et une politisation des problèmes, le président de la Région, Laurent Wauquiez, confie au conseiller régional centriste, André Vercin, la mission délicate de conduire les opérations pour sortir de l’impasse. Sera-t-il l’homme-providence espéré ? Une nouvelle structure juridique devrait prochainement remplacer à la fois le Syndicat mixte d’aménagement du Genevois (SMAG), jusque-là propriétaire foncier et maître-d’ouvrage de l’aménagement de la Zone d’aménagement concertée, et la Société d’économie mixte d’Archamps et du Genevois (SEMAG), opérateur historique pour le développement des projets, certes de droit commercial privé, mais dont l’actionnariat est majoritairement détenu par les collectivités territoriales. En décembre, la création d’un GIP (Groupement d’intérêt public), qui ne serait pas touché par le cumul des mandats et devrait remplacer le tout en une structure unique plus rationnelle, a été annoncée. L’idée ne fait toutefois pas l’unanimité chez plusieurs acteurs et actionnaires minoritaires. CONSEIL D’ADMINISTRATION : RETRAIT DE L’ÉTAT DE GENÈVE Dans ce contexte, l’État de Genève, qui dispose, dans l’opérateur historique privé SEMAG, d’une participation capitalistique mineure mais d’une portée particulièrement symbolique aux côtés des autres actionnaires privés (banques, BTP, immobilier), a considéré qu’il n’avait pas sa place au sein du conseil d’administration. Il y a donc renoncé lors de l’assemblée générale le 19 décembre. En revanche, il reste totalement ouvert aux partenariats pour des projets innovants et concrets, à l’instar de son implication actuelle via l’Office de promotion des industries et des technologies (OPI) et le Département de la mobilité, dans l’étude et le développement d’un projet de service de mobilité autonome sur demande (lire le dossier : “Mobilité – À vous de créer” dans ce numéro). L’enthousiasme suscité par les projets de cette nature incubés par la SEMAG, et impliquant entreprises, industriels et institutions suisses ou internationales telles le CERN, prouve que lacoopération a toutes les raisons de s’opérer en ces lieux et justifie l’intérêt qu’il y a à sortir de l’impasse. LES PRIVÉS FAVORABLES À UNE STRUCTURE JURIDIQUE COMMUNE Du côté des administrateurs privés suisses, Alexandre Sizonenko, membre de la direction générale adjointe du Comptoir Immobilier, administrateur privé et vice-président de la SEMAG, s’impatiente et s’inquiète de toutes ces […]
This category can only be viewed by members.

Immobilier : réinventer l’offre pour les entreprises

Immobilier : réinventer l’offre pour les entreprises4 (80%) 1 vote Malgré un marché dynamique, une véritable pénurie de locaux se profile sur des territoires attractifs et le manque de foncier pénalise le développement des programmes neufs. Avec une demande en hausse et un marché en progression, l’horizon du marché de l’immobilier d’entreprise semble dégagé en 2018 : 25,9 milliards d’euros ont été investis en France en 2017, un volume d’investissement qui n’enregistre qu’une baisse lége re (-1 %) par rapport au montant record de 2016, selon le cabinet Nexity. La France profite ainsi, comme ses voisins, de l’amélioration de la conjoncture européenne et mondiale. Le marché des bureaux se taille la part du lion, avec 72 % des volumes investis, tandis que les commerces perdent du terrain, même si ce marché est porté par une amélioration de la conjoncture économique française, de la confiance des ménages et la reprise de la fréquentation touristique. Selon une étude menée par le groupe de conseil Knight Frank, le marché de l’immobilier d’entreprise s’est poursuivi dans la même dynamique au premier trimestre 2018 avec pre s de 3,7 milliards d’euros investis en France. Même si les grandes opérations ont pour beaucoup été réalisées en Ile-de- France (2,4 Mds d’euros y ont été investis en bureaux depuis janvier, dont 67 % sur des opérations supérieures à 100 millions), le marché en régions connaît la même évolution avec quelques transactions significatives. L’agglomération lyonnaise demeure le deuxième marché en immobilier d’entreprise, avec 270 000 mètres carrés placés à l’occasion de 600 transactions, selon les chiffres de BNP Paribas Real Estate. Certes, la capitale des Gaules a connu une année 2017 moins exceptionnelle que la précédente, mais ces résultats confirment son dynamisme et son pouvoir d’attraction. Toutefois, comme le souligne Nexity, le volume d’investissement plafonne autour de 26 milliards d’euros, à cause de la rareté des produits disponibles sur le marché. L’offre en stock est vieillissante, voire obsolète, tandis que le foncier se fait rare dans les zones attractives, ce qui limite le lancement de programmes neufs. Un foncier dégradé à reconquérir Cette tendance présente des risques pour l’activité économique des territoires concernés, comme la Haute- Savoie : les entreprises locales renoncent à s’agrandir pour se développer ou vont s’implanter ailleurs, tandis que les entreprises exogènes choisissent de s’installer dans des zones où la pression foncière est moins forte. « Dans les métropoles, on voit se multiplier les opérations de construction en blanc : les programmes sont lancés sans même que l’utilisateur final soit connu », explique Jean-François Berthier, directeur associé Axite CBRE et responsable de l’agence d’Annecy. « L’État a pris des dispositions législatives pour réduire la consommation des espaces naturels et agricoles due à l’étalement urbain, rappelle Sybille Thirion, directrice du Centre d’échanges et de ressources foncières (Cerf) Auvergne-Rhône-Alpes qui contribue au programme IDfriches. Le développement urbain et économique ne peut donc se faire que dans les espaces existants, d’où la nécessité pour les collectivités de récupérer le foncier dégradé que représentent les friches industrielles et d’activité, et […]

Contenu reservé aux abonnés premium

Je me connecte → log in

Je m’abonne → Premium Digital un an, Premium Digital 1 jour, Premium Digital 1 semaine, Premium Digital 1 mois or Premium Digital 6 mois

Besoin d'aide ? → digital@groupe-ecomedia.com