Artinov, 25 ans pour un concours précurseur

Artinov, 25 ans pour un concours précurseur
Artinov, 25 ans pour un concours précurseur
4 (80%) 1 vote

Depuis sa création dans l’Ain, le concours Artinov s’est trouvé décliné à l’échelon régional, puis national. Retour sur son histoire et ses motivations.

Créé en 1993 dans l’Ain, le concours Artinov fêtait ses 25 ans, à l’occasion de sa 26e édition, lundi 26 novembre. Au cours de ces années, il a essaimé à l’échelon régional, puis national et aura récompensé 105 lauréats dont 75 % sont encore en activité aujourd’hui. « La preuve de la pertinence de ce prix, attribué selon de vrais critères de sélection pour valoriser des entreprises de qualité », estime Vincent Gaud, président de la Chambre de métiers et de l’artisanat de l’Ain, inventrice de ce rendez-vous. « À l’époque, c’était mon ami René Rigaud, le président de la chambre, se souvient le prédécesseur de Vincent Gaud, Pierre Cormorèche. La CMA ne comptait alors que 8 000 entreprises ressortissantes. Parmi elles, de nombreuses entreprises de production en direction desquelles nous n’avions pas d’action. C’est pourquoi un ingénieur métiers a été embauché et pourquoi ce prix a été créé. »

Le concours se décline au minimum en quatre catégories : métier, produit, technologie, procédé de production. Il peut leur être adjoint un prix “coup de cœur”, ce qui a été le cas cette année (lire notre magazine du 6 décembre). Les lauréats sont désignés parmi trois à quatre nominés grâce à un système de notation, sur des critères précis, comme la rentabilité prouvée. Et chaque catégorie vise à valoriser un aspect de l’innovation artisanale en particulier. À travers le prix “métier”, c’est le savoir-faire qui est mis en avant, avec le prix “produit” la capacité à convaincre les acheteurs potentiels, via le prix “procédé de production” l’efficience (la réduction des coûts de production ou l’optimisation de la matière, par exemple). Enfin, la catégorie “technologie” met en lumière l’exploitation de nouvelles méthodes, cette année l’application de l’impression 3D au secteur de lunetterie.


Par Sébastien Jacquart

Une Eco de l'AinCet article est un complément du papier paru dans ECO de l’Ain du 6 décembre 2018 sur la 26e édition du concours Artinov. Il vous est exceptionnellement proposé à titre GRATUIT. Pour retrouver l’intégralité des articles de notre hebdomadaire mais aussi de nos suppléments et hors-séries, c’est ICI

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ANNONCES LÉGALES : CONSULTEZ ET PUBLIEZ !

Devis immédiat 24h/24
Attestation parution par mail
Paiement CB sécurisé

PUBLICITÉ

INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !

ARTICLES LES PLUS LUS

PUBLICITÉ

ARTICLES PREMIUM

Premium

Latest
Artinov, 25 ans pour un concours précurseur4 (80%) 1 vote Depuis sa création dans l’Ain, le concours Artinov s’est trouvé décliné à l’échelon régional, puis national. Retour sur son histoire et ses motivations. Créé en 1993 dans l’Ain, le concours Artinov fêtait ses 25 ans, à l’occasion de sa 26e édition, lundi 26 novembre. Au cours […]
This category can only be viewed by members.