Carrefour : neuf magasins et une soixantaine d’emplois menacés

Carrefour : neuf magasins et une soixantaine d’emplois menacés
Carrefour : neuf magasins et une soixantaine d’emplois menacés
Notez cet article !

Deux établissements locaux pourraient être repris par d’autres enseignes, mais pas leurs salariés.

Neuf magasins Carrefour Contact ou Contact Marché vont fermer leurs portes en Pays de Savoie. Six en Haute-Savoie : Annemasse (rue Barbusse), Anthy-sur-Léman, Bonneville, Scionzier, Seynod (avenue d’Aix-les-Bains) et Thonon. Et trois en Savoie : Aix-les-Bains (boulevard de Lattre de Tassigny), Bourg-Saint-Maurice et Saint-Jean-de-Maurienne (avenue du 8 mai). En moyenne, chaque magasin compte 6 à 7 salariés en équivalent temps plein. C’est donc une soixantaine d’emplois qui est concernée localement.

Carrefour France se montre peu disert sur cette restructuration qui touche 273 magasins ex-Dia au niveau national (2 100 salariés). Le groupe a même diffusé des consignes de silence. Pas franchement utile, vu le peu d’informations distillées en interne : les salariés concernés avec lesquels nous avons pu nous entretenir indiquaient avoir découvert cette restructuration… dans les médias, sans aucune information préalable de la direction ou des partenaires sociaux. Et qu’ils ne disposaient toujours pas à l’instant “t” d’éléments officiels quant à la date de fermeture ou aux possibles offres de reprise ou de reclassement.

Quels reclassement ?

Le magasin d’Aix-les-Bains fait partie des 23 pour lesquels Carrefour a enregistré une offre de reprise. Celui de Saint-Jean-de-Maurienne est dans la liste des 22 autres magasins pour lesquels une offre formelle de reprise « est attendue d’ici début juin», nous a tout de même indiqué le service presse de Carrefour France. L’offre de reprise pour Aix-les-Bains émanerait, selon d’autres sources, du groupe Action, distributeur néerlandais non alimentaire, focalisé sur les bas prix et déjà présent à Bassens, Pont-de-Beauvoisin et Scionzier. Mais elle n’inclurait pas de reprise globale des salariés.

Sept magasins sur neuf n’ont donc à ce jour fait l’objet d’aucune offre de reprise et devraient fermer leurs portes entre le 30 juin et le 21 juillet. Si dans le cadre d’un accord national qui «a pour objectif de reclasser l’ensemble des salariés qui ne seraient pas repris» Carrefour s’est engagé à proposer à chaque salarié concerné « 3 offres d’emploi localisées et personnalisées, 2 en interne et 1 en externe», localement, aucun n’a, pour l’instant et selon nos informations, reçu de proposition. Mais ils ont déjà accès à un site Internet où sont répertoriées des offres d’emploi au sein du groupe. En outre, la société Provencia, qui gère en franchise des magasins sous enseigne Carrefour en Rhône-Alpes, aurait de sa propre initiative proposé des emplois dans ses magasins situés à proximité de certains de ceux voués à fermeture.

Pas sûr que les salariés concernés se précipitent. «Ceux qui sont un peu âgés s’inquiètent davantage pour leur reclassement, mais pas les jeunes, nous confie un salarié haut-savoyard concerné. Il y a du travail dans le département, voire en Suisse. » Et puis, pronostique un autre, « beaucoup vont préférer toucher les primes de licenciement avant de penser à leur futur emploi».

À bientôt 60 ans, le groupe est à un nouveau croisement

Le nom de Carrefour vient de l’emplacement du premier magasin, situé à l’important carrefour du Parmelan à Annecy, où est né le groupe en 1959. Les familles fondatrices (les Fournier de Haute-Savoie et les Badin et Defforey de l’Ain) ont conservé les rennes du groupe jusqu’au tournant des années 2000, faisant naître et grandir un géant du commerce moderne.

Sauf que la modernité passe vite et que le groupe est maintenant à un nouveau croisement, confronté qu’il est aux évolutions de la distribution : Internet, drive, diminution de l’attrait du modèle de l’hypermarché… L’an dernier, il a perdu 531 millions d’euros, pour 88 milliards d’euros de chiffre d’affaires avec près de 115 000 salariés dans le monde. D’où la vaste restructuration engagée. Avec la réduction du parc de magasins de proximité en France : 273 cessions/fermetures, mais aussi 79 passages en location-gérance (dont Ferney-Voltaire et Saint-Genis-Pouilly localement). Avec également la suppression de 2 400 postes dans les sièges sociaux (région parisienne), la signature d’alliances en Chine, la poursuite du développement en Amérique latine et la programmation d’investissements massifs dans le numérique.


Par Éric Renevier


 

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Réseaux-sociaux-ECOMEDIA

ANNONCES LÉGALES : CONSULTEZ ET PUBLIEZ !

Devis immédiat 24h/24 Attestation parution par mail Paiement CB sécurisé

PUBLICITÉ

PUBLICITÉ

ARTICLES LES PLUS LUS


MAG ECO SAVOIE MONT BLANC


MAG ECO DE L'AIN


PUBLICITÉ

MAG L'EXTENSION


MAG ECO NORD ISÈRE



ARTICLES RÉCENTS

Quinson-Fonlupt se modernise

Quinson-Fonlupt se modernise

Archivage électronique, ERP, nouveaux équipements, nouvelle offre… L'entreprise familiale de 140 ans se refait une jeunesse. Spécialiste de la collecte et de la valorisation des déchets à Saint-Denis-lès-Bourg, Quinson-Fonlupt annonce pour la rentrée, le lancement...

Le Fumet des Dombes déjà trentenaire

Le Fumet des Dombes déjà trentenaire

L’entreprise familiale s’attache à valoriser la carpe des étangs depuis 1988. « Nous n’avons pas vu passer ces trentes années! Elles ont été riches et denses, sourit Chantal Rolland, directrice générale de l’entreprise Le Fumet des Dombes. Dès le départ, notre...

Glaces des Alpes vise l’excellence du goût

Glaces des Alpes vise l’excellence du goût

Le maitre artisan glacier annécien élabore glaces et sorbets de qualité pour les restaurateurs et glaciers de France. Avec 200 parfums au catalogue, Glaces des Alpes met l’eau à la bouche. La société d’Allonzier-la-Caille, créée il y a trente ans par deux amis...

L’abbaye d’Aulps s’ouvre à la réalité augmentée

L’abbaye d’Aulps s’ouvre à la réalité augmentée

Le site cistercien du Haut-Chablais propose depuis mi-juillet des visites en réalité augmentée, smartphone en main ou, encore plus immersif, casque sur les yeux. C’est une première pour un site touristique en Pays de Savoie : l’abbaye d’Aulps propose une visite en...

Saint-Genix : le sein des saints de la brioche

Saint-Genix : le sein des saints de la brioche

La brioche fourrée de pralines, spécialité de Saint-Genix-sur-Guiers, connaît un succès légendaire. La légende raconte que Sainte-Agathe, martyre sicilienne du IIIe siècle eut les seins coupés parce qu’elle n’avait pas abjuré sa foi mais qu’ils repoussèrent...

Fruité, une usine qui a du jus !

Fruité, une usine qui a du jus !

Visite du site Fruité de La Roche-sur-Foron, où 160 millions de briques de jus de fruits et autres boissons sans alcool sont fabriquées tous les ans. C'est à La Roche-sur-Foron que sont fabriqués les jus de fruits bio et non bio des marques Pressade et Fruité (les...

RECEVOIR LES ACTUS ECOMEDIA :

Articles Premium

ARTICLES PREMIUM


ARTICLES PREMIUM

This category can only be viewed by members.

Conjoncture : pourquoi l’économie régionale a ralenti

Conjoncture : pourquoi l’économie régionale a ralenti4 (80%) 1 vote Selon l’INSEE Auvergne-Rhône-Alpes, l’économie régionale enregistre au premier trimestre 2018 un léger coup d’arrêt consécutif à une année 2017 très, ou trop, dynamique. Explications… «On a vécu, globalement, une année 2017 particulièrement dynamique, à la fois sur les plans national et international, avec un impact […]

Contenu reservé aux abonnés premium

Je me connecte → log in

Je m’abonne → Premium Digital un an, Premium Digital 1 jour, Premium Digital 1 semaine, Premium Digital 1 mois or Premium Digital 6 mois

Besoin d'aide ? → digital@groupe-ecomedia.com