Dahuts passe du déchet au design

par | 7 Mai 2021

À Meythet, le fabricant de mobilier bois zéro déchet ambitionne d’industrialiser son activité.

Dahuts – Déchets à haute utilité territoriale Savoie – a fait de l’“upcycling” son credo. La start-up créée en 2018 par Bruno Rey et Christian Chanal détourne les déchets bois qu’elle transforme en mobilier. Sa devise : prospérer sans nuire, en valorisant la matière et en créant de la valeur, « ce qui implique de fabriquer localement et de produire durablement », résume Bruno Rey.

Ce serait un moyen d’enrichir son catalogue en ligne, qui sera également ouvert aux particuliers à partir de septembre « pour assurer une distribution en direct », explique Bruno Rey, qui ambitionne de devenir « L’Ikea du recyclage ».

Créer à partir de la matière

Denis Rey et Christian Chanal, les cofondateurs de Dahuts, basé à Meythet – crédit Dahuts

Pour se fournir, Dahuts a noué une dizaine de partenariats en Pays de Savoie avec des industriels comme NTN SNR (le premier à lui faire confiance), Mobalpa, Botanic… L’entreprise récupère surtout du bois d’emballage (palettes et coffres) qu’elle sélectionne et stocke dans son atelier à Meythet. « Nous avons même développé une machine pour démanteler les palettes », ajoute Bruno Rey. Sur place, Christian Chanal, artisan adepte du “reverse design”, part de la matière et conçoit bureaux, fauteuils, meubles bas, tables, claustras… soit environ dix modèles standards qui sont vendus aux professionnels.

Par ailleurs, la start-up s’est spécialisée dans l’aménagement sur mesure d’espaces de travail, notamment pour les collectivités. Aujourd’hui, elle veut constituer une matériauthèque en ligne, à destination d’autres designers, pour sauver les déchets bois, « avec dans l’idée aussi de lancer un concours, pour que chacun donne libre cours à sa créativité », souligne le dirigeant. Ce serait un moyen d’enrichir son catalogue en ligne, qui sera également ouvert aux particuliers à partir de septembre « pour assurer une distribution en direct », explique Bruno Rey, qui ambitionne de devenir « L’Ikea du recyclage ».

L’entreprise, qui veut produire en série, sous-traite désormais l’assemblage du mobilier et la fabrication des piètements à l’Apei (association de parents d’enfants inadaptés) de Thonon. Depuis sa création, Dahuts a transformé 15 tonnes de bois et réalise un chiffre d’affaires de 100 000 euros avec trois salariés, dont un apprenti.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Publicité

Pin It on Pinterest