L’organisation patronale a l’intention d’interroger les candidats des municipales sur un certain nombre de questions « majeures pour les entreprises ».

À l’occasion de ses vœux, mercredi 22 janvier à la Chambre de métiers et de l’artisanat (lire notre édition du 30 janvier), la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) de l’Ain a annoncé sa mobilisation à l’occasion des municipales. L’organisation patronales entend interroger les candidats d’un certain nombre de territoires, sur des questions qu’elle juge majeures.

  • Quelle sera la politique adoptée en matière de contribution foncière des entreprises ?
  • Serez-vous en mesure de garantir une absence de hausse de cette CFE ?
  • Quel niveau de taxation sera privilégié, haut, bas ou moyen ?
  • La hausse de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères (TEOM) sera-t-elle anticipée du fait de la mise en place de la révision des valeurs locatives des locaux professionnels ?
  • Le Gouvernement entend instaurer une TEOM incitative, cela sera-t-il le cas sur votre commune si vous êtes élu ?
  • Que pensez-vous de la proposition tendant à orienter la totalité des recettes de la Taxe sur les surfaces commerciales vers le commerce ?
  • Connaissez-vous l’action Cœur de ville, comment analysez-vous la situation de votre commune et quels sont les projets en faveur des commerçants prévus, débutés ou terminés dans le cadre de cette action ?
  • Que pensez-vous de l’article 47 du Projet de loi de finances 2020, qui offre la possibilité d’exonérer de cotisation économique territoriale et de taxe foncière sur les propriétés bâties, les activités artisanales ou commerciales situées dans les zones de revitalisation des centres-villes, avec une prise en charge à 75 % par l’État et 25 % par les collectivités ? Allez-vous appliquer cette mesure ?
  • La place croissante du numérique par les plateformes numériques constitue-t-elle une opportunité ou un risque pour nos entrepreneurs locaux ? Dans ce dernier cas, qu’envisagez-vous localement de mettre en œuvre pour soutenir vos commerçants ?

« Mobilité, numérique, risques naturels et industriels… Toutes ces questions sont liées à nos entreprises et à leur activité. Nous les ferons connaître à tous les candidats et nous organiserons, si possible, des débats avec les chefs d’entreprise », a commenté Agnès Bertillot, présidente de la CPME de l’Ain, après avoir cité ces quelques exemples. Des exemples qui ont essentiellement trait à la fiscalité locale, mais s’intéressent aussi aux dynamiques commerciales.


Par Sébastien Jacquart

Une Eco de l'AinCet article est un complément au papier paru dans le magazine ECO de l’Ain du 30 janvier 2020, sur les vœux de la CPME de l’Ain. Pour retrouver l’intégralité des articles de notre hebdomadaire, mais aussi nos suppléments et hors-séries, c’est ICI et ICI.