Conscients des difficultés que pose aux producteurs, la décision de fermer les marchés alimentaires, la Ville de Bourg-en-Bresse et la communauté d’agglomération proposent une alternative.

« Outre le fait que la ville a été contrainte de fermer ses marchés alimentaires, la fermeture des restaurants et les limitations des déplacements nuisent grandement à l’activité des producteurs locaux », constate le maire de Bourg et président de la Communauté d’agglomération du bassin de Bourg-en-Bresse, Jean-François Debat. Maraîchers, transformateurs de produits laitiers, de viande et autres producteurs de volaille de Bresse, qui ont déjà du mal, depuis le début du confinement, à écouler leur production, sont ainsi invités à faire connaître leurs offres et leurs modalités de réservation aux habitants du territoire, la Ville et la CA3B se chargeant de centraliser ces informations sur une page dédiée, en s’appuyant notamment sur le réseau Etikt’able. Les consommateurs pourront ainsi passer commande directement auprès d’eux.

Les producteurs seront autorisés à stationner gratuitement une fois par semaine, à l’endroit de leur choix, pour que les clients puissent récupérer leurs commandes. Ils sont donc invités à communiquer leur lieu et jour de stationnement à l’adresse suivante : serviceviecommerciale@bourgenbresse.fr. Les premières offres et les liens vers les producteurs Etik’table sont référencés ici. Une solution que le maire espère « pragmatique, simple, efficace ».

Bourg-en-Bresse a décidé le 18 mars, de fermer ses marchés alimentaires, leur caractère ponctuel entraînant « une concentration de population inappropriée ». D’ailleurs, la solution proposée ne vise qu’à permettre aux clients de prendre possession de leurs commandes et surtout pas à déplacer le problème, en créant aux points de stationnement choisis, de nouveaux flux et files d’attente.

Le maire a par ailleurs écrit aux directeurs des hypers et supermarchés du territoire afin de les inviter à bien vouloir faire ce qui est en leur pouvoir pour permettre aux producteurs locaux de distribuer leur production, par leur intermédiaire.


Par Sébastien Jacquart