Touchant tous les secteurs d’activités et toutes les tailles d’entreprises, l’absentéisme représente la bête noire de nombreux chefs d’entreprises et directeurs de ressources humaines.

Tout d’abord parce qu’il a un coût direct, représentant de 0.2 à 4% de la masse salariale selon les établissements, mais aussi indirect (perte de productivité et de compétences). Ensuite parce qu’il engendre des complications de gestion, une surcharge de travail pour les présents, et parce qu’il révèle souvent une baisse de la motivation des absents.
En 2012, le nombre de jours d’absence par salarié était de 14 jours en France, soit un manque à gagner de plusieurs centaines de millions d’euros pour l’économie nationale. Un frein de plus à notre compétitivité et à nos chances de relance.

Mais quels sont les facteurs principaux de cet absentéisme et surtout comment y remédier ? D’après différentes études, les raisons qui poussent un salarié à se faire porte pâle relève essentiellement de problèmes de santé, de manque de résistance face au stress et de mauvaises conditions de travail. Dans tous ces cas de figure, une solution s’impose : chouchoutez vos collaborateurs ! En les accompagnant sur le chemin de l’épanouissement professionnel, vous les rendrez plus performants.

Ainsi, si vous êtes adeptes d’un management agressif, commencez par changer vos pratiques et aidez désormais vos équipes à acquérir un sentiment de fierté face au travail accompli. Ensuite, achetez leurs de nouveaux fauteuils. Vous limiterez les arrêts dus au mal de dos et vous satisferez les 69% de Français qui considèrent qu’un bon fauteuil est l’élément indispensable pour se sentir bien à son bureau. Enfin, organisez l’espace de travail de façon à privilégier l’individualité.

Et si tout cela ne suffit pas, optez pour une solution plus radicale : renvoyez-les chez eux ! Je ne vous parle pas de les licencier, mais simplement d’avoir recours au télétravail. Cette organisation, peu répandue en France mais très utilisée dans certains pays comme les Etats-Unis ou les Pays Bas (30% des salariés) auraient de nombreuses vertus. Elle diminuerait notamment le taux d’absentéisme de 80%, tout en augmentant la productivité journalière des salariés de 22%. Et tout ça, sans les avoir sur le dos…