Bricolage

par | 16 Déc 2013

Cette fois, c’est sûr: la France peut réellement se targuer d’être un pays qui aime complexifier les choses avec des lois, des textes, des amendements, des rapports, des dérogations… Un empilement, un mille-feuille législatif et réglementaire pas toujours facile à digérer. Comprenez-moi bien: je ne dis pas qu’il ne faut plus de lois du tout. Simplement, cet amoncellement, souvent obscur de surcroît, me pèse. D’autant plus que parfois, cela s’apparente un peu à du bricolage.

Ainsi en est-il du travail le dimanche. Le principe du repos dominical est posé depuis une loi de 1906, agrémentée d’exceptions pour certains commerces. Depuis, elle a été enrichie d’ingrédients divers et variés, comme des dérogations pour les grandes zones touristiques ou commerciales, des secteurs comme les jardineries ou l’ameublement. Dernier secteur dont Jean-Paul Bailly (l’ancien Pdg de la Poste), chargé par le Premier ministre d’un rapport complet sur le travail dominical, doute de la pertinence. Mais de dérogations en dérogations, où en est-on exactement ? Et, finalement, quelle est la bonne recette ?

Je m’interroge. Il est avancé des hausses de chiffres d’affaires consistantes pour les enseignes ouvertes le dimanche, mais cela suffira-t-il à faire face aux charges ? Parce qu’un salarié qui travaille le dimanche, il faut bien le payer davantage que les autres jours ! Le consommateur, dans tout ça, achètera-t-il vraiment plus ? Parce que si son salaire à lui n’augmente pas, il aura toujours le même budget, finalement.

Et puis, dans ma vision idyllique d’une société basée sur un juste partage des richesses, j’imagine que les salariés concernés devraient avoir leur mot à dire. C’est déjà le cas, me direz-vous ? Pas sûr. Pour me faire une idée sur ce point, je me suis rendue dans une grande enseigne samedi après-midi (l’horreur totale, un monde fou, je déconseille en passant). Elle ouvrira ses portes les dimanches d’avant-fêtes (et admettons-le, sur ce cas précis, c’est bien pratique pour les têtes en l’air). Je questionne, l’air de rien, les « petites mains » : certain(e)s ont eu le choix, d’autres pas. Ceux (celles) qui acceptent volontiers le font uniquement pour gagner un peu plus. Les autres font grises mines, au son de « Et les enfants, si mon conjoint travaille aussi, qu’est-ce que j’en fais ? »

A moins que… Le Gouvernement prévoit-il une nouvelle série de dérogations pour les crèches et les centres de loisirs ?

0 commentaires

Découvrez également :

Ski : les ESF prennent le virage du “toute-saison”

À la veille de l’hiver, le Syndicat national des moniteurs du ski français fait le point et affiche ses ambitions pour 2023. Avec ses 17 000 “pulls rouges” (et 300 nouveaux diplômés par an) répartis dans 220 écoles, 2,5 millions de clients, 4 000 jeunes en...

LIRE LA SUITE

Ski alpin : un Critérium sans les dames

À Val d’Isère, la 67e Coupe du monde de ski alpin ne durera qu’un week-end, les 10 et 11 décembre, en l’absence des épreuves féminines, au grand dam de l’organisation. Le Critérium de la première neige de Val d’Isère ouvre traditionnellement le bal des épreuves de...

LIRE LA SUITE

Publicité