Conjoncture : l’année commence mal pour l’économie helvète

Conjoncture : l’année commence mal pour l’économie helvète
Conjoncture : l’année commence mal pour l’économie helvète
4 (80%) 1 vote

Plusieurs chiffres tombés en ce début d’année n’augurent rien de bon pour l’économie suisse.

Du jamais vu depuis dix ans. La bourse du pays a terminé l’année 2018 10 % plus bas qu’elle ne l’avait commencé. De plus, le baromètre du centre d’études conjoncturelles (KOF) de l’EPFZ, publié la semaine dernière, a perdu 2,6 points en décembre par rapport à novembre pour s’établir à 96,3 points largement en deçà de sa moyenne de long terme. Selon le KOF, cette baisse est due au manque d’activité dans l’industrie manufacturière et la construction.

Les signaux en provenance du secteur financier et de la consommation privée sont également négatifs. Autre indicateur inquiétant, selon le baromètre de la banque Raiffeisen, la dynamique de croissance des PME du secteur manufacturier s’est ralentie, et des entreprises suisses seraient moins optimistes. Sentant le vent tourner, les économistes de la Confédération viennent de réviser leurs prévisions de croissance pour l’année 2019 à 1,5 %, alors qu’ils tablaient encore sur 2 % en octobre dernier.

Le pays a en effet souffert du contexte international marqué par la guerre commerciale que livre le président américain Donald Trump au monde entier et en particulier à la Chine. La mise en place de nouveaux tarifs non seulement augmente le prix des produits à l’export, mais augmente aussi le coût des matières premières. Par conséquent, les produits suisses s’exportent moins. En outre, le Brexit ajoute à l’incertitude générale sur l’économie européenne.

Pas d’embellie à l’horizon

Cédric Tille, professeur d’économie à l’Institut de hautes études internationales et du développement (IHEID) à Genève, n’est pas plus optimiste. Il a déclaré au journal Le Temps qu’il existe des outils pour faire face à la crise économique qui se profile, « mais [qu’] ils ont déjà largement été mis à contribution ».

Les banques centrales « n’ont pas encore digéré la précédente crise et ne sont donc pas dans leur meilleure disposition pour affronter une nouvelle crise », ajoute l’expert. Il estime de plus que ces difficultés sont susceptibles de faire monter le franc suisse, qui est une valeur refuge pour les investisseurs lors des périodes difficiles, ce qui, en augmentant encore la valeur des marchandises helvétiques, ne devrait pas arranger les exportations du pays…


Par Romain Fournier


Cet article est paru dans votre magazine ECO Savoie Mont Blanc du 11 janvier 2018. Il vous est exceptionnellement proposé à titre gratuit. Pour retrouver l’intégralité de nos publications papiers et/ou numériques, et pour soutenir la presse, vous pouvez vous abonner ici.

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

SONDAGE ECO : NOS LECTEURS ET LE DIGITAL !

Participez à notre enquête ! 

ANNONCES LÉGALES : CONSULTEZ ET PUBLIEZ !

Devis immédiat 24h/24
Attestation parution par mail
Paiement CB sécurisé

PUBLICITÉ

INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !

ARTICLES LES PLUS LUS

PUBLICITÉ

ARTICLES PREMIUM

Premium

Latest
Conjoncture : l’année commence mal pour l’économie helvète4 (80%) 1 vote Plusieurs chiffres tombés en ce début d’année n’augurent rien de bon pour l’économie suisse. Du jamais vu depuis dix ans. La bourse du pays a terminé l’année 2018 10 % plus bas qu’elle ne l’avait commencé. De plus, le baromètre du centre d’études conjoncturelles […]
This category can only be viewed by members.

Pin It on Pinterest

Share This