« Joue pas au con »! Je vous demande pardon? Ah, c’est sûr, la nouvelle campagne de communication menée par Réseau Ferré de France en partenariat avec le chanteur Kamini a de quoi surprendre de prime abord. Destinée à sensibiliser les jeunes publics sur les dangers aux abords des voies ferrées, cette campagne a adopté volontairement un ton décalé. « Un changement de ton assez important, que l’on n’a pas l’habitude d’employer chez RFF », confirme Caroline Le Guellec, responsable de communication et initiatrice de cette idée originale. Mais qui semble réussie.
Apporter un zeste de créativité pour communiquer, c’est tout un art qui peut permettre à votre entreprise de se différencier des autres, d’être « un peu magique ». Loin des théories fumeuses qui peuvent vaguement se mettre en place dans la réalité des faits, la créativité, c’est une valeur sûre. Une nouvelle tendance sur laquelle surfent ceux qui sont à la pointe de … l’innovation. Car innover, c’est ce qui vient après les idées premières. « Qu’est-ce qu’il y a avant l’innovation? La créativité. C’est ce qui fait émerger les idées dans les entreprises pour les rendre uniques et différentes. » Qui dit ça? Un homme de terrain, voire tout-terrain tant il a voyagé au cours de sa carrière, le monsieur créativité du syndicat mixte de la plaine de l’Ain, Albéric de Solere. Petit nouveau au sein de la structure, il est tout spécialement chargé d’animer le club d’entreprises. Véritable « poil à gratter » comme il se qualifie, il souffle comme un vent de nouveauté dans sa manière d’aborder son job. Et lorsque l’on se penche sur les nouvelles tendances en matière de communication « ludique », il apporte son oeil neuf sur tout ça.
« Il existe différentes formes de créativité, analyse-t-il. Une façon plus expressive qui fait appel aux émotions, aux témoignages et à l’expérience. Une deuxième manière consiste à trouver des idées concrètes qui permettent à l’entreprise d’être unique, c’est la créativité idéative. Ces deux approches sont utiles. La créativité, c’est quelque chose d’opérationnel. On a une idée, certains la jugeront impossible ou penseront, a priori, qu’elle ne fonctionnera pas. Mais à force d’imagination, on peut l’adapter vers l’objectif que l’on s’est fixé ».
Mais comment faire? « On a besoin de tout le monde dans l’entreprise pour travailler sur cette notion, ajoute Albéric de Solere. Prenez la personne qui vient d’arriver dans votre structure, elle a un regard neuf et une vision qui n’est pas encore celle de l’entreprise. Demandez-lui de réaliser un rapport d’étonnement. Sans idées préconçues, c’est une valeur ajoutée extra pour vous! Ensuite, dans un second temps, les personnes expertes pourront amener les idées vers ce qui est possible, en lien avec les techniques qu’ils connaissent. La créativité, c’est un état d’esprit. »
D’accord, mais concrètement? Assemblée générale sur le thème de la créativité, toile peinte par les salariés du Pipa… Albéric concocte son lot de surprises aux membres du club. Et son public est réceptif. «La créativité est indissociable de l’émotion », décrit-il.
C’est pourquoi lors de la dernière AG, la prestation éphémère d’une chorale régionale a réjouit les spectateurs. Mais ils n’avaient encore rien vu! Le seconde partie de soirée était dédiée à une conférence spectacle, donnée par un illusionniste-mentaliste. Originalité garantie! « Tous ces éléments permettent de changer notre regard et dépasser nos pensées habituelles », décrit-il.
Sur un terrain favorable, les idées fusent et poussent, pour, finalement, enrichir toujours plus votre jardin de l’innovation.