La Fédération BTP Savoie redevient Syndicat général du BTP Savoie

La Fédération BTP Savoie redevient Syndicat général du BTP Savoie

La fédération conduite par René Chevalier reprend le nom qu’elle portait en 1954, Syndicat général du BTP Savoie, et annonce la création d’une structure nationale, France Europe Bâtisseurs.

Exclue en 2017 de la Fédération nationale du BTP et déboutée de ses demandes en justice, la fédération historique du BTP de Savoie ne désarme pas. Lors de sa 143e assemblée générale, tenue le 21 juin 2019 à Chambéry, elle a annoncé son changement de nom : « depuis qu’il y a deux fédérations en Savoie, on nous a tout pris, notre nom, notre logo… Pour éviter la confusion dans l’esprit des élus, des administrations, des entreprises, nous avons décidé de faire un retour en 1954 et de redevenir Syndicat général du BTP Savoie », explique René Chevalier, son président.

Une structure nationale

Autre annonce, la création d’un syndicat national, positionné entre la Fédération nationale du BTP et la Capeb. La structure devrait être opérationnelle à compter du 1er janvier 2020 et pourra s’appuyer sur les outils déjà mis en œuvre en Savoie, notamment en termes de communication. « En Savoie, nous avons toujours travaillé avec la Capeb et j’ai participé pendant plus de 20 ans à la vie de la vie de la fédération du BTP. Notre syndicat se positionnera en complémentarité de l’existant », poursuit René Chevalier dont l’ambition est de centraliser et faire remonter les messages du territoire au niveau national et en Europe : « le syndicalisme n’appartient à personne. Il n’y a pas de compétition, nous resterons ouverts. »

Focus européen

L’assemblée générale 2019 a été marquée par la présence de diverses personnalités parmi lesquelles Daniel Cohn-Bendit, venu se livrer à un décryptage du fonctionnement de l’Europe : « pour moi, la dernière utopie pour laquelle cela vaut le coup de se battre ». Concernant les appels d’offre européens et l’attribution des marchés, l’ex-député européen rappelle qu’ils ont été instaurés pour lutter contre la corruption qui gangrénait certains marchés publics : « ils ont joué leur rôle. Aujourd’hui, il est nécessaire de trouver un équilibre pour qu’une partie des chantiers attribués puisse l’être aux entreprises locales.» Daniel Cohn-Bendit estime par ailleurs que l’explosion du nombre de poids-lourds nécessite une autre approche du ferroutage : « la liaison ferroviaire Lyon-Turin n’a de sens que si on va au bout de la logique et qu’on ne se limite pas à mettre des camions sur les trains entre Lyon et Turin, mais qu’elle inscrive dans une politique de la mobilité des biens qui soit vraiment européenne ».

Daniel Cohn-Bendit est longuement intervenu durant l’assemblée générale du nouveau syndicat général du BTP Savoie.

Transalpine

Stéphane Guggino, le délégué général de la Transalpine, a rappelé devant les professionnels savoyards du BTP la volonté d’associer les entreprises locales aux marchés délivrés dans le cadre du Lyon-Turin. « C’est le plus grand chantier en cours en Europe. 9 km du tunnel de base représentant 16% du projet définitif sont déjà creusés », ajoute-t-il avant d’évoquer un contexte plutôt favorable, avec un fort soutien de l’Europe : « les derniers scrutins électoraux ont levé les freins en Italie, tandis que la loi Mobilité consacre, en France, le Lyon-Turin et que la dynamique pour les accès est lancée. Il y aura certainement d’autres embûches mais on continue d’avancer. »

Personnalités

La secrétaire d’Etat Agnès Pannier-Runacher qui était attendue a été finalement excusée par son cabinet suite aux vives réactions provoquées par l’annonce de sa participation à l’assemblée générale. D’autres responsables se sont en revanche déplacés comme Daniel Cohn-Bendit ou Driss Bourida, vice-président de Grand Chambéry, venu signer une convention visant à favoriser les parcours d’insertion des jeunes, dès 14 ans, grâce à des temps d’immersion dans le monde professionnel. L’idée est de s’appuyer sur l’entreprise comme lieu de développement mais aussi d’aller au-delà en sécurisant les parcours jusqu’au centre de formation.

Plan 2020

Engagé dans un plan stratégique « 2020, mieux bâtir ensemble », le syndicat historique du BTP est passé, en un an, de 193 à 207 adhérents. Autre sujet phare, la campagne « bâti tes rêves » animée par des professionnels qui se rendent, avec un véhicule dédié, dans les collèges pour présenter les métiers du BTP aux jeunes. « Nous avons atteint nos objectifs et nous continuerons d’avancer, pour répondre aux demandes et aux attentes des entreprises dans les domaines de la formation, du digital, des fonctions supports comme le juridique ou les ressources humaines », assure René Chevalier, son président.

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ANNONCES LÉGALES : CONSULTEZ ET PUBLIEZ !

Devis immédiat 24h/24
Attestation parution par mail
Paiement CB sécurisé

PUBLICITÉ

ARTICLES LES PLUS LUS

PUBLICITÉ