Ils découvrent leur vocation avec l’Éveil aux métiers

Ils découvrent leur vocation avec l’Éveil aux métiers

Les ateliers de découverte de l’association Éveil aux métiers de l’Ain leur ont permis de confirmer, voire de trouver leur orientation. Mathias et Léanne témoignent.

Mathias (photo ci-dessus) est en 3e. À la rentrée prochaine, il rentre à l’AFPMA, le CFA de l’industrie de Péronnas, pour un bac pro Melec (Métiers de l’électricité et de ses environnements connectés). Mais sa vocation, c’est avec l’Éveil aux métiers de l’Ain qu’il l’a trouvée (lire notre édition du 20 juin, sur cette association et sa première année d’exercice). « À l’école, ça va, mais j’ai peu d’intérêt pour les matières générales. Je voulais m’orienter vers un métier manuel, sans trop savoir lequel. Je me suis donc inscrit à l’Éveil aux métiers pour en découvrir plusieurs », raconte le jeune garçon qui s’est essayé, outre l’électricité, à la plomberie, à la ferronnerie, à la menuiserie, à la maçonnerie et à la coiffure. « En électricité, nous avons installé un compteur, branché des lampes et posé des interrupteurs avec aller-retour. Cela m’a beaucoup plu, établir le schéma de câblage, réfléchir où brancher quoi… » Pour confirmer cette première impression, Mathias a effectué son stage de 3e dans une entreprise d’électricité générale qui intervient chez les particuliers. « J’ai apprécié le contact avec la clientèle », se souvient-il, désormais convaincu.

Léanne (photo ci-dessous), elle, avait déjà dans l’idée de faire de la coiffure. Et si elle s’est inscrite à l’Éveil aux métiers, c’est avant tout pour confirmer « ce rêve de petite fille ». Cette élève de 4e n’était d’ailleurs pas très emballée par la nécessité de devoir découvrir également d’autres savoir-faire. « Mais, c’est une expérience intéressante, reconnaît-elle. J’ai pu voir des choses que l’on n’aurait pas faites au collège. » La jeune fille a exploré les domaines de la ferronnerie, de la maçonnerie et du cannage-paillage où elle a apprécié la manipulation de la matière. Mais son choix est arrêté, ce sera la coiffure. Sa visite du CFA du Cecof, à Ambérieu-en-Bugey, n’a fait que conforter cette envie.

L’Éveil aux métiers a de toute façon l’avantage d’inscrire les jeunes dans le concret. « D’après les retours de plusieurs parents, certains enfants ont retrouvé goût à l’école, grâce à nos ateliers », assure Marie-Hélène Espel Vaucheret, chargée du développement de l’apprentissage de la Chambre de métiers et de l’artisanat de l’Ain et coordinatrice de cette action.

Éveil aux métiers Léanne

Par Sébastien Jacquart

Une Eco de l'AinCet article vient en complément du papier paru dans le magazine ECO de l’Ain du 20 juin 2019 sur l’Éveil aux métiers. Pour retrouver l’intégralité des articles de notre hebdomadaire, mais aussi de nos suppléments et hors-séries, c’est ICI.

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ANNONCES LÉGALES : CONSULTEZ ET PUBLIEZ !

Devis immédiat 24h/24
Attestation parution par mail
Paiement CB sécurisé

PUBLICITÉ

ARTICLES LES PLUS LUS

PUBLICITÉ